08/02/2011 06:46:30
Litige Foncier Nyalla: Affrontement manqué entre la population et les gendarmes
Depuis que certaines personnes ont entrepris d'établir un titre foncier sur toute l'étendue du village, rien ne va plus. Et hier lundi 6 février, au plus fort de la tension, la situation a bien failli dégénérer...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les populations de Nyalla II encore appelé " Nyalla allogène ", sont sur le pied de guerre : " Pas d'élection (présidentielle, Ndlr) ici si cette situation d'escroquerie foncière n'est pas résolue ! " tempête Messi Ewodo, un sexagénaire et notable du village " Nyalla allogène " ; " Nous sommes déterminés  à défendre nos terres jusqu'à la dernière goutte de sang, s'il le faut !" renchérit Dieudonné, la quarantaine, natif du coin. Cette escalade verbale illustre la tension qui prévaut dans ce quartier de Douala-Bassa, précisément entre la  Pimenterie et le ravin (refuge) sur l'axe Nyalla –Yassa dans l'arrondissement de Douala III. Dire que le feu couve dans ce coin ne serait pas exagéré. La descente effectuée hier entre 8h et 8h30 par des géomètres et le groupe de personnes qui réclament les terres, accompagnés par une quinzaine d'éléments de la compagnie de gendarmerie de Ndog-Bong, avait pour mission de procéder aux relevés topographiques des lieux. C'est au cours de cette opération que la moutarde est montée chez des populations riveraines, le pire ayant été évité de justesse.

Toutes les conditions étaient réunies pour que le cocktail explose. Deux milles personnes (hommes, femmes et enfants) aux abois déterminées à défendre leurs lopins de terre acquis " depuis plus de soixante dix ans " dixit Messi Ewodo, ancien employé de la défunte Régie nationale des chemins de fer, à la retraite. En face, une vingtaine de personnes, dont des gendarmes réquisitionnés pour la cause. Malheureusement, la bataille n'aura pas lieu. Selon un témoin de la scène, la pomme de discorde se résume en un fait : un trio de personnes souhaite établir un titre foncier global au préjudice des populations établies sur le site depuis plusieurs générations. " Je ne sais au nom de quoi et sur quelle base Messieurs Benjongui Christophe, Kotto Eyoum Patrick et Lazogog Ebénézer veulent établir un titre foncier qui englobe tout le village à leur nom aux fins de revendre par morcellements aux populations qui y sont depuis quatre vingt ans ", s'interroge Messi Ewodo sur un ton emprunt de nervosité. Et de poursuivre, "  nous nous insurgeons contre cette maffia foncière qui vise à nous exproprier des terres laissées par nos ancêtres ".

Dieudonné qui partage ce point de vue,  est plus amer et ne manque pas d'interpeller les pouvoirs publics. " Les populations ne vont pas rester les bras croisés, avertit-il. Nous sommes sûrs qu'ils reviendront. Si aujourd'hui nous avons laissé passer, à leur prochaine tentative, nous allons agir. Nous espérons qu'en ce moment-là, le gouvernement se penchera sérieusement sur cette question ". Le gouverneur de la région du Littoral a pourtant réglé cette situation. En effet, en date du 10 avril 2008, Faï-Yengo Francis, par le truchement d'une correspondance adressée au préfet du Wouri invite son collaborateur à saisir le sous-préfet de Douala 3e pour " suspendre la procédure en cours (...) d'immatriculation des terres de la localité de Nyalla II, au profit des sieurs  Benjongui Christophe, Kotto Eyoum Patrick et Lazogog Ebénézer ". Une instruction que les trois personnes sus-citées semblent bouder.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE