03/07/2009 15:18:29
Adoption de la transformation de la Commission de l'UA en Autorité
Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) ont approuvé à Syrte, ce vendredi à l'aube, de manière consensuelle le projet de transformation de la Commission de l'organisation en une Autorité.
PANAPRESS (Agence Panafricaine de Presse)
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Mais pour mettre en œuvre cette décision, ils doivent amender l'Acte constitutif de l'Union et exhorter les pays membres à accélérer la ratification des amendements.

En outre, le rapport rédigé à cet effet précise que «des amendements aux protocoles et aux règlements intérieurs pourraient s'avérer nécessaires»

Dans la structuration de l'Autorité, les chefs d'Etat et de gouvernement ont repris les propositions contenues dans le rapport du comité exécutif qui s'est tenu en avril dernier à Tripoli, en Libye, notamment la création de postes de président, d'un autre vice-président et de huit secrétaires.

Les propositions du guide libyen, Mouammar Kadhafi, demandant à prendre en compte la défense commune, la sécurité et la coordination des relations extérieures ont été prises en compte.

C'est ainsi qu'un poste de coordonnateur de la Défense commune a été créé dans l'Autorité, tout comme celui d'un secrétaire chargé de l'Industrie.

En plus, les prérogatives de certains secrétaires ont été renforcées pour intégrer d'autres suggestions du guide libyen.

C'est ainsi que le secrétaire au Commerce, à l'Industrie et à la Coopération internationale va aussi s'occuper du dossier du Nouveau partenariat pour le développement économique de l'Afrique (NEPAD).

En revanche, les chefs d'Etat et de gouvernement n'ont pas accepté de supprimer les organes de l'UA et de transférer leurs compétences au niveau de l'Autorité qui deviendra ainsi le seul organe exécutif de l'organisation.

Ils ont maintenu la structure actuelle de l'UA qui comprend, entre autres, la conférence, le conseil exécutif, le Conseil de paix et de sécurité (CPS), le Parlement panafricain, la Cour africaine des droits de l'homme, l'Autorité et le Comité des représentants permanents.

«Il sera nécessaire de procéder à la révision du cadre institutionnel de l'Union pour permettre à ces organes de jouer un plus grand rôle dans l'accélération du processus d'intégration continentale», ajoute le rapport des chefs d'Etat et de gouvernement.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE