26/11/2010 06:06:52
Biens mal acquis: Issa Tchiroma défend Paul Biya
"Le président Paul Biya est d'une sérénité imperturbable", a déclaré le ministre camerounais de la Communication. Issa Tchiroma Bakary trouve en la démarche des auteurs de la plainte déposée contre son "Patron" diffamatoire et attentatoire à l'honneur de la nation".
Camerpress
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le ministre camerounais de la Communication a donné une conférence de presse en début de soirée à Yaoundé, pour donner la position du gouvernement camerounais dans l'affaire des biens mal acquis du président Paul Biya, qui fait l'objet d'une enquête préliminaire au parquet de Paris en France en ce moment.

"Le président Paul Biya est d'une sérénité imperturbable", a déclaré le ministre camerounais de la Communication. Issa Tchiroma Bakary trouve en la démarche des auteurs de la plainte déposée contre son "Patron" diffamatoire et attentatoire à l'honneur de la nation. "Cette période, en cette veille d'élection présidentielle qui aura lieu en octobre 2011, est le moment propice où les gens donnent les coups les plus sordides et les plus bas à leurs adversaires". Le Mincom a précisé que "le Cameroun n'est pas un Etat bananier et ne le sera jamais. Ils sont en train de mener une bataille perdue d'avance", a commenté Issa Tchiroma Bakary pour c'est une vieille histoire récurrente de cette diaspora qui est en train d'instrumentaliser la justice française.

Il n'est pas allé du dos de la cuillère pour pointer du doigt les médias français, qui ont "amplifié la nouvelle". Citant ainsi Tv5, Lci, France 24 et ITélé. Pour ce faire, il a promis d'exercer son droit afin de rétablir la vérité. Toutefois, a-t-il indiqué, "les relations entre la France et le Cameroun frisent la perfection. Et le Cameroun fait confiance à la justice française, qui n'est pas sous les ordres".
Le président camerounais Paul Biya "ne dispose pas de patrimoine en France ou ailleurs", a affirmé aujourd'hui la présidence camerounaise, après la plainte déposée contre lui en France pour "recel de détournements de fonds publics".

Le directeur du cabinet civil du président, Martin Belinga Eboutou, a précisé dans un communiqué que la présidence a "appris à travers les médias" l'ouverture la semaine dernière par le parquet de Paris d'une enquête préliminaire "après le dépôt, par une certaine association dénommée Union pour une diaspora active, d'une plainte contre le chef de l'Etat (...), soupçonné de s'être constitué un important patrimoine en France financé par des détournements de fonds publics".
Cette plainte a été déposée le 2 novembre. "Le cabinet civil de Monsieur le Président de la République, qui se réserve l'usage des moyens de droit contre les auteurs présumés de cette action, attend les conclusions de ladite enquête", affirme M. Belinga Eboutou.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE