15/02/2011 03:33:00
Une cour pénale panafricaine pour les crimes de la France en Afrique?(Partie 2)
La France ne nous a jamais octroyé nos indépendances conquises. Devons-nous par rapport à ce constat lui adresser des messages de félicitations, d'éloge?
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Naïveté de la France
Visiblement, Sarkozy Nicolas et sa France fantasment encore à ce 21ème siècle sur l'Afrique des colonies, où ils ont systématiquement pillé les matières premières, torturé et exécuté les leaders patriotiques, aliéné culturellement les peuples et étouffé toute tentative de jeter des bases d'une économie indépendante et prospère et d'une société aux valeurs démocratiques et humaines. En effet, les donneurs de leçons ou encore mieux les  distributeurs automatiques de leçons devraient par conséquent, avoir une stature de personnalités modèles,  intègres. 

Malheureusement ce n'est du tout pas le cas pour Sarkozy Nicolas. Sur quoi donc fonde t-il  l'audace d'apostropher les dirigeants africains? Quelle crédibilité peut inspirer un président soupçonné d'être clairement impliqué dans de gigantesques scandales: affaire Clearstream, affaire Karachi, financement illégal de campagnes électorales, rétrocession de commission dans la livraison d'armement, affaire Betancourt et évasion fiscale ou l'affaire des 30 Millions de Omar Bongo. Mais l'ironie réside dans le fait, qu'avec ce type de profil, on peut diriger une soi-disant communauté internationale et même ordonner le gel des supposés comptes bancaires d'un président démocratiquement élu ou encore lui interdire de séjour en France, le paradis sur terre. Quelle blague!
Lorsque Sarkozy et sa France font des singeries, évoquant  se battre, pour que notre continent ait une voix mieux audible au sein des instances internationales (ONU, FMI, G20), cela fait tout simplement rigoler. Le peule africain n'est pas tenu à suivre la France dans ses opérations de marketing. Ce qui nous intéresse aujourd'hui c'est notre souveraineté et rien que notre souveraineté véritable.


La France et son président n'ont certainement pas encore compris la dimension de la lourde dette qu'ils ont envers l'Afrique: d'abord ils doivent reconnaitre tous leurs  crimes et drames perpétrés sur les peuples de notre continent, se repentir et payer sans négociation les réparations qui s'imposeront. La France dispose d'une comptabilité bien archivée sur  les sommes colossales, des milliards versés par la jeunesse allemande à elle en termes de réparations pour l'occupation nazie. La France doit se souvenir de l'horreur, des privations, de l'humiliation et douleurs qu'elle a vécues pendant quatre années de l'occupation allemande. La France doit  également se rappeler la fureur, la rage, l'exacerbation et le dégoût qui l'envahissait à l'évocation du mot allemand. Enfin la France doit avoir en mémoire qu'elle occupe notre continent pas depuis 4 ans seulement, mais depuis plusieurs siècle. La France peut donc s'imaginer la dose du sentiment d'exaspération, qu'elle laisse bouillonner en chaque Africain.

Pendant longtemps la France a véhiculé en Afrique l'idée et l'impression d'être le centre du monde, sans toutefois être remise à sa place méritée, notamment celle d'un pays qui croupit sous ses turpitudes coloniales. La France barbare, prédatrice et hypocrite se comporte, comme si elle s'intéressait réellement à l'avenir de l'Afrique, elle donne l'impression au monde d'être une amie attentionnée et solidaire de l'Afrique. Il n'en est rien de cette sinistre façade. La France représente pour tout Africain doté de bon sens, une créature monstrueuse, dont le concours de circonstance a occasionné sa rencontre avec notre continent. Encore très naïve, elle croit pouvoir perpétuer ses funestes pratiques esclavagistes sur le continent de Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Um Nyobe et autres. La France, c'est répugnant et l'Afrique toute entière en a ras le bol.  Néanmoins le pays de Sarkozy continue à faire du forcing dans une relation, à laquelle le peuple africain a définitivement tourné le dos. A ce sujet la France n'a jamais ordonné la réalisation d'un sondage. Il est temps pour Sarkozy d'en faire un, devant lui permettre de mieux digérer cette dure réalité. Suite aux agissements malsains de la France, les enfants d''Afrique ont  compris qu'il faut exprimer avec vigueur leurs propres opinions.

Ils ont compris, suite aux récurrentes intensions hideuses, inélégantes  de la France, qu'ils doivent désormais prendre leur destin en main, c.à.d  pouvoir adopter fermement la position qui est réellement leur, qui leur convient et qui correspond exclusivement à leurs propres intérêts. Au demeurant tout Africain conscient de ce qu'on appelle dignité, est légitimé de remettre en question la politique étrangère africaine de la France, basée sur le secret, la tricherie, la  violence physique et morale. Tout Africain a le devoir absolu d'exprimer sa profonde indignation par rapport à cette relation ingrate avec la France,  pays  qui a depuis des siècles déshumanisé, chosifié et infantilisé les peuples d'Afrique. Il est temps pour nous de faire le point sur cette relation putréfiée, nauséeuse, destructrice et très encombrante pour l'avenir de notre continent. L'Afrique a trop longtemps supporté les foudres de la France. Notre continent ne mérite plus ce sort.

L'Afrique a libéré la France de l'occupation nazie

La France ose dans des débats publics de prononcer des stupidités du genre: bienfaits de la colonisation. Désormais elle ferait mieux de boucler. Elle ignore que notre continent lui a tout donné sans rien recevoir en retour. En rappel,  ce  sont les enfants d'Afrique pris en esclavage qui, malgré les bras enchaînés, ont construit la France, ce sont les enfants d'Afrique, les pieds enchainés qui ont nourri la France à travers le travail forcé dans les plantations de leurs négriers. C'est l'Afrique, à Brazzaville qui a accordé l'exil à un certain général, lequel a abandonné sa population entre les mains des nazis et s'est refugié d'abord pour courte durée en Angleterre. Y étant indésirable, c'est l'Afrique qui lui  a finalement tendu les mains. C'est donc pendant son exil sur notre continent, que de Gaulle  s'est ressourcé et mobilisé nos peuples pour la guerre dans sa France assiégée. En outre, ce sont les vaillants fils d'Afrique méprisamment appelés tirailleurs sénégalais, qui ont servi de chairs à canon aux armées françaises pendant la seconde guerre mondiale.

Plus d'une centaine de milliers de soldats africains se sont sacrifiés et ont versé leur sang  pendant cette  guerre pour libérer la France de l'humiliation de la  Wehrmacht. Peut-on  cependant s'imaginer que la France a refusé de tenir son engagement vis-à vis de ces soldats africains, rescapés de la guerre? Peut-on s'imaginer, que pour des raisons de mesquinerie,  la France n'a pas voulu verser à ces noirs la maigre pension de soldat qui leur revenait de droit?  50 ans après c'est á dire à la fin  2010 Sarkozy et son pays jugent nécessaire la décristallisation de ces pensions, sachant que les ayants droits sont entre temps presque tous morts et que quelques uns seulement, âgés et malades auront encore la chance, de percevoir ladite pension. C'est ca, cette France, celle qui claironne partout les leçons de générosité et de bienfaisance, de fraternité, d'égalité et de justice. Voilà jusqu'où, elle peut pousser son cynisme et  son ingratitude morale.

Rendez vous demain pour le 3e épisode...

Djeumo,
journaliste,  panafricaniste
Ecrire à l’auteur:  djeumoba@yahoo.de

Djeumo

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE