16/11/2010 03:39:03
Que prépare le RDPC ?
Après s’être pendant plus de vingt ans accaparé de tous les pouvoirs grâce à la force et aux fraudes électorales, le RDPC s’est installé dans l’illusion qu’il est majoritaire dans le pays. Or plus son régime est poussé vers plus de transparence, plus il s’aperçoit qu’avec son bilan catastrophique en 28 ans de gabegie et de mal gouvernance...
SDF
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Après s’être pendant plus de vingt ans accaparé de tous les pouvoirs grâce à la force et aux fraudes électorales, le RDPC s’est installé dans l’illusion qu’il est majoritaire dans le pays. Or plus son régime est poussé vers plus de transparence, plus il s’aperçoit qu’avec son bilan catastrophique en 28 ans de gabegie et de mal gouvernance, il a plongé le peuple dans une telle misère, qu’il ne place tout espoir de changement que dans les forces de progrès conduites par le SDF.
Voila trois semaines que le pays vit au ralenti. A l’absence chronique du Président de la République, est venu s’ajouter l’embrigadement par le RDPC  de tous les membres du gouvernement ainsi que de la totalité des hauts cadres de l’administration, officiellement pour aller sensibiliser ses militants à s’inscrire sur les listes électorales.
Part conséquent, tout ce qui compte au Cameroun est au maquis. Le pays vit au ralenti pendant que le peuple s’interroge dans l’angoisse. Dans un pays normal, une telle situation n’arrive qu’en temps de guerre.
Il est vrai que dans notre multipartisme administratif, nous sommes déjà habitues aux extravagances du RDPC qui se comporte toujours comme le parti-État qu’il était à l’époque du parti unique, en transformant le gouvernement et toutes les structures administrative en organes de base. 


Une situation aggravée par la nature dictatoriale et prébendière du régime qui place tous les détenteurs d’une parcelle du pouvoir dans une situation de serviteur zélé afin de préserver leurs acquis.
Mais pour que le RDPC aille jusqu’à mettre le pays a l’arrêt, uniquement pour aller convaincre ses propres militants à s’inscrire sur les listes électorales, il peut difficilement convaincre les camerounais qu’il n’est pas en grande difficulté.
Après s’être pendant plus de vingt ans accaparé de tous les pouvoirs grâce a la force et aux fraudes électorales, il s’est installé dans l’illusion qu’il est majoritaire dans le pays. Or plus son régime est poussé vers plus de transparence, plus il s’aperçoit qu’avec son bilan catastrophique en 28 ans de gabegie et de mal gouvernance, il a plongé le peuple dans une telle misère, qu’il ne place tout espoir de changement que dans les forces de progrès conduites par le SDF.
Il a beau s’évertuer à le manipuler ou à le détruire grâce aux taupes infiltrées en son sein, il a beau tenter de noircir son image en le présentant le comme un parti affaibli par les exclusions et les démissions, rien n y fait, peuple semble avoir fait son choix.


D’ou le boycott massif des mascarades électorales du régime et en particulier de la comédie orchestrée actuellement sur le terrain par ELECAM pour cautionner sa machinerie de fraude.
Le SDF a posé à cette ELECAM onze conditions pour collaborer avec elle et appeler le peuple à aller s’inscrire sur les listes électorales. Plutôt que de l’inviter à remplier ces onze conditions, le RDPC a choisi le passage en force, en se substituant à ELECAM pour renforcer le faux fichier électoral qu’il lui a transmis.
Ainsi, dans ses réunions de base, sur les marchés, dans les églises, sur les lieux de deuils et de funérailles, le parti au pouvoir est entrain de confectionner de fausses listes qu’il remet à ses militants qu’il a nommés à ELECAM. Ceux-ci n’ont plus qu’ à enregistrer et annoncer triomphalement comme de nouveaux inscrits comme la fait récemment le directeur des élections M. Sani Tanimou...


Plus grave, pour ce qui se présente comme une véritable mascarade, le Secrétaire général du RDPC a pris sur lui de mettre le gouvernement de la République et  toute l’administration en mission commandée pour une durée indéterminée, en leur intimant l’ordre de ne rentrer à Yaoundé qu’a la convocation du corps électoral.
Qu’est ce qui se cache derrière cette gigantesque mise en scène du parti au pouvoir?
Malgré la résistance populaire qui se manifeste déjà (Akom II, Okola, Douala etc.), les mises en garde des partis politiques, de la société civile et de la communauté internationale, le RDPC est-il décidé à tenter un énième passage en force au risque de provoquer la guerre civile dans ce pays?


Pour sa part, le SDF lui rappelle qu’il a dit et maintient qu’il n y aura pas d’élections au Cameroun avec ELECAM dans sa configuration actuelle. A bon entendeur, salut.


© Correspondance : Hon. EVARISTE FOPOUSSI FOTSO, Membre Shadow Cabinet SDF

Hon. Evariste Foupoussi Fotso

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE