14/11/2010 23:54:03
France: Le remaniement qui renforce François Fillon
Au jeu des chaises musicales, Alain Juppé et Xavier Bertrand entrent au gouvernement français, tandis que plusieurs ministres, Brice Hortefeux et Christine Lagarde, conservent leur portefeuille. Le centriste Jean-Louis Borloo et Eric Woerth sont les grands perdants de l’opération
Le temps
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est fait. Après des mois d’attente du remaniement ministériel, la page de la réforme des retraites tournée, le tempo s’est accéléré ce week-end. Nicolas Sarkozy est rentré plus tôt que prévu de Séoul, vendredi, et des consultations se sont tenues samedi et dimanche, assorties d’un ballet de limousines entre l’Elysée et Matignon. Le maintien de François Fillon au poste de premier ministre a été connu dimanche en milieu de matinée.

La composition du nouveau gouvernement a été dévoilée à 20h15 après des heures de suspense. L’exécutif comprend peu de nouveaux venus, surtout dans les postes les plus importants. Parmi eux: Alain Juppé, le maire de Bordeaux, fait son retour, comme ministre de la Défense et numéro deux du gouvernement, à la place du centriste Hervé Morin. Xavier Bertrand, le secrétaire de l’UMP, prend la tête d’un grand ministère touchant à la cohésion sociale, qui couvre le Travail, l’emploi et la santé. Sa nomination laisse la place vide à la tête du parti majoritaire et ouvre la voie à l’arrivée du président du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé.

Au jeu des chaises musicales, Michèle Alliot-Marie, la garde des Sceaux, change de maroquin et se voit confier les Affaires étrangères, à la place de Bernard Kouchner, l’un des derniers symboles de l’ouverture, qui quitte le gouvernement. Nathalie Kosciusko-Morizet prend du galon. La secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du développement de l’économie numérique devient ministre de l’Ecologie, le poste qu’occupait Jean-Louis Borloo. Un centriste, Michel Mercier, jusque-là chargé de l’Espace rural et de l’aménagement du territoire, reprend lui le portefeuille de la Justice, laissé vacant par Michèle Alliot-Marie.

Certains ministres conservent leur poste. C’est le cas de Brice Hortefeux, l’ami proche du président. Il garde l’Intérieur, un ministère clé pour les affaires liées à la sécurité et se voit adjoindre l’immigration. Christine Lagarde conserve l’Economie, l’industrie et les finances, un poste capital durant la présidence du G20, où son travail est salué. Elle continuera à collaborer avec François Baroin, le ministre du Budget qui devient également porte-parole du gouvernement. Luc Chatel à l’Education nationale, se voit attribuer aussi la Jeunesse. Pas de changement à l’Agriculture (Bruno Le Maire), ni à l’Enseignement supérieur et à la recherche (Valérie Pécresse), ni à la Culture avec Frédéric Mitterrand.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE