31/10/2010 16:17:42
Sarkozy et l'Afrique : Yade encore entrée dans la contradiction
Rama Yade, on le sait, a l'habitude de tenir des propos dérangeants pour son propre camp, avant de se rétracter. Interrogée par RFI, elle profite de l'émission pour en offrir une nouvelle démonstration en critiquant le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy... avant de « s'expliquer » sur ses critiques.
Rue89
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Rama Yade, on le sait, a l'habitude de tenir des propos dérangeants pour son propre camp, avant de se rétracter. Interrogée par RFI, elle profite de l'émission pour en offrir une nouvelle démonstration en critiquant le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy... avant de « s'expliquer » sur ses critiques.

La secrétaire d'Etat aux sports est cette semaine l'invitée de l'émission « En sol Majeur » de RFI consacrée à des personnalités ayant une double culture. Diffusée ce lundi, elle est déjà en ligne sur le site de la station.

 

Première partie de En sol majeur avec Rama Yade : 

Deuxième partie de En sol majeur avec Rama Yade : 

L'émission débute par un extrait des Guignols. La marionnette PPD rappelle les positions puis les rétactations de la secrétaire d'Etat sur la visite du colonel Kadhafi en France ou de la polémique sur Jean Sarkozy à l'Epad.

Rama Yade (du moins sa marionnette) prévient alors qu'elle dément à l'avance des propos hostiles au président de la République qu'elle n'a pas encore tenus.

L'animatrice Yasmine Chouaki l'interroge :

« Est-ce que vous vous reconnaissez dans cette image de celle qui dérange le gouvernement et puis qui ensuite se rétracte ? »

Réponse de la secrétaire d'Etat :

« Pour les cas cités, non, je ne me suis pas rétractée. Mais j'assume tout. Parce que je ne parle pas au hasard et le produit de mes propos, la source de mes propos, est toujours très réfléchie, très politiquement assumée. » (Ecouter le son)

 

« J'ai pas à dire à Sarkozy, je ne suis pas son professeur »

A la fin de l'émission, Rama Yade saisit l'occasion de faire une nouvelle fois la preuve de son franc-parler.

L'animatrice lui soumet la bande son de l'extrait du discours de Nicolas Sarkozy à Dakar :

« Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. […] Jamais l'homme ne s'élance vers l'avenir. Jamais il ne lui vient à l'idée de sortir de la répétition pour s'inventer un destin. »

La réaction de Rama Yade est cinglante.

« Je pense que non seulement l'homme africain est entré dans l'histoire mais il a même été le premier à y entrer. Parce que j'en connais la culture.

– Vous l'avez dit à Sarkozy ?

J'ai pas à dire à Sarkozy, je suis pas son professeur. Qu'est-ce que vous voulez que je fasse ? Que je saute sur la tribune et que je gifle le président de la République ? »

Elle va même plus loin, semblant impliquer l'ensemble des Français.

« Qu'est ce que vous voulez que je fasse ? J'y peux rien : c'est le président de la République, c'est le président de tous les Français. C'est eux qui l'ont élu. […] Je vous réponds par l'histoire, Lucie, notre ancêtre. »

Yasmine Chouaki lui soumet alors la citation de Jean-Pierre Chevènement : « Un ministre, soit ça ferme sa gueule, soit ça démissionne. »

Réponse de la secrétaire d'Etat :

« Chaque fois que j'ai eu envie de dire quelque chose, je l'ai dit, à ce moment-là, les fois précédentes, les fois d'après. […] J'ai plusieurs fois exprimé ce que je voulais dire, sans que ça plaise à tout le monde. Et pourquoi voulez-vous que je démissionne ? » (Ecouter le son)

 

L'histoire aurait pu s'arrêter là, avec cette belle démonstration d'intransigeance. Mais comme si elle avait voulu illustrer la première partie de l'émission, Rama Yade, interrogée par Reuters et l'AFP, s'emploie ensuite à rectifier ses propos.

A Reuters, elle déclare qu'ils se voulaient « ironiques et humoristiques » :

« Ce discours [de Dakar, ndlr] a été mal interprété. A l'époque, je me suis longtemps exprimé pour dire que ce discours était positif et respectueux. […] Il est grotesque et absurde de faire de mon propos une mise en cause du président de la République. »

 

A l'AFP :

« Mon propos était de dire qu'il y avait eu un malentendu, une mauvaise interprétation du discours de Dakar. Je connais suffisamment le Président pour savoir que son intention n'était pas de blesser. »

Rama Yade « vient de franchir la ligne de supportabilité […] avec des émotions à retardement injustifiées », a réagi le député UMP Lionnel Luca. « Elle ne connaît pas le sens du mot Histoire, qu'elle confond avec préhistoire. »

« La fougue ne doit en aucun cas interdire le respect », a estimé le porte-parole adjoint de l'UMP, Dominique Paillé.

« J'assume tout, dit Rama Yade. Parce que je ne parle pas au hasard et le produit de mes propos, la source de mes propos, est toujours très réfléchie, très politiquement assumée. » Mais c'était au début de son émission.

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE