14/01/2011 03:49:40
Financement de l'homosexualité: La sainte colère du Cameroun contre l'UE
Le ministre des Relations extérieur a convoqué hier le chef de la délégation de la Commission européenne pour le tancer. Le gouvernement demande aux Européens d'utiliser leur argent plutôt dans des projets pouvant sortir le Cameroun de la pauvreté.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Sur hautes instructions du chef de l'Etat Paul Biya, le ministre des Relations extérieures, Henri Eyébé Ayissi  a « convoqué » le chef de la délégation de la Commission européenne au Cameroun. Cette rencontre, a-t-on appris n'était pas « très cordiale ». D'après notre source, le ministre Henri Eyébé Ayissi (photo) a fait savoir à Raoul Mateus Paula que le « gouvernement camerounais était très outré par l'attitude européenne en ce qui concerne la question de l'homosexualité et désapprouvait beaucoup cette posture qui a plutôt tendance à ternir l'image des relations diplomatiques qui existent entre le Cameroun et l'Union européenne ».

En clair, l'Etat est très mécontent de ce que la Commission européenne « finance l'homosexualité ». « Vous avez mieux à faire avec cet argent. Il y a de nombreux projets que vous pouviez financer avec cette somme d'argent de manière à nous aider à atteindre les ambitions de développement de notre pays (...) Cela est très fâcheux pour notre pays où les lois sont claires vis-à-vis de cette pratique », a déclaré en substance le ministre des Relations extérieures. L'entrevue a été assez brève. Ce d'autant plus qu'il ne s'agissait pas, comme d'habitude, d'une rencontre de courtoisie. Et encore moins d'une rencontre pour une « quelconque négociation », le Cameroun demandant clairement à l'Union européenne de revoir sa position par rapport à ce sujet brûlant. En réponse, Javier Puyol n'a, paraît-il, pas trop voulu s'étendre sur la question. Il aurait tout simplement pris note de la réaction du gouvernement camerounais, en promettant de la faire savoir à la Commission européenne.
 

L'Adefho au centre de la controverse

Cette réaction gouvernementale fait suite à une aide financière accordée à une association camerounaise qui dit défendre les droits des homosexuels dans le pays. L'Association de défense des homosexuels (Adefho), fondée par Me Alice Nkom (Photo), avocate au barreau du Cameroun et activiste des droits de l'Homme, a reçu de l'Union européenne la rondelette somme de 300 000 euros (soit environ 195 millions Fcfa). Ce financement accordé il y a quelques temps seulement, a soulevé un tollé général au sein de la grande majorité des Camerounais. La presse a relayé l'information, en prenant bien soin de signifier son mécontentement. Des débats télévisés ont été organisés où l'on sentait une animosité certaine, même si certaines personnes proches des milieux homosexuels essayaient de « comprendre ». Les confessions religieuses ont vivement condamné ce financement. Dans la rue, les débats étaient hautement marqués par l'indignation. Un fonctionnaire du ministère de la Communication , sur une chaîne de télévision, a même estimé qu'en acceptant l'aide de l'Union européenne, Me Alice Nkom s'était rendue coupable de crimes contre la loi camerounaise, la souveraineté et l'indépendance du pays.

En fait, les réactions ont été vives, violentes, voire haineuses. Même si certains tentaient d'y mettre un peu de bémol. Il ne restait donc plus que la position officielle de ceux qui gouvernent le pays. Certains Camerounais avaient d'ailleurs accusé le gouvernement et le président de la République d'observer « un silence complice ». C'est certainement pour cela que Paul Biya a fini par signifier son mécontentement à l'Union européenne. Il faut le préciser, la pratique de l'homosexualité en terre camerounaise est réprimée par la loi pénale du pays. L'Adefho, elle, s'attèle à « accompagner juridiquement » les personnes poursuivies par la justice pour pratique homosexuelle. C'est sur cette base qu'elle a obtenu ce financement. Maintenant que la diplomatie s'en mêle avec la réaction du gouvernement camerounais, on attend de voir si, comme le souhaitent beaucoup de gens, ce financement sera stoppé ou intercepté.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE