30/01/2011 17:19:35
Crise ivoirienne : le camp de Gbagbo salue la décision de l'UA de l'envoi d'une mission d'évaluation
Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement nommé par Laurent Gbagbo après l'élection présidentielle du 28 novembre, Alcide Djé Djé, s'est félicité samedi à Addis-Abeba en Ethiopie de la décision de l'Union africaine (UA) de l'envoi d'une mission d'évaluation de la crise post-électorale, annoncée la veille lors d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité.
xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement nommé par Laurent Gbagbo après l'élection présidentielle du 28 novembre, Alcide Djé Djé, s'est félicité samedi à Addis-Abeba en Ethiopie de la décision de l'Union africaine (UA) de l'envoi d'une mission d'évaluation de la crise post-électorale, annoncée la veille lors d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité. « C'est une décision sage », a déclaré à Xinhua M. Djé Djé au siège de l'UA où il participe de manière informelle, de même que le ministre des Affaires étrangères nommé par Alassane Ouattara, Gervais Jean Marie Kakou, aux réunions relatives au 16e sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'organisation panafricaine programmé dimanche et lundi.


« Quand il y a un litige, c'est une cour. Ça pouvait être la Cour de la CEDEAO ou une autre cour qui était saisie pour voir qui est véritablement le vainqueur et ensuite quand il y a des conséquences, des violences, l'instabilité, l'impossibilité de gouverner sur le terrain, en ce moment-là, les chefs d'Etat se saisissent de l'affaire », a-t-il souligné. « Ils se sont prononcés sans même envoyer une mission pour savoir ce qui s'est réellement passé. Donc, c'est ce que l'Union africaine a rattrapé, c'est une bonne chose », a-t-il poursuivi, précisant que, contrairement à l'organisation régionale, « l'Union africaine ne reconnaît pas Alassane Ouattara comme président élu de Côte d'Ivoire. Le communiqué est obligé de reprendre toutes les positions qui avaient été données auparavant ». « Si vous vous souvenez bien, l'Union africaine ne s'est pas prononcée en tant que tel mais a endossé les décisions de la CEDEAO. C'est différent. Si Alassane Ouattara était reconnu comme président élu par l'Union africaine, l'Union africaine n'aurait pas envoyé ce panel de chefs d'Etat pour évaluer la situation sur le terrain », a-t-il encore indiqué.

xIl a insisté sur les efforts à fournir par chacun des camps en conflit pour une sortie de crise sans heurts. « Nous allons continuer nos efforts. Il ne faut pas oublier que l'annonce qui a été faite dit très bien que le principal effort doit venir des protagonistes eux-mêmes. Notamment, le camp du Premier ministre Ouattara doit comprendre qu'il s'agit après tout de notre pays et si nous comptons uniquement sur l'extérieur pour exercer le pouvoir en Côte d'Ivoire, on ne réussira jamais à le faire ». « Il faut qu'il comprenne définitivement qu'il faut s'appuyer sur le peuple de Côte d'Ivoire, parce qu'après tout, ce n'est pas les Européens qui meurent quand il y a des affrontements en Côte d'Ivoire, ce sont des Ivoiriens qui meurent. Ça c'est une chose très simple à comprendre et il faut qu'il se ressaisisse », a-t-il conclu.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE