05/07/2009 17:24:48
Santé : Le Centre Pasteur du Cameroun recherche un appui financier
Alors qu’il s’apprête à souffler sur sa 50ème bougie, il sollicite l’aide des bailleurs de fonds et du gouvernement camerounais.
Journal du Cameroun
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Au moment où le Centre Pasteur de Yaoundé s’apprête à commémorer dans six mois ses 50 ans d’existence, ce centre hospitalier traverse plusieurs difficultés. Des difficultés liées au financement, à l’étroitesse des bâtiments, au coût élevé de la maintenance des équipements, aux problèmes d’eau courante... "Nos citernes, qui sont très petites, nous permettent d’avoir des stocks d’eau pour 6h seulement. On est en train de négocier avec l’hôpital central qui dispose d’un château d’eau pour qu’il nous ravitaille en cas de pénurie. On peut agrandir nos réserves", fait remarquer Dominique Baudon directeur de cette institution sanitaire.

Des difficultés auxquelles il compte faire face grâce à l’appui des bailleurs de fonds et du gouvernement camerounais. Le Centre Pasteur du Cameroun (CPC) est un centre de recherche biomédicale camerounais, dépendant du ministère de la Santé publique. Il est membre du Réseau International des Institut Pasteur (RIIP), réseau qui associe une trentaine de centres de recherche sur les cinq continents. Le CPC a trois missions prioritaires, qui s'intègrent dans la stratégie sectorielle de santé du ministère de la Santé Publique, notamment la mission de services qui stipule la réalisation des analyses médicales et des produits de l'environnement (eaux et aliments notamment). Le CPC forme chaque année une promotion de 20 techniciens de laboratoires d'analyses médicales et assure le recyclage ou la formation de nombreux stagiaires nationaux et régionaux en biologie. De plus il accueille les résidents en spécialité de biologie et les étudiants en DEA et thèses de l'Université de Yaoundé. Il accueille depuis 2001 le cours international GSS (Global Salm Surv) supporté par l'OMS, le Center for Diseae Control (Atlanta, USA) et le RIIP. Il a également une mission de recherche qui consiste à la lutte contre certaines maladies à l’instar du VIH/Sida, la tuberculose et en la recherche des infections à l’ulcère de Buruli, l’hépatite virale C, grippe, poliomyélite, évolution de la sensibilité aux antibiotiques, etc.

Dans ses missions, le CPC inclut également la vaccination, la surveillance épidémiologique. Son laboratoire Hygiène et environnement par exemple est le lieu du contrôle de qualité. C'est en effet ici que s'effectuent les analyses, des produits cosmétiques, des aliments, des eaux de robinet et de piscine ainsi que les quatorze marques d'eau minérale que l'on trouve sur le marché.

Pour mener à bien ses missions, le CPC collabore avec 9 laboratoires et ses 137 agents. Il est appuyé dans sa tâche de recherches, d’analyses médicales, de formation et de santé publique par le réseau des instituts pasteurs de France notamment. Le CPC est un établissement public doté d'une autonomie financière. Avec un budget de 2,640 milliards de francs cfa, les ressources du Cpc seules constituent 75,2%. Les subventions sont de l'ordre de 12,4% et les crédits de recherche sont à 12,3%.

Dans le but de mieux satisfaire les attentes des 400 patients qui le sollicitent chaque jour, le centre pasteur a besoin d’une subvention de 25 millions de francs cfa de l'Etat du Cameroun, ainsi que de l’appui des bailleurs de fonds. Des aides qui pourront aider ce centre à résoudre ses problèmes liés au financement, à l’étroitesse des bâtiments, au coût élevé de la maintenance des équipements, aux problèmes d’eau courante…

Sandrine Gaingne

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE