20/12/2010 03:13:10
Opinion: Lettre ouverte Paul Biya
Monsieur le Président  suite à votre discours du 8 décembre 2010 à Bamenda, j’ai décidé de réagir sur ce que j’appelle la continuité des promesses  non tenues et l’institutionnalisation du néant.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

En effet, nous savons tous combien de fois vous êtes allergique au franc parler, mais  ayant accepté la responsabilité de diriger notre pays, vous deviez cela vas de soi-vous attendre un jour à ce genre de réaction. Voila bientôt 30 ans que nous vous obéissons. Que n’avons-nous pas fait durant ce temps, pour vous être utile et agréable, chanter, danser, animer, bref en un mot, nous sommes passés à toutes sortes d’humiliation,d’avilissement etc. que même la colonisation étrangère ne nous avait jamais fait subir.


Monsieur le Chef de l'Etat, où en sommes nous avec les grands chantiers et grandes ambitions promis par vous depuis que vous êtes à la tête de cet Etat ? Y êtes-vous parvenu ? Oh non. Après toutes ces années de pouvoir absolu que vous avez exercé et continue de le faire, nous nous trouvons en présence de deux camps absolument distincts. D’un côté, quelques privilégiés scandaleusement riches, de l’autre la masse de la population croupissant dans la misère et la pauvreté extrême.


Monsieur le président, vous appartenez à une ethnie  pour laquelle j’exprime autant de fierté. Ensuite, vous n'avez jamais adhéré à la logique de la tribalité. Il ne me semble ainsi normal que le devoir de l’honnêteté intellectuelle sur la situation de notre pays doivent prévaloir sur la logique de l’échec social entretenu par vos soins.


Vos discours de promesses dont le contenu n’a jamais changé depuis votre accession à la magistrature suprême jusqu'à ce jour, laissent les camerounais septiques sur leur situation. Nous en voulons pour preuve, les résultats: Le Cameroun a regressé en tout, la misère en quelques années a pu construire son nid, nos routes n'ont plus que de noms et sont devenus des mourroirs, nos hopitaux constituent les centres d'affaires des médécins, l'insécurité, les délestages, le manque d'eau potable etc font du Cameroun une poche de misère en Afrique centrale


Les seules  fois où Paul Biya le chef de l'Etat s'adresse aux camerounais(es) ne sont que les 10 février,20 mai et le 31 décembre. Message à la nation qui se fait généralement via satellite depuis les conforts de votre palais d’Etoudi.


Il n’est plus un secret pour personne que vous êtes l’un des plus grands émetteurs de Co2 , un des plus grands destructeurs de la couche d’ozone  avec vos voyages fréquents à l’étranger sur le dos  du contribuable camerounais, les câbles secrets américains dévoilés par Wikileaks la semaine dernière parlent de vous et vos voyages avec d’énormes sommes d’argent en liquidité  qui n’ont rien à faire avec le développement de la nation(on se souvient tous de votre aide de camps  a Genève en suisse qui avait réussi de soutirer plus de 6millions de dollars cash) .


Monsieur le chef de l'Etat camerounais, la majorité visible de camerounais(es) dont la souffrance ne vous évoque certainement rien attend de vous un discours de changement radical de la situation politico-économico-sociale  du pays.
Paul Biya, vous êtes l’une des brillantes nullités en matière de développement. En cela refuseriez vous d’être le premier des apprentis sorciers ?
De la tribalité...Vous avez beau affirmer haut et fort à travers vos sbires que les objectifs du gouvernement du renouveau ont êtes atteints. Mais c’est faux. Qu’en est-il du chômage  de 60% de la population? Qu’en est –il de l’échec de notre politique d’éducation et de sante ? Créer une université d’Etat à Bamenda sur discours et décret  après 28ans au pouvoir est bien beau pour slogan et lancement de la campagne présidentielle de 2011, mais la question de nos jeunes diplômés sortis des universités et grandes écoles est toujours sans réponse. Aucun véritable forum national de l’emploi organisé par votre gouvernement. Monsieur le Chef de l'Etat, votre  politique est nulle et cancéreuse voire dangereuse pour le Cameroun


De la corruption...La corruption est sans précédente au Cameroun. Au moins ici vous pouvez dire haut et fort que vous vous avez eu la palme d’or  la consécration suprême en faisant de nous  le pays le plus corrompu  et en faisant de notre nation un paradis dans lequel les fonctionnaires, fidèles et loyaux  au régime sont des milliardaires . Merci encore pour cette honte. Selon Transparency International le Cameroun continue sa chute libre  avec au menu notre classement dans le top 10 en 2010.
Peut-être parlerez vous de l’opération épervier, nous serons  tous enchantés que votre gouvernement et vous nous communiquent le montant des  fonds détournés, récupérés par nos institutions depuis le lancement de l’épervier .


En 2010 l’épervier a conduit à l’incarcération de près d’une centaine de personnes dont 9 ex ministres, 8 anciens patrons d’entreprises publiques, un ex ambassadeur, un ancien député, un ex ministre des finances, Siyam Siewe du port autonome de Douala accusé d’avoir détourné  53 millions d’euros, prison à perpétuité, Ondong Dong 39,6 millions (Feicom) 20 ans de prison. (Il est à rappeler que la fondation Chantale Biya a bénéficié de ces mêmes fonds détournés pour financer sa fondation), Abah Abah 7,4 millions d’euros,Olanguena  Awono accusé de détournement de près de 750millions de frs CFA etc.…La liste est longue


L’Opération épervier est plus médiatique,théâtral, qu’effective. Il n'est point besoin d'être atteint de la myopie pour constater que l'Opération Epervier est une arme utilisée par vous pour polir et blanchir votre image sur la scène nationale et internationale en vue des élections de 2011. Un jour, l'étau se refermera sur vous.
Le flou dans les finances publiques, la gestion du patrimoine national, le refus du partage de la richesse( en exemple du pétrole, en 2007 le Cameroun a signer l’initiative sur la transparence des industries extractives tel le pétrole Essimi Menye, ministre des finances et Mme Agnès Solange Ondigui Owona préside le groupe multipartite Cameroun la prochaine réunion de cet organisme international se tiendra les 2-3 mars 2011 a paris , le Cameroun n’a toujours pas déclare clairement la gestion de ces ressources pétrolifères)


L’héritage que vous nous avez donné  et comptez laisser à nos enfants et petit fils est consistant. Sous votre gouvernement, la dette du Cameroun vis-à-vis des bailleurs internationaux est devenue indicible.
Du progrès social, Monsieur le président, où est donc le progrès social que vous ne cessez de parler quand les camerounais sont sous alimentés? vivent dans la précarité ?,le panier de la ménagère devenu un panier vide ? Vous me rappeler beaucoup de Robert Mugabe à la seule différence que le Zimbabwe est prêt de l’Afrique du sud géographiquement et le Cameroun est en Afrique centrale. En termes de dictature politique et politique sociale, c’est "blanc bonnet-bonnet blanc".
Où est le progrès social quand les filles et fils du pays, matière grise indispensable au développementsont poussés à l’exil ? Les seuls rêves de la jeunesse camerounaise est de s'en aller, aller mendier chez le voisin lointain. Mêmes les vieilles personnes sont entrées dans la danse. On retrouve depuis un certain temps des personnes âgées d'origines camerounaises dans les capitales occidentale...
Où est le progrès économique quand les entreprises à capitaux d'Etat sont toutes privatisées ou fermées pour certaines d'entre elles. Il ne serait pas exagérer de dire ici Mr le président que les camerounais sont confrontés à une situation qui dépasse votre gouvernement. 


Le développement du Cameroun par les camerounais d’abord
Monsieur le président la grandeur d’une nation ne pourra jamais se construire tant que la gestion économique restera sous la tutelle des entreprises étrangères qui violent et bafouent les lois de la république et réduisent les camerounais à la mendicité dans leur propre pays. Tout économiste digne vous le dira. Mais la grandeur de la nation ne peut être visible que si l’on octroie à ses fils et filles la confiance et la place qu’ils méritent pour contribuer à son progrès 


Le Cameroun sous pilotage virtuel
Monsieur le président si la gouvernance du Cameroun par vous se fait  par pilote automatique (puisque vous  n’êtes quasiment jamais là et ne tenez jamais de conseil de ministres), il y’a des moments où la confrontation de la réalité ne pourrait être évité. Le pays est au bord de l’implosion sociale et nous espérons que le Cameroun ne connaitra pas le sort des autres pays africains .


Une jeunesse et génération sacrifiée au profit des barons du pouvoir
Monsieur le chef de l'Etat, le cameroun appartient à tous les Cameroun sans discrimination aucune. Par conséquent, je vous demande avec courtoisie  de renoncer  de vous  présenter à la prochaine élection présidentielle de 2011. Les Camerounais souhaitent une alternance démocratique et sociale digne de ce 21 siècle.  Vous avez fait du Cameroun d’une poudrière qui n’attendrait qu’une étincelle pour exploser.Avec votre âge, il est temps pour vous de prendre votre retraite car,votre décès en fonction entraînerait par exemple une importante crise aggravé par le flou entourant les dispositions  constitutionnelles pour une transition. Oui monsieur le président la nature règle loyalement ses comptes et vous n’échapperez pas a cette loi (exemple, Mobutu, Bongo, Bokassa et autres…..)
Cette politique d’un pas en-avant et trois pas en arrière doit cesser , au lieu d’avancer nous reculons sous votre régime .Pire encore, vous avez systématiquement refusé  par toutes sortes d’artifices de démocratiser les institutions du pays en imposant un unanisme  de façade qui ressemble de plus en plus à une paix de cimetiere.
 
Le Cameroun aura-t-il son Dadis Camara ?
Vous ne cessez de parler de paix sociale et de l’intégrité du Cameroun. La réalité est qu’avec votre régime éteignoir de la démocratie,après vous le pays risque de connaitre un chaos politique et social plus grand encore que celui dont vous ne cessez de vanter les mérites. La réalité est qu’avant vous il n’y avait pas de guerre au Cameroun mais avec vous à l’allure où vont les choses, toutes les conditions sont réunies pour déclencher une crises sociale violente.
A Bamenda  vous avez comme d’habitude promis ciel et terre dans le système de promotion des officiers (l’élimination de la vallée de la mort  chez les officiers subalternes par exemple)   s’il  est admis en effet que la responsabilité suprême de l’armée est  Celle du président de la  république, chef des armées, il ne pourrait se concevoir que l’armée soit, pour autant une "chasse gardée", un domaine exclusivement réservé au président de la république.
Prière de considérer cette lettre comme un appel pour éviter l’implosion sociale qui chaque jour guette notre beau triangle national qu’est le Cameroun. Peut-être avez-vous encore le temps de changer  le cours des événements dans un sens favorable, un vrai chef c’est celui qui écoute et reconnait ces erreurs, vous l’avez toujours faites et n’avez jamais tiré de conséquences


Très patriotiquement,

Martial Kelojou,

Membre de la Diaspora pour le changement démocratique au Cameroun, Représentation de Washington, DC

Martial Kelojou

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE