02/07/2009 21:35:26
Sommet de l'UA: Tripoli fait circuler un projet hostile la CPI
Les pays membres de l'Union africaine "ne coopéreront pas" avec la CPI pour "l'arrestation et la reddition de personnalités africaines inculpées".
AP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les dirigeants présents au sommet de l'Union africaine qui se tient à Syrte, en Libye, se sont entretenus jeudi d'une nouvelle disposition qui irait à l'encontre de la Cour pénale internationale et offrirait en pratique l'impunité au président soudanais, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité au Darfour par la CPI, selon un projet de texte qui a été diffusé.

Des responsables africains ont précisé que la Libye, hôte du 13e sommet de l'UA, faisait circuler ce projet de document surprise. Le texte déclare que l'Union africaine "regrette profondément" que les Nations unies n'aient pas tenu compte de sa demande de différer le mandat d'arrêt contre le président Omar el-Béchir.

En conséquence, le projet obtenu par l'Associated Press prévoit que les pays membres de l'Union africaine "ne coopéreront pas" avec la CPI pour "l'arrestation et la reddition de personnalités africaines inculpées".

Si cette décision est adoptée, elle porterait un coup aux poursuites engagées contre des responsables africains pour crimes de guerre.

"C'est une insulte" à la CPI, elle revient à "donner l'ordre" aux 30 pays membres de l'UA de "faire fi de leurs obligations légales", a réagi Reed Brody, un porte-parole de l'organisation Human Rights Watch.

La Libye a été l'un des premiers pays à ne pas tenir compte de la décision de la CPI et à accueillir Omar el-Béchir en dépit d'un mandat d'arrêt international délivré à son encontre au mois de mars.

Le chef de la diplomatie soudanaise par intérim, El Samany El Wasila, a salué jeudi ce nouveau projet en circulation. "Je pense que s'il est adopté, ce sera la confirmation de l'Afrique que la CPI a des motivations politiques" et qu'on devrait l'ignorer, a-t-il dit à l'Associated ress.

Mais ce projet de décision semble contredire les assurances du président de la commission de l'Union africaine Jean Ping, qui a déclaré que l'instance ne prendrait pas de décision sévère allant à l'encontre de la Cour pénale internationale. AP

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE