03/02/2011 01:55:09
Des ambassades africaines interdites d'ouvrir un compte bancaire aux USA
Dix-sept (17) représentations diplomatiques africaines auprès des Usa sont désormais interdites d'ouvrir un compte dans toute banque sur le territoire américain.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le département d'Etat et l'Union africaine unissent leurs efforts pour endiguer ces maux.
Ceux qui commettent des coups de vol et autres larcins en Afrique puis trouvent le moyen de venir se refugier aux Usa ne sont plus du tout en sécurité. Une délégation de juristes américains venus rencontrer des responsables de l'Union africaine à Addis Abeba (Ethiopie), ont en effet décidé de se donner la main pour traquer les hors-la-loi recherchés dans l'une ou l'autre des rives de l'Atlantique. Les deux parties se sont entendues pour partager des informations sur d'éventuels criminels et leurs mouvements. Cette collaboration judiciaire américano-africaine n'épargne pas les hauts cadres des administrations publiques et des entrepreneurs politiques coupables de détournement de deniers publics dans leurs pays et qui ont pris la fâcheuse habitude de les déposer à l'étranger.

Avant même d'effectuer le voyage pour Addis-Abeba, les Américains ont frappé fort. Pas moins de 17 représentations diplomatiques africaines auprès des Usa sont désormais interdites d'ouvrir un compte dans toute banque sur le territoire américain. Il s'agit, entre autres, de l'Angola, du Burkina-Faso, du Burundi, du Cap-Vert, de la Centrafrique , de la Rdc , du Congo, de Guinée équatoriale, de la Gambie , du Lesotho, de Madagascar, du Malawi, de la Mauritanie , du Mozambique. Cette liste a été dressée à l'issue d'une investigation du Congrès américain sur la corruption et l'utilisation des banques américaines pour des activités de blanchiment d'argent par les autorités des pays du continent noir, souligne une note déposée dans les ambassades. " Les banques américaines suspectent les  représentations diplomatiques africaines d'opérer des transferts dont la nature pourrait ne pas être tout le temps liée au travail de l'ambassade et de son personnel" , explique le département d'Etat. C'est donc par précaution, que les Américains demandent la fermeture des comptes bancaires des ambassades africaines et une vingtaine d'autres des pays asiatiques et sud-américains. Selon des sources dignes de foi, des dispositions similaires viennent d'être prises à l'encontre des missions diplomatiques représentant la quasi totalité des pays d'Afrique, d'Asie et Amérique latine aux Nations unies à New-York.

Les deux parties réunies à Addis-Abéba le 17 décembre dernier ont également décidé de mener une ferme  collaboration  sur deux autres fronts. D'abord la lutte contre la corruption. Sur ce chantier, les représentants africains et américains se sont entendus pour impliquer désormais dans la bataille autant les fonctionnaires que des businessmen. Egalement d'établir des échanges d'informations entre les multiples agences régionales de lutte contre la corruption implantées en Afrique. Cette collaboration ainsi planifiée sur une large base milite pour l'établissement des lois visant à renforcer la lutte contre la corruption. L'autre point fut la bataille à mener communément contre les trafiques de stupéfiants et des personnes. A Addis-Abeba les participants ont décidé de mettre sur pied un système rapide et efficace de partager les informations sur les mouvements des trafiquants et des abus sur des personnes. De même qu'ils recommandent la perméabilité des frontières pour traquer les trafiquants où qu'ils se trouvent. La guerre totale.

Celestin Ngoa Mballa

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE