20/12/2010 02:11:56
Sauver le régime Biya: Blaz Design en mission commandée aux USA
Avec son épouse, le célèbre créateur de mode camerounais fait des pieds et des mains pour soigner, à l'extérieur, l’image écornée du Cameroun. Ce, au profit du couple présidentiel pour qui ils agissent, en catimini.



 

Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le couple Blaz et Appolonnie Design multiplient des séjours aux Etats-Unis d'Amérique (Usa). Officiellement, c'est pour des congés ou des visites de travail. Le dernier voyage en date au pays de l'Oncle Sam s'est déroulé en début octobre 2010. Les deux inséparables, co-fondateurs de la Fondation médico-chirurgicale Maria Rosa Nsisim (un centre hospitalier ultramoderne sis à Ahala, une banlieue de Yaoundé), y prenaient part, en tant que représentants du Cameroun, à la 2ème édition de la Conférence du secteur privé de la Santé Etats-Unis-Afrique. Mais en réalité, cette rencontre n'a été qu'un prétexte pour Blaz Disign qui, comme à son habitude, s'est servi de sa belle image d'artisan de la mode internationalement reconnu, pour faire du lobbying en faveur du régime de Yaoundé.

Résultat, il a eu, le 6 octobre 2010, une audience au département d'Etat américain avec le Secrétaire d'Etat adjoint chargé des Affaires africaines, Johnnie Carson. Officiellement, rien ne filtre de leurs échanges. Cependant, nos enquêtes révèlent que Blaz Design, de son vrai nom Blaz J. E. Essomba,  l'équipementier des armées camerounaises, vient d'obtenir que des médecins américains arrivent très prochainement au Cameroun, dans le cadre du « Project Hope », pour former bénévolement le personnel médical des hôpitaux camerounais, en utilisant le confortable plateau technique de la Fondation médico-chirurgicale Maria Rosa Nsisim. Une initiative qui, selon nos sources, sera mise à l'actif du couple présidentiel pour redorer son blason.

En plus, lors de son dernier séjour américain, Blaz Disign a rencontré, à Washington, Robert Jackson, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun. Ceci, quelques jours seulement avant que le diplomate américain ne vienne présenter les copies figurées de ses lettres de créance à Henri Eyébé Ayissi, le ministre des Relations extérieures, le 12 octobre ; soit quatre mois après sa nomination à ce poste, en remplacement de Janet E. Garvey. Connaissant l'influence des précédents ambassadeurs américains sur le pouvoir en place à Yaoundé, l'on peut imaginer le rôle d'émissaire qu'a, une fois de plus, joué Blaz Disign en faveur du régime, en mettant tout en œuvre pour être parmi les premiers Camerounais à échanger avec Robert Jackson  qui, avant d'être affecté au Cameroun était, depuis octobre 2009, chargé d'affaires par intérim à l'ambassade des Etats-Unis à Rabat au Maroc.

L'atteinte du Millenium Account

Autre fait marquant : en septembre 2010, Blaz Disign fait venir à Yaoundé une délégation de Good Works International, l'influent cabinet de lobbying américain créé par Andrew Young, premier noir américain maire à Atlanta et ambassadeur des Usa aux Nations unies. Ce rendez-vous aboutit formellement à la mise sur pied d'une plateforme d'accueil et d'accompagnement des investisseurs américains au Cameroun.  Mais ce n'est que le côté visible de l'iceberg.

Des sources bien introduites révèlent que Good Works International, dont la délégation avait alors été reçue par le Premier ministre, Philémon Yang, au nom du président de la République, est actuellement sous contrat avec le Cameroun  pour l'amélioration de la perception de l'image du régime à la Maison Blanche. Une opération visant particulièrement l'atteinte du Millenium Account ; mécanisme de financement américain adossé sur la bonne gouvernance, la démocratie, le respect des libertés, etc. Un mécanisme derrière lequel le Cameroun court depuis des années. Pour montrer pâte blanche à la Maison Blanche, Blaz Disign, cet entrepreneur réputé  proche du régime de Yaoundé, particulièrement de Mme Chantal Biya (dont il est l'habilleur), auprès de qui il aurait une certaine audience, a de nouveau été mis à contribution.

 
Miss Edjengui Paul Biya 2009

Chose peu anodine : en 2009, le Pdg du groupe Blaz Design Management and Investment (Bdmi) arbore subitement la casquette de journaliste, avec le privilège d'être le tout premier Camerounais à interviewer Mme Chantal Biya. Ledit entretien est publié dans les colonnes du périodique Gestion et Perspectives et repris par plusieurs journaux de la place.  A travers ses questions bien ciblées, Blaz Disign lui donne l'opportunité de vanter ses actions en faveur des plus démunis. Quelques temps après, on verra encore le créateur de mode camerounais aux côtés de la première dame, conduisant avec elle sur le terrain à Mbang, dans la Kadey, à l'Est du pays, la cérémonie d'arbre de Noël organisée par celle-ci pour des pygmées Baka.

De sources sûres, c'est Blaz Design qui aura financé de bout en bout cet événement. Par la même occasion, un défilé de mode fait d'une native de la région, mademoiselle Brigitte Mang'o, Miss Edjengui Paul Biya 2009. Autant de choses qui amènent à conclure que Blaz et son épouse ne roulent plus que pour le couple présidentiel. L'admission de leur groupe au sein du Corporate Council on Africa (Cca), un club de multinationales américaines composé des géants comme Boeing, Coca cola, Standard bank group, Chevron, Good Works International leur donne encore plus de tonus pour continuer leur mission.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE