14/02/2011 00:38:53
Discours présidentiel: Paul Biya vend du vent la jeunesse
Le discours du chef de l’Etat avec un fort accent de campagne électorale promet à la jeunesse camerounaise plus d’emplois en 2011 sur la base des grands projets dits structurants. Rien par contre n’est dit sur la promotion de l’accès réel de cette jeunesse dans les cercles du pouvoir.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Hier, dimanche 13 février 2011, Paul Biya, président de la République du Cameroun a eu 78 ans. Le 10 févier 2011, la veille de la 45è fête nationale de la jeunesse, il s’est adressé pour la 28è fois à ses jeunes compatriotes. Pour beaucoup de ces jeunes Camerounais dont la bonne majorité n’ont pas connu d’autre président que lui, l’un des problèmes majeurs est le chômage. Au lendemain de la célébration du Cinquantenaire de l’indépendance, et en cette année de la célébration de la Réunification du Cameroun, ces jeunes, on l’imagine, attendaient qu’il leur donne des raisons pour se projeter dans l’avenir. S’adressant donc à ses jeunes compatriotes le 10 février dernier, Paul Biya s’offre un baratin : “ Je vous disais l’an dernier que j’avais la conviction que nous étions sans doute à la veille d’une reprise de notre économie, laquelle, vous le savez, a subi les effets retardateurs de la crise mondiale. J’ai le sentiment que les faits sont en train de me donner raison. En effet, nous devrions cette année retrouver notre taux de croissance d’avant la crise et peut-être même faire encore mieux. ”

Le chef de l’Etat cite alors les grands projets qui, de son point de vue devraient relancer l’économie camerounaise et procurer des nombreux emplois aux jeunes. Il s’agit notamment “ dans le domaine de l’énergie de : les barrages et les centrales hydroélectriques de Lom Pangar, de Memve’ele, de Mekin et, il faut l’espérer, la centrale à gaz naturel de Kribi. Concernant les infrastructures routières : la remise à niveau de la voirie de nos centres urbains et la construction de nouvelles routes dans la plupart de nos régions. Dans le secteur minier : le démarrage attendu de nos projets. Pour ce qui est de l’adduction d’eau et la distribution d’électricité : la poursuite ou la mise en œuvre des travaux déjà entamés ou prévus. S’agissant des transports : la première phase de construction du port en eau profonde de Kribi. Au plan social : le lancement de vastes programmes de logements, de nouvelles infrastructures de santé et de constructions scolaires, universitaires et sportives. ”

 
Travaillez la terre, jeunes diplômés !

Peut-on alors dire que ces grands projets cités par Paul Biya sont suffisants pour procurer un gagne-pain stable et permanent, aux nombreux jeunes chômeurs et sans emploi du Cameroun ? Un peu comme pour pérenniser le “ succès ” du récent Comice agropastoral national d’Ebolowa, le chef de l’Etat choisit comme autre option essentielle l’agriculture. “ Notre agriculture dispose en effet de capacités de production considérables qui peuvent être développées. C’est le cas des céréales comme le riz et le maïs et nos cultures de rente, essentiellement le cacao et le café ; mais aussi de nos cultures industrielles, coton, palmier à huile, hévéa, canne à sucre  et banane. Une augmentation sensible de ces productions contribuerait non seulement à l’équilibre de notre commerce extérieur, mais serait immanquablement accompagnée d’un appel de main d’œuvre et d’une réduction du chômage. ” Et de poursuivre de manière sentencière : “ Je crois en effet que dans notre situation actuelle, la solution de notre problème d’emploi se trouve à ce niveau. Si notre agriculture se révèle capable de faire ce bond en avant, elle offrira une gamme importante d’emplois, allant des plus simples aux plus qualifiés. C’est la raison pour laquelle j’engage nos jeunes à ne pas se détourner du travail de la terre qui est garant de stabilité et d’épanouissement  ”.

25 milles jeunes pour la Fonction publique

En le suivant le 10 février dernier, de nombreux jeunes Camerounais se sont mis à rêver d’un possible départ de Paul Biya des siens, lorsqu’ils ont entendu le président de la République dire que, “ cette bataille pour l’emploi n’est que l’autre face de notre combat pour le développement. Et ce combat, c’est vous qui, dans les prochaines années, allez devoir le mener... et le gagner.  Comme le temps est désormais à la campagne électorale, Paul Biya a bien voulu faire des annonces fortes. C’est le cas entre autres des efforts qui continueront d’être consentis dans le domaine de l’éducation de la jeunesse scolaire et universitaire, à travers l’élargissement de l’accès à l’enseignement et l’amélioration de sa qualité. Tout comme la construction d’infrastructures scolaires et la fourniture d’équipements, ainsi que l’appui à l’enseignement privé, la professionnalisation en milieu universitaire et l’extension du système Lmd. Mais la plus grosse annonce de Paul Biya qui a tout son caractère électoral est l’instruction qu’il dit avoir donné au Premier ministre de procéder cette année à un recrutement spécial dans la Fonction publique de 25 mille jeunes diplômés.

Au final, en s’adressant pour sa 28è fois aux jeunes Camerounais, Paul Biya semble surtout avoir été motivé par l’idée de sa prochaine réélection. Il peut paraître suspect, dans le contexte international actuel, avec notamment tout ce qui se passe en Tunisie et en Egypte, de penser en ce moment précis à faire recruter les jeunes dans la Fonction publique.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE