15/01/2011 15:37:29
Limogeage populaire
En Afrique, où le nombre de présidents ayant quitté leur fauteuil de leur plein gré se compte sur les doigts d’une seule main. Même ceux régnant dans des pays où les mandats présidentiels sont limités constitution-nellement trouvent souvent un moyen de prolonger leur règne.
Liberté
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La colère de la rue a fini par avoir raison de Zine El Abidine Ben Ali. Sa cession "provisoire" du pouvoir à son Premier ministre le laisse penser, en tout cas. C'est à un véritable limogeage populaire du président que les Tunisiens ont procédé en déposant Ben Ali. Certes, la facture est salée au vu du nombre de victimes depuis le début du mouvement contestataire, mais le résultat est là : le président a fui le pays. Après cela, il est, certes, difficile d'imaginer un retour au palais de Carthage du président Ben Ali après cette révolte populaire sans précédent, mais ce leg temporaire du fauteuil présidentiel sent la manœuvre politicienne.


Cette manière de faire n'est-elle pas une nouvelle ruse de sa part pour mieux rebondir par la suite après l'échec de nombreuses concessions et décisions contenues dans son discours de jeudi soir, qui n'ont pas eu d'effet sur la révolte populaire ? Peut-être espère-t-il opérer un come-back une fois le calme et la sérénité revenus et la révolte populaire essoufflée. Eu égard au flou qui entoure le passage du témoin au Premier ministre Ghannouchi, il n'est pas absolument certain que Ben Ali ait abdiqué définitivement devant la pression du peuple tunisien, déterminé à aller jusqu'au bout de sa protesta sociale qui n'avait pas tardé à se voir relayée par l'opposition politique. L'histoire nous a appris que les chefs d'état, qui se sont enracinés au pouvoir durant une ou plusieurs décennies, ne lâchent pas prise de gaieté de cœur.


Les exemples ne manquent pas dans le tiers-monde, plus précisément en Afrique, où le nombre de présidents ayant quitté leur fauteuil de leur plein gré se compte sur les doigts d'une seule main. Même ceux régnant dans des pays où les mandats présidentiels sont limités constitutionnellement trouvent souvent un moyen de prolonger leur règne, ne laissant à la population que la rue pour les déloger, ce qui s'accompagne forcément de dégâts humains et matériels et des séquelles. Désormais, il appartient à l'opposition tunisienne de fructifier les acquis de cette victoire de l'insurrection populaire pour démocratiser réellement ce pays, qui a été trop longtemps bâillonné et ses citoyens privés de leurs droits et de leurs libertés.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE