08/11/2010 14:17:19
Nouvelles démissions au Sdf
Quelques cadres du Comité exécutif national remettent leur tablier à Fru Ndi pour “ convenances personnelles”.
Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Tout a l’air d’une action concertée. Le 02 novembre 2010, André Patrice Ipoua, militant de Campo, dans le département de l’Océan, jusque-là membre de la cellule des conseillers et membre du Comité exécutif national, adresse au président national sa lettre de démission « pour convenance personnelle ». Le même jour, Maurice Tadonkeng, ancien député de la Menoua et ancien secrétaire national à l’organisation, a saisi par écrit le président du comité exécutif provincial du Sdf de l’Ouest pour lui signifier « qu’après mure réflexion, pour des raisons de convenance personnelle et dans l’intérêt des populations de Dschang et de la Menoua », il a décidé de démissionner du Sdf. Le lendemain, 03 novembre 2010, c’est au tour de Sani Alhadji, militant de Yaoundé, de remercier le président national d’avoir fait de lui, en 2006, un membre de la cellule des conseillers. Mais, il lui annonce par la même occasion sa démission

du Social Democratic Front « après plusieurs réflexion et pour des raisons personnelles ». Le 27 octobre denier, un autre ancien député, Nguenevit, avait aussi démissionné pour des raisons qui lui sont propres.

Le 5 novembre 2010, toutes ces démissions ont été signifiées au président national du Sdf par exploit d’huissier. Cette vague de démissions vient enrichir celles enregistrées, en moins d’une semaine, de l’ancien premier vice-président du Sdf, Pierre Kwemo, et de l’ancien président de la commission de stratégie de ce parti, Edith Kabang Wallah.

La Nouvelle Expression a contacté sans succès la direction nationale du Sdf pour vérifier si effectivement ces démissions ont été notifiées au parti.

David Nouwou

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE