07/02/2011 00:30:27
Présidentielle 2011: Valsero scrute l'électorat jeune
L'artiste spécialisé dans le hip-hop engagé a rencontré les médias le week-end dernier
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C'était prévu pour être un point de presse. Pour la circonstance, l'artiste Valsero devait pendant une quarantaine de minutes environ, s'entretenir avec les journalistes sur son contrat de représentation internationale avec la structure The Bestevent &Co que dirige Guy Francis Petnga. Mais très vite, la cérémonie du 03 février 2011 a pris les allures d'un meeting politique pendant lequel l'artiste qui présentait son deuxième album " Autopsie " a également présenté les contours de la campagne dénommée " Valsero et les enfants de la révolution en marche vers les urnes ", qu'il a lancé il y a quelques mois déjà. A ce sujet, Valsero quoique précis, s'est montré très prolixe (environ trois heures d'horloge). " Il n y a pas un registre ou un profil classique pour catégoriser un enfant de la révolution. Je pense qu'on l'est tous d'une manière ou d'une autre. Un enfant de la révolution, c'est quelqu'un qui sait reconnaître et refuser d'être corrompu ou de corrompre. Un enfant de la révolution respecte et défend le drapeau de son pays. Il n'est pas un expert dans l'arnaque, la magouille ou le détournement des fonds. Chaque jeune qui va s'inscrire sur les listes électorales et reçoit en retour un récépissé est un enfant de la révolution. Enfant de la révolution, ce n'est pas une secte ou une association vide de principes et d'idéaux. C'est un programme de restructuration, une éducation à la culture électorale qui permet au jeune d'être fier, fort et responsable. C'est un concept comme le " Yes we can " ou comme tout autre ", a-t-il expliqué.

Pour le rappeur, le plus urgent c'est d'amener les jeunes Camerounais, où qu'ils soient, à aller s'inscrire massivement sur les listes électorales. Tout cela indique-t-il, pour que les jeunes n'aillent pas voter par ignorance ou encore qu'ils brillent par l'abstention comme c'est généralement le cas. Mais plutôt qu'ils sachent comment et pourquoi aller voter. " Nos premières victoires, ce sont les inscriptions massives sur les listes électorales ", souligne-t-il. Mais en le clamant, Valsero sait que le chemin sur lequel il s'engage est long et semé d'embûches. La première, c'est le manque de financement de cette vaste campagne. L'artiste qui soutient qu'aucune main ne se cache derrière ce mouvement, confie que par amour pour son pays, il y met un peu de son argent " pour que ça marche ". C'est d'ailleurs pourquoi une tournée nationale dénommée " One person, one vote " est annoncée à partir du 1er mars 2011 ;  avec à la clé des spectacles gratuits, des visites scolaires, des échanges avec les élèves des lycées et collèges de la ville de Douala, Yaoundé, Dschang, Buéa, Edéa, Ngaoundéré, Garoua et Maroua. A ceux qui pensent que l'engagement musical de l'artiste cache mal une campagne de pub il répond que c'est un leurre. En ce sens que " ma position et mes  opinions sur le pouvoir en place restent les mêmes. Nous tentons juste de réveiller et de conscientiser la jeunesse sur ses chances et sur son avenir. " Autopsie " n'est en fait que la continuité de " Politikement instable ", mon premier album. C'est une invitation faite à la jeunesse camerounaise à rompre avec les vieilles recettes  et d'inscrire leurs actions  non plus dans des incantations déclaratoires ni dans les intentions, mais dans du tangible, du concret ", argue-t-il.

Dans cette quête effrénée, l'artiste invite aussi l'Etat du Cameroun, Elecam, les organisations de la société civile, les partis politiques, et même les populations à les aider dans l'accomplissement de cette mission. A cet effet, un site Web (www.lesenfantsdelarevolutions.net) est d'ores et déjà mis sur pied pour faciliter les opérations. A travers ce site, explique Valsero " chacun peut contribuer en ligne car nous y avons ouvert un compte. Nous réfléchissons également sur la création d'un siège où les gens pourront aller déposer leur contribution. Quel que soit le montant, c'est le geste qui compte le plus. Cela nous aidera, j'en suis convaincu ".

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE