06/07/2009 12:08:29
Obama arrive Moscou pour rapprocher Russie et USA
MOSCOU (AFP) — Le président américain Barack Obama est arrivé lundi à Moscou pour un séjour de 48 heures destiné à faire avancer les négociations sur une nouvelle réduction des arsenaux nucléaires et restaurer des relations sévèrement dégradées avec un partenaire essentiel.
AFP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Après avoir déposé une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu au pied du Kremlin en compagnie de son épouse Michelle, M. Obama devait rapidement se retirer avec son homologue russe Dmitri Medvedev pour un après-midi de travail.

MM. Obama et Medvedev doivent ensuite dîner à la résidence du président russe à Gorki, dans la région de Moscou, avec leurs épouses, Svetlana Medvedeva et Michelle Obama. Auparavant, ils auront tenu une conférence de presse prévue à 18H30 (14H30 GMT).

Ils devraient annoncer des progrès dans les tractations en cours depuis plusieurs mois sur un traité qui doit devant prendre le relais de l'historique traité START de 1991 réduisant les arsenaux nucléaires des deux puissances.

Les Etats-Unis et la Russie possèdent encore plus de 90% du total des bombes atomiques dans le monde.

S'il restera encore beaucoup de travail aux négociateurs pour parvenir à un accord final avant l'expiration de START le 5 décembre, MM. Obama et Medvedev pourraient annoncer s'être entendus sur certains paramètres de cet accord, par exemple sur des chiffres de réduction du nombre de leurs ogives nucléaires.

Ils devraient aussi faire savoir que la Russie accepte le transit par son territoire de matériel militaire américain à destination de l'Afghanistan.
Des progrès vers le désarmement et un accord sur le ravitaillement de la mission afghane mettraient Américains et Russes sur la bonne voie pour ressérer des liens sérieusement détériorés sous la présidence Bush.

Les deux gouvernements ont exprimé leur désir de remettre les compteurs à zéro selon l'expression consacrée de l'administration Obama, et, de lundi à mercredi, M. Obama passera avec M. Medvedev mais aussi le Premier ministre Vladimir Poutine plus de temps qu'aucun président américain depuis longtemps.
Un conseiller de la Maison Blanche, Gary Samore, a rappelé l'importance d'un nouveau START pour, non seulement réduire les arsenaux nucléaires, mais aussi réchauffer les rapports avec la Russie à un moment où les Etats-Unis ont besoin d'elle face aux défis nucléaires iranien ou nord-coréen.

Il restera toutefois encore beaucoup à accomplir pour conclure dans les détails un nouveau START avant la fin de l'année. Le traité START I expire le 5 décembre.

Parmi les difficultés émerge l'un des grands motifs de tensions entre Washington et Moscou ces derniers mois: le projet américain d'installer en Europe de l'est des éléments (missiles intercepteurs, radar) d'une troisième composante de son bouclier antimissile.

La Maison Blanche entend aussi que la relation avec la Russie ne se résume plus aux seuls intérêts stratégiques. Elle a dit avant le voyage vouloir une "remise à zéro" de ses relations avec la société russe également.

M. Obama a rallié lundi Moscou pressé par une partie de son opinion de ne pas oublier en route les droits de l'Homme et le respect de l'Etat de droit en Russie.

Un grand discours annoncé mardi, sur les relations américano-russes et "la manière dont les grandes puissances devraient envisager le siècle nouveau" selon la Maison Blanche, sera écouté attentivement dans un pays dont le gouvernement a souvent réagi abruptement quand on essayait de lui donner des leçons.

Laurent LOZANO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE