02/02/2011 01:30:59
Les Non-dits. Sociladra : une plainte contre la Pca sortante
C'est la résolution d'une trentaine d'artistes à la veille de l'assemblée générale de la Société civile de la littérature et des arts dramatiques (Sociladra) prévue le 5 février 2011, sur fond de tensions.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Samedi 5 février 2011, les regards et l'attention seront polarisés sur les travaux de l'assemblée générale (ag) de la société civile de la littérature et des arts dramatiques (Sociladra) à Yaoundé, et pour cause. A l'issue de cette assemblée générale élective, une équipe dirigeante pourrait présider aux destinées de cette société de gestion du droit d'auteur ou alors, probablement, un nouveau bail serait accordé à Elise Mballa Méka, la présidente du conseil d'administration (Pca) sortante. Avant cette échéance capitale, la tension est montée de plusieurs crans. C'est que, le professeur Hubert Mono Ndjana, ancien Pca de la Sociladra et candidat déclaré à la course électorale de samedi prochain, purge "une suspension de 3 ans que lui a infligé une commission de discipline expresse ayant siégé jeudi 13 janvier 2010 à la demande de la Pca sortante ", révèle –t-on dans la lettre de déclaration de candidature pour l'élection du Pca de la Sociladra adressée à la présidente de la Commission permanente de médiation et de contrôle (Cpmc).

Demain jeudi 3 février 2011, l'on annonce la tenue d'une séance de travail du comité électoral présidée par Daniel Mounon Mbon, laquelle devrait déboucher sur la validation ou non des candidatures déclarées et se prononcer sur la suspension d'André Bang de la liste de 15 administrateurs que propose Hubert Mono Ndjana. "Ce n'est qu'au sortir de ce conclave, que je saurai si je suis candidat ou non" précisera le philosophe joint au téléphone mardi 1er février 2011 en fin de matinée. Pour l'heure, c'est le branle-bas dans les états majors des candidats déclarés. Dans cette dynamique, selon le plumitif de la réunion préparatoire de l'Ag de la Sociladra prévue le 5 février 2011 qui s'est tenue à Douala le 25 janvier dernier, une vingtaine d'artistes membres de la Sociladra , adhérents stagiaires et sociétaires, a pris la résolution de porter plainte contre Mme Elise Mballa Meka, Pca de la Sociladra pour "nombreuses forfaitures et malversations constatées dans sa gestion financière et administrative depuis janvier 2007", peut-on lire dans la minute de cette réunion.

Formalisation de la plainte

Autres griefs formulés, "la non inscription dans les livres comptables de la société de plusieurs recettes perçues par virement bancaire auprès des grands usagers(...), le management chaotique et opaque des ressources humaines et financières, la non répartition des droits à certains membres et ayant-droits (cas d'Atéba Eyéné, et André Bang...), le licenciement abusif des employés, la continuation illégale d'activité et la non convocation de l'Ag dans les délais prévus par les statuts de la Sociladra ...". Par ailleurs, le professeur Hubert Mono Ndjana a été chargé d'introduire la plainte auprès de toutes les autorités compétentes en matière de répression des délits. Au téléphone, le philosophe précisera que son avocat s'occupe de la formalisation de la plainte qui sera déposée à la Commission nationale anticorruption (Conac), à l'Agence nationale d'investigations financières (Anif), au Contrôle supérieur de l'Etat et chez le procureur de la République près du tribunal de grande instance du Mfoundi, département qui abrite le siège social de la Sociladra. On se souvient qu'en septembre 2010, Hubert Mono Ndjana était déjà au créneau pour revendiquer la tenue d'une Ag ordinaire élective de la Sociladra , laquelle devrait avoir lieu en janvier 2010 conformément aux statuts, mais pour des raisons financières notamment la tension de trésorerie, la Pca n'a pu la convoquer. A priori, la Pca de la Sociladra aurait fourni des armes à ses challengers qui ont exploité le filon à volonté.

Dans un mail qui porte l'adresse elisemballa.candidature2011@yahoo.fr et qui date du mercredi 5 janvier dans laquelle Elise Mballa Méka est supposée avoir publié sa liste de 15 administrateurs retenus pour l'élection de 2011, on peut lire ce qui suit : "j'avoue avoir rencontré beaucoup de difficultés durant son mandat, notamment les faibles perceptions et médiocres répartitions des droits d'auteur, le management chaotique et opaque des ressources humaines et financières, la dette judiciairement établie de plusieurs millions fcfa aux employés abusivement licenciés par mon directeur général. L'heure est à la refondation, à la réparation de nos fautes de gestion..."

L'heure de la manipulation

Jointe au téléphone, dans l'après midi, Elisabeth II Meka, épouse Atéba de Mballa est dépitée et crie à la manipulation. "Je n'ai jamais envoyé untel mail. Je ne m'appelle pas Elise Mballa mais plutôt Elisabeth II Méka épouse Atéba de Mballa. Ce mail, supposé être envoyé le 5 janvier et  dont j'ai pu avoir également copie dit que j'ai présidé une réunion de prise de contact le 7 janvier à l'espace Harmattan Cameroun. J'étais aux Etats-Unis d'Amérique, à New york. Je suis revenu au Cameroun le 6 janvier 2011 via Zurich et le 7 janvier, je me suis rendue à Ebolowa pour la préparation du comice agropastoral. Je n'ai jamais sollicité l'espace Harmattan pour cette prétendue réunion. Plus grave, je ne me reconnaît pas dans la liste des 15 administrateurs retenus pour l'élection 2011. Sur cette liste, on écrit que Tagoumthe Jacobin Yarro est mon premier président. Il n'en est rien. Bang André ne fait pas partie de ma liste, tout comme Amadou Marie Antoinette actuellement hors du pays.. C'est une liste montée de toutes pièces tout comme ce mail. Je vous dis que la Pca que je suis n'est pas gestionnaire de la Sociladra. Le directeur général est là. Parlant des employés licenciés, retenez qu'ils ont été déboutés par les instances judiciaires. Pour finir, Hubert Mono Ndjana est bel et bien suspendu pour six mois selon les textes et non 3 ans comme il prétend,  par le conseil de discipline de la Sociladra. Notification lui a été faite par voie d'huissier. Il s'agit d'une manipulation. La Sociladra a plus de 600 membres. Quand une poignée d'artistes, se retrouvent à Douala pour dire qu'ils portent plainte contre moi, je pense qu'il s'agit d'une manipulation. Certains sont mêmes partis de cette réunion sans avoir signé. C'est le cas de Isidore Tomwo et d'autres prétendus signataires de cette résolution. L'assemblée générale va bel et bien se tenir samedi 5 février 2011."   a –t-elle déclaré. Autant dire que les manœuvres préélectorales battent leur plein. Ce qui est d'ailleurs une indication de ce que l'Ag de samedi s’annonce houleuse et étincelante. Wait and see...

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE