27/01/2011 01:24:44
Du "Nnom Ngii" camerounais au "Guide éclairé" guinéen...
" L'homme Lion " a reçu un sobriquet de plus au comice agro-pastoral d'Ebolowa. Paul Barthélemy Biya'a Bi Mvondo que l'on connaissait aussi sous le surnom de " Big Katika ", " Popaul ",  " Fon des fons " s'appellera aussi désormais " Nnom Nguii ". Nom de campagne électorale, la traduction de ce sobriquet est différente selon la compréhension des un et des autres....
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Il s'agit du chimpanzé mâle, selon la traduction littérale. Les chimpanzés sont, comme chacun le sait,  membres de la famille des hominidés et de l'ordre des primates. Ces anthropoïdes d'Afrique équatoriale sont les animaux les plus proches des humains physiquement et génétiquement.

A quelques encablures de son futur  septennat,  le fauve va-t-il se transformer en grand primate de la forêt équatoriale française, ou faut-il comprendre son nouveau pseudonyme comme " le grand maître de la science et de la sagesse millénaire " ou encore  Nnom Nguii, " maître suprême protecteur  "? On se perd en conjectures.

Mais Biya n'est pas le seul chef d'Etat d'Afrique à s'affubler ou à accepter des sobriquets. Entre titres et surnoms, beaucoup se disputent la palme de l'imagination.

Ce n'est pas le " Léopard " du Zaïre qui nous démentirait. Joseph-Désiré Mobutu a pris en 1971 le nom de Mobutu Sésé Séko Nkuku Ngbendu Wa Za Banga (le Guerrier tout-puissant qui vaincra en raison de son endurance et de sa volonté inflexible, volant de conquête en conquête sans que personne ne puisse l'arrêter). Le Léopard s'appelait aussi  " le Génie de Gbadolite, le Grand Timonier, le Guide suprême de la Révolution , le Maréchal du Zaïre ". Excusez du peu.

Jean-Bedel Bokassa de  la République centrafricaine s'est fait appeler en 1976 pour quelques mois, Salah Eddine Ahmed Bokassa, puis Papa Bok. En 1972, il est devenu " Monsieur le Président à vie " ; en 1974, Monsieur le Maréchal de la Rca  ; En 1977, Bokassa Ier, Empereur de Centrafrique.

Le seul  " Miracle de Guinée Equatoriale ", ci-après Francisco Macias Nguéma, dépossédé du pouvoir par son neveu et qui fut tué sans autres formes de procès s'appelait aussi Macias Nguema Biyogo, puis à partir de 1976, Masié Nguéma Biyogo Negue Ndong, le Miracle national, le Miracle unique, le Grand Maître des Sciences, de l'Education et de la Culture.

Kwamè Nkrumah, de son nom de naissance Francis Nwia Kofi Ngonloma deviendra Osagyefo (le Rédempteur) ; Ahuna Bo Birim (Celui dont la présence électrifie) ; Atenka Suro (Celui dont la réputation fait trembler le monde) Bre Nsem Ase ; (qui est capable d'affronter les évènements incontrôlables) ; Katamanto (qui ne revient jamais sur sa parole) ; Oyeadieyie (le Rénovateur de toutes choses) ; Kasapreko (qui a le dernier mot).

Félix Houphouët-Boigny  était plus sobre : À la naissance, ses parents lui avaient donné les noms de  Dia Houphouët ; il deviendra ensuite Félix Houphouët, puis en 1945: Boigny (le bélier) ; Président-Paysan, le Premier paysan, le Crocodile,  Foufouet, le Vieux.

Empereur d'Éthiopie, Hailé Sélassié Ier, avait reçu à la naissance  le nom de  Tafari Makonnen. Il devint Tafari (Celui qui est craint) et Makonnen (noble), ensuite ce fut Le pouvoir de la Trinité , le Roi des Rois d'Éthiopie, le Seigneur des Seigneurs, le Lion conquérant de la tribu de Juda, la Lumière du monde, l'Élu de Dieu. Yes papa, il était fort !

Le Camarade président Ahmed Sékou Touré de  Guinée était connu comme  le grand Syli (éléphant), le Guide clairvoyant, le Stratège, Sékou TP (costume Trois-Pièces).

D'Albert-Bernard Bongo à El Hadj Omar Bongo en 1973  puis El Hadj Omar Bongo Ondimba en 2004, le défunt chef d'Etat gabonais était affublé de beaucoup de surnoms (le Boss, le Présida, le Mollah Omar, le Cannibale de Lewaï -sa ville natale-, le Sage de l'Afrique) etc.

Mouammar Kadhafi  n'est autre que le  " Frère leader, le Guide du 1er-Septembre, le Guide de la Révolution " alors que Jomo Kenyatta du  Kenya s'appelait à la naissance : Kamau wa Mugai ; à l'école : Johnstone Jomo Kenyatta ; la lance brûlante ; la ceinture de perles masaï ; le rénovateur des sanctuaires détruits, le Mzee.

Idi Amin Dada d'Ouganda se faisait appeler Son Excellence, Président à vie, Maréchal, Al Hadj Docteur Idi Amin Dada, Conquérant de l'Empire britannique en Afrique et en particulier de l'Ouganda, Omniprésent... Roi d'Écosse, hé oui !

Sékou Touré faisait remonter ses origines à Samory Touré, grande figure de la résistance à la pénétration coloniale. Il laissera la Guinée exsangue...

Ainsi va l'ego surdimensionné des hommes au pouvoir qui, pour masquer la confidentialité de leurs performances à la tête des Etats, le font dans l'esbroufe pour exister, en se faisant reluire les pompes aux yeux des peuples affamés?
 
Les surnoms des dictateurs et hommes publics à travers les âges

Il n'y a pas que l'Afrique. Dictateurs ou non, certains hommes publics à travers le monde ont gagné leur surnom au front, comme le chantre de la négritude, l'ex-président sénégalais  Léopold Sédar Senghor. Le Grand timonier pour Mao Zedong ; la Dame de fer pour Margaret Thatcher ; l'Homme du 18 juin pour Charles De Gaulle ; le Pape souriant pour Jean-Paul Ier ou le Parrain de la soul pour James Brown ; le Petit caporal pour Napoléon Bonaparte ; le Vieux lion pour Winston Churchill ; le Prince des ténèbres pour le diable et le Roi des Juifs pour Jésus...

Benito Mussolini se faisait appeler Il Duce (le conducteur, le guide). Fidel Castro demeure le El commandante, ou le Lider Maximo tandis que le roumain Ceauçescu, s'était imposé comme le génie des Carpates avant que quelques tomates pourries viennent mettre fin à ses prétentions de surhomme. Si Adolf Hitler était le Führer (guide), Joseph Staline avait coutume de se faire appeler Le petit père des peuples, alors que Mao Zedong a été baptisé Le grand Timonier. Le leader bien aimé Kim Il Sun, le défunt président coréen a eu comme successeur son fils Kim Jong Il, dit le président éternel....Rien que ça...

Cameroun: Les hommes publics baptisés par la rue

Au pays du Nnom Ngii, la presse et le bas-peuple ont affublé les hommes publics de surnoms qui reflètent peu ou prou l'image et la personnalité de chacun. Au Cameroun, ce ne sont pas seulement les chefs d'Etat ou des rois qui ont droit aux sobriquets et autres noms d'emprunt. Ceux-ci, d'une manière ou d'une autre, dénotent de l'image que les dépositaires renvoient au grand public. On ne sait comment ces surnoms font leur parturition sur l'échiquier social ou qui en est l'auteur, seulement, ce qui paraît évident, c'est qu'ils ont su trouver écho. Malgré le caractère pluriel de la masse, il se dégage une quasi unanimité sur la désignation de ces personnalités qui obéit certainement à plusieurs facteurs dont les plus révélateurs sont : la prestance ou l'aura de la personnalité ; la raillerie dont elle fait l'objet ; son pouvoir de nuisance. Plongée dans le monde des sobriquets qui sont tout aussi insolites que cocasses. Qu'on les aime ou pas, ils sont là et ont la peau dure !

Tour d'horizon de quelques sobriquets puisés dans le cru national


Pr Joseph Owona :   " Masa yo " ou " sapeur pompier "

Ce grand commis de l'Etat et homme de sciences a visiblement marqué son passage dans l'arène politique du Cameroun si on s'en tient au nombre de ses multiples sobriquets. En pidgin, lorsqu'on désigne un homme  par " Masa ", dans l'imagerie populaire, on fait allusion à la prestance du personnage et à son aura. C'est une marque de respect, de déférence et de considération. Donc, en appelant le Pr Joseph Owona " Masa yo ", le Camerounais ordinaire reconnaît en lui un personnage important. Par contre, l'expression " Sapeur pompier " dénotait de sa capacité à s'en sortir devant des situations difficiles. Le chef de l'Etat, en à croire certaines sources, n'hésitait pas à lui confier des dossiers pour le moins brulants et en sapeur pompier, " Masa Yo " parvenait à tirer son épingle du jeu.

Sadou Hayatou : " Odontol "

Voilà qui est bien insolite et qui relève de la raillerie dont le premier Premier ministre de l'ère démocratique sous Paul Biya, fait l'objet. Selon l'observation faite par le peuple, l'ancien directeur général de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (nationale) s'est fait remarquer par son sourire en toutes circonstances. Selon une certaine opinion, l'on n'aurait jamais vu Sadou Hayatou sans son sourire légendaire. Même lors du décès de sa fille, le Premier ministre de passage à l'Assemblée nationale, était toujours souriant. Mais pourquoi " Odontol " qui désigne une liqueur frelatée bien du terroir ? La raison est simple, " Odontol " était également un dentrifice, et comme sa finalité  est de produire un sourire éclatant, le bas-peuple a immédiatement porté ce sobriquet à l'ancien Pm qui aurait des dents toujours dehors comme pour illustrer la blancheur de sa dentition.

Pr Augustin Kontchou Kouomegni : " Zéro mort "

Né en 1945, ce professeur émérite de science politique fait son entrée dans le gouvernement du Renouveau en 1990 et deviendra par la suite l'un des ministres les plus controversés et vilipendés tant par l'opposition politique que par les médias. Le sobriquet qui est le sien à ce jour est tiré d'une de ses célèbres déclarations après les événements de 1991 à l'université de Yaoundé. On se souvient que les bidasses y ont fait irruption de manière musclée. Selon des sources concordantes, les éléments des forces du maintien de l'ordre n'ont pas hésité à ouvrir le feu sur les manifestants, non sans faire de victimes. Mais à la surprise générale, le Pr Kontchou Kouomegni, ministre de l'Information de l'époque, a toujours soutenu mordicus qu'il n'y a jamais eu de mort, donc " zéro mort " !  La société civile, l'opposition politique et la presse ont toujours contesté ce qui est devenu un slogan impopulaire. Depuis lors, dans la conscience collective camerounaise, qui dit Pr Augustin Kontchou Kouomegni, dit indubitablement " Zéro mort ". Voilà qui est bien triste.  

Remy Ze Meka: " Bad Boy "

Homme puissant et charismatique, originaire de Zoétélé dans le Dja-et-Lobo région du Sud, Rémy Zé Méka, a, n'en pas douter, de la poigne. Avec sa physionomie de catcheur, son visage toujours ferme et son sourire bien plus rare qu'un serpent de mer, Rémy Zé Méka, fait peur. Celui qui avait demandé un jour à son garde du corps qui était longiligne : " Entre toi et moi, qui garde même l'autre ", a une carrure qui inspire respect et considération. Il n'a pas le sens de l'humour, en tout cas, il ne le montre pas.  Si l'opinion publique l'apelle " Bad Boy " mauvais garçon en anglais, c'est que ce sobriquet un tantinet burlesque, illustre à suffisance le pouvoir et la capacité de nuisance présumée du personnage. A en croire des sources bien introduites, ce civil a eu le mérite de mettre des officiers supérieurs, en l'occurrence certains  généraux des forces de défense du Cameroun, au pas quand il était ministre de la Défense. Il n'y a que " Bad boy " pour le faire !
 

Garga Haman Adji : " Pêcheur de baleines "

Le président de l'Alliance pour la démocratie et le développement, Add, est rentré définitivement dans l'histoire en posant un acte politique d'envergure. Sa démission du gouvernement le 27 août 1992. Celui qu'on appelle désormais " pécheur de baleines " a durant son passage à la Fonction publique, traquer ceux des hauts cadres de l' administration qui avaient pour leitmotiv les détournements des deniers publics. Considérant la qualité et l'envergure sociales de ses " proies ", le public a tôt fait de considérer ces dernières comme des baleines. Celui qui se donnait un plaisir à débusquer ces " baleines ", à assainir l'administration de ses tares, est  désormais appelé " pêcheur de baleines ". A en croire certaines sources, cette " pêche aux baleines " a été pour beaucoup dans la démission de l'ancien ministre en charge de la Fonction publique et de la réforme administrative. Ce dernier, n'ayant plus des coudées franches, a décidé de jeter l'éponge.

Pr Gervais Mendo Ze : " Mariologue "  " Serpentologue "

Alors directeur général de l'office radio et télévision du Cameroun, Crtv, le Camerounais lambda se souvient assurément du zèle affiché par cet homme de lettres vis-à-vis de la " mère " du Seigneur Jésus-Christ, Marie. Le professeur Mendo Zé ne manquait pas d'éblouir les téléspectateurs par ses recherches sur la Vierge Marie. Des émissions tout entières furent dédiées à celui qui s'est fait appéler " Mariologue ". En effet, qui ne se souvient des thèses développées par ce " laïc  engagé " sur la " poncepilatitude " ? Sa propension à la recherche a également contribué à sa désignation de " serpentologue ". On ignore encore par quelle alchémie son nom a été lié à l'épopée de la " cousine Elise " dans l'émission à succès " A cœur ouvert " de l'animateur Joly Nnib Ngom diffusée sur les antennes de la Fm 94. Suite au branle-bas causé par cette émission, l'opinion publique a immédiatement affublé le Pr Gervais Mendo Zé de l'attribut de " Serpentologue ".

Djibril Cavaye Yéguié : " Cavaye yéyé "

Celui qui préside aux destinées du pouvoir législatif au Cameroun depuis 1992, a à tort ou raison, été jugé par ses compatriotes comme un " yéyé ", genre vieux jeu. Bien plus, avec sa manière  lancinante de prononcer des mots, et sa langue chantante, il est, à chaque apparition au petit écran comme ailleurs, chambré. Et sa façon bien particulière de zozoter fait rire plus d'un. Le président de l'Auguste chambre est de facto sous les chaumières reléguées aux railleries. Il n'est pas rare de rencontrer des gamins se moquer de leur camarade en l'appelant " Cavayé yéyé " pour lui signifier non seulement son étrange ressemblance avec la deuxième personnalité en terme protocolaire au Cameroun, mais aussi pour lui signifier son incapacité à bien articuler les mots.

Pierre Moukoko Mbonjo : " Cousin Nyamsi "

Fils du Nkam à Yabassi, l'ancien ministre de la Communication et aujourd'hui président du conseil d'administration des Cimenteries du Cameroun, Cimencam, est d'abord un mélomane dans l'âme. Même si, selon certaines langues, à son entrée dans les affaires, il aurait proscrit à la Crtv de diffuser ses titres à l'instar du " Cousin Nyamsi ". Un de ses titres à succès. Ce titre qui, en son temps, a fait un tabac, est aussitôt devenu l'identité remarquable de l'homme politique qu'il est devenu bien plus tard. Sa carrière musicale, à en croire certaines sources sérieuses, fut tout aussi brillante que son parcours d'homme d'Etat. Ce n'est guère une surprise quand on sait que le seul département du Nkam regorge de célébrités musicales comme Manu Dibango, Ndédi Dibango, Kotto Bass de regrettée mémoire, Longè Longè et bien d'autres encore. Comme quoi, un natif du Nkam est d'abord musicien avant d'être autre chose.  Chapeau " Cousin Nyamsi " !


Simon Achidi Achu : " La vache qui rit "

Premier ministre et chef du gouvernement du 9 avril 1992 au 19 septembre 1996, celui qui s'est autoproclamé " Spécialiste de la pomme de terre " a marqué son passage à la tête du gouvernement par son air peu ou prou candide. L'opinion pensant qu'il était plus un béni-oui- oui, un faire-valoir du chef de l'Etat, qu'autre chose, le slogan du fromage très frisée " la vache qui rit " a été choisi pour désigner le Pm. Allez donc savoir à quoi renvoie cette image de la vache qui rit. Selon une opinion, c'était pour éviter d'utiliser l'expression " mouton de panurge " qu'on aurait flashé pour " la vache qui rit ".

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE