15/11/2010 18:23:54
Le Cameroun parmi les pays faible développement humain
Selon le rapport 2010 du Pnud, les progrès réalisés par le pays sont restés stationnaires depuis... 1980.
La nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

« Les personnes sont la vraie richesse d’une nation ». Par ces mots, le rapport sur le développement humain s’est fait le précurseur d’une approche nouvelle de développement dont l’objectif est de créer un environnement permettant aux populations de vivre longtemps, en bonne santé et dans un cadre créatif.

Ce document, qui paraît annuellement depuis 1990 sous la direction du Programme des Nations Unies sur le Développement, offre un élément de mesure sur la façon dont les êtres humains vivent dans chacune des sociétés et sur les libertés substantives dont ils jouissent. Le rapport 2010, intitulé La vraie richesse des nations. Les chemins du développement humain, qui a été présenté au public le 04 novembre dernier, se propose de faire le bilan de 20 années de développement humain et analyse l’évolution de l’Indice de Développement Humain (Idh) depuis 1970.

Globalement, les rédacteurs du rapport affichent une certaine satisfaction. « Nous vivons aujourd’hui dans un monde meilleur que ce qu’il était en 1990 qu’en 1970. Au cours des vingt dernières années, un grand nombre de personnes de par le monde ont connu des améliorations spectaculaires dans les aspects essentiels de leur vie. Dans l’ensemble, leur santé est meilleure, ils sont plus éduqués, plus riches et ont acquis un pouvoir de nomination et de responsabilisation de leurs dirigeants bien plus important qu’autrefois », concluent-ils. Selon les chiffres fournis, l’Idh moyen du monde a cru de 18% depuis 1990 (et de 41% depuis 1970). Des 135 pays représentant 92% de la population mondiale, 3 seulement (Rdc, Zambie, Zimbabwé) ont un indice plus bas aujourd’hui qu’en 1970.

Les pays ayant enregistré une évolution spectaculaire sont la Chine, l’Indonésie et la Corée du Nord, qui ont enregistré une « croissance miraculeuse des revenus » depuis 1970, ou encore Oman et le Népal qui enregistrent des progrès remarquables dans les dimensions non-monétaires du développement humain. Mais si l’analyse des indicateurs globaux peut justifier cette satisfaction, les données régionales incitent toutefois à mesurer cet optimisme. « L’Afrique subsaharienne affiche la plus forte incidence de pauvreté multidimensionnelle, celle-ci allant d’un minimum de 3% (Afrique du sud) à un massif 93% (Niger). La part moyenne des déprivations s’échelonne entre 45% (Gabon, Lesotho, Swaziland) et 69% (Niger). [...] la moitié des « multidimensionnellement pauvres » vivent en Asie du sud-est (51%, soit 844 millions de personnes) et plus d’un quart en Afrique (28%, soit 418 millions de personnes) , poursuit le rapport. Bien plus, parmi les 41 pays les moins bien classés, 35 sont de l’Afrique subsaharienne et 14 occupent les derniers rangs.

Le Cameroun à la traîne

Avec un indice de développement humain mesuré à 0.460, le Cameroun figure dans la catégorie des pays à faible développement humain, et se classe 131e sur 169. Son indice de pauvreté multidimensionnelle, qui indique le nombre de gens qui sont pauvres et le nombre de privations que les ménages pauvres confrontent, est mesuré à 0.299 sur une échelle allant de 0 à 1. 26% de la population n’a pas accès à l’eau, alors que 53% n’a pas accès à l’assainissement. L’espérance de vie de 51,7 ans est inférieure à la moyenne mondiale de 70 ans, alors que le revenu moyen de 2197 dollars est 4 fois inférieur à la moyenne de 10 645 dollars.

Depuis 1980, l’Idh n’a cru que de 0.87%, passant de 0.354 à 0.460 en 2010. Ces chiffres, couplés à ceux de la 3e Enquête camerounaise auprès des ménages de 2007 et du dernier Recensement général de la population et de l’habitat, permettent de mettre en lumière la pauvreté qui continue de caractériser le quotidien des camerounais. 39,9% de la population vit avec moins de deux dollars par jour, alors que la croissance démographique de 37,5% peine à être satisfaite par la croissance de l’économie qui ne dépasse guère les 5%.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE