02/07/2009 20:46:04
Une société suisse truande le pétrole camerounais
Addax Pétroleum bénéficiaire d’un contrat de recherches pétrolières au Cameroun a plié bagage, sans honorer les engagements contractuels, et avec ...les poches pleines.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Sinopec, le premier producteur d'hydrocarbures de Chine vient de racheter pour la bagatelle de 5,1 milliards d’Euros (plus de 3000 milliards de Fcfa) le groupe suisse Addax pétroleum Corp. En attendant l’aval du gouvernement chinois propriétaire de Sinopec, les observateurs s’accordent sur le fait que ce rachat aura des répercussions sur le prix du baril. A première vue, le Cameroun n’est en rien concerné par ce rachat. Pourtant, la réalité est tout autre. Le groupe suisse Addax pétroleum déjà présente au Gabon et au Nigeria a signé le 03 avril 2008 à Yaoundé, un contrat relatif à la recherche pétrolière offshore sur les côtes camerounaises.

Ce contrat (signé entre Gérard Hantavoire représentant de la société Addax Pétroleum d’une part et le gouvernement camerounais représenté par Badel Ndanga Ndinga , ministre des Mines, et l’Administrateur directeur général de la Société nationale des hydrocarbures, Adolphe Moudiki d’autre part ) stipulait que l’entreprise suisse devra réaliser pendant trois ans et pour un coût total de 17,5 millions de dollars, (soit plus de 7,6 milliards de francs Cfa,) des activités de recherche pétrolière à quelque 1500 mètres de profondeur. “Nous sommes enthousiasmés par notre potentiel d'exploration offshore au Cameroun, qui pourra certainement livrer une valeur à très court terme à nos actionnaires et au pays en général. Nous effectuons actuellement nos premiers forages d'exploration dans l'aire de Ngosso sous licence, et comptons forer à Iroko courant 2008”, promettait le représentant de la société Addax Pétroleum.

Au mois de juillet 2008, la société pétrolière annonçait avoir terminé le forage de ses premiers puits d’exploration dans les zones de licence Ngosso et Iroko avec des résultats pour le moins encourageants. Un communiqué de Addax Pétrolum indiquait que le puits Iroko a présenté des hydrocarbures dans le principal intervalle, et la société évalue à l’heure actuelle les données de base, de pression et filaires obtenues pendant le forage du puits.

Engagement contractuel

Alors que le contrat signé avec le gouvernement camerounais n’est pas encore arrivé à son terme (3 ans), alors que le Cameroun attend encore les retombées de l’exploitation dans les deux concessions (la compagnie pétrolière prend 70% et le gouvernement via la Snh prend 30%), les responsables de Addax pétroleum n’ont pas trouvé mieux que de vendre la société à Londres, empochant par là un véritable pactole (3000 milliards de Fcfa) provenant des Chinois de Sinopec. Le mécanisme est bien huilé selon un connaisseur du secteur pétrolier. “ Après avoir obtenu la concession, la compagnie explore, se fait une idée de la quantité de pétrole, et ne disposant pas de moyens pour la production, se fait acheter par une mastodonte industrielle. Elle empoche dans l’immédiat un jack pot sans avoir rien investi, tandis que le pays voit débarquer sur son sol un nouvel opérateur qui reprend cette fois là le même contrat sans payer les droits d’entrée. C’est le pays qui perd... ”.

Ainsi, dans l’opération de rachat de Addax Pétroleum par Sinopec, le Cameroun devra attendre la phase de production dans les deux blocs (Iroko et Ngosso) par les Chinois pour espérer quelques royalties, (les fameux 30%) alors que Addax a déjà touché son pactole (3000 milliards de Fcfa). Un montage d’autant plus révoltant qu’il se passe au nez et à la barbe des responsables de la Société nationale des Hydrocarbures (Snh), dépositaire de la part du Cameroun dans les contrats de partage. Espérant que le gouvernement camerounais ne va pas se laisser avoir par cette forme de banditisme. Des sources introduites annoncent que les entreprises intéressés par le sous-sol camerounais (bauxite, diamant, fer et nickel…) seraient en train de monter la même stratégie pour mieux spolier les richesses minières. Vigilance.

Léopold CHENDJOU

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE