15/02/2011 16:59:30
"Les discours de bientôt" n'ettouferont plus nos cris
Loin de moi la volonté de dédire le roi. Au contraire, je voudrai juste à travers mes observations, lui éviter de s'enfoncer de plus en plus dans ce mur devenu spongieux à la suite de 28 précédentes et alarmantes crises juvéniles...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Loin de moi la volonté de dédire le roi. Au contraire, je voudrai juste à travers mes observations, lui éviter de s'enfoncer de plus en plus dans ce mur devenu spongieux à la suite de 28 précédentes et alarmantes crises juvéniles. Oui mon cher Roi. Par 28 fois, ils vous ont subi mais comme dit un adage populaire, "jamais 2 sans 3". C'est pour cela qu'après l'entame de la deuxième décennie de votre séjour à la tête de cette chefferie africaine au petit matin de l'année 1993, cette jeunesse qui quelque mois auparavant avait essayé d'attirer l' attention  de sa majesté à travers des manifestations estudiantines et autres, s'est recroquevillée sur elle-même à la suite des promesses royales de création d'emplois et de redynamisation des structures,  garantes de la vie quotidienne.On lui a annoncé des plans structurels, l'aperçu imminent des bouts du tunnel sans toutefois lui préciser si c'était le bout à l'entrée ou le bout à la sortie.

Nonobstant les différentes frustrations, par elle subit à travers la descente musclée des forces de répression du royaume, dans les rues et les campus, cette jeunesse appelée fer de lance de la nation a acceptée de se calmer et de se consacrer entièrement à son éducation, conformément à une déclaration "l'école aux écoliers, la politique aux politiciens"
Le roi et ses notables ont estimés que pour contenir cette fameuse jeunesse, il fallait la rendre analphabète, désespérée et dépendante. Ainsi, pendant que dans d'autres royaumes, on multipliait des infrastructures académiques et encourageait les étudiants à travers les bourses d'études et la juvénilisation des cadres dans l'administration, dans notre royaume, il était désormais exigé à chaque étudiant de déboursé les frais de scolarité pour avoir accès dans un campus. L'administration publique a cultivé le sénilisme. L'entrée dans les grandes écoles est devenue un parcours de combattant et même, ce qui autrefois était appelé engagement décennal était supprimé.  Le secteur privé ou parapublic jadis gros pourvoyeurs de carrières a été mis en mal. Plus de 80% d'entreprises ont disparues sous le poids de la dette publique et des lois fiscales. Le milliard a changé de fréquentation. Généralement dans le viseur des hommes d'affaires privés ,il est devenu l'objectif et la propriété des fonctionnaires et agents de l'Etat.

La nouvelle politique proposée à la jeunesse a été celle de se prendre elle-même en main en se regroupant en groupe d'initiatives communes dans le secteur de l'élevage et de l'agriculture et des petits métiers. Cette jeunesse n'a tout de même pas hésité à emprunter ce nouveau chemin à elle proposé. Cependant, les notables de la royauté n'ont pas hésité à détourner impunément les dons en équipements agricoles qui avaient été destinés pour soutenir cette jeunesse. Les quelques fonds sauvés de justesse et sécurisés dans les coffres de la poste ou dans des institutions financières agrées par les gestionnaires du royaume ont disparu un matin sans que les comptes ne soit rendu à cette pauvre jeunesse.

Abandonnée à elle-même, certains ont pris le chemin parfois chaotique pour un exil en hexagone. D'autres, beaucoup plus rusés sont devenus FEYMEN. Les plus forts et courageux ont créés un nouvel emploi qui selon les pontes du pouvoir participe à salir la belle ville qu'ils bâtissent tous les jours à travers les promesses fallacieuses, à chaque veillée électorales. Il s'agit du BENDSKIN. Cette activité est torpillée par tous les administrateurs dépositaires du pouvoir royal, chacun à son niveau.

On justifie cet état de chose par le fait qu'elle créée des embouteillages dans les carrefours, qu'elle est une niche des bandits etc. Ce que l'on ne dit pas très souvent et qui saute aux yeux c'est que cette activité est le repli des diplômés de tout genre, désespérés, abusés, trahis par les gestionnaires du royaume. On ne nous dit pas aussi et pourtant cela saute aux yeux que cette activité représente un pouvoir économique énorme en termes de recettes douanières, de recettes fiscales et de recettes énergétiques telles que la  consommation de carburant. Il ne nous a jamais été dit officiellement que l'apport de cette activité contribue àcalmer les populations qui n'auraient pas hésitée de réagir même juste pour la forme, à la difficulté d'allé et de venir, à cause de manque criarde des infrastructures routières.

Enfin l'on n'a jamais reconnu que le BENDSKIN, permet pour ceux qui y exercent, de nourrir leurs familles, les soigner et les éduquer. Le Roi a toujours promis mais, rien n'a jamais été réalisé. Alors comment croire que cette 29ème fois, sera la bonne ? Séduit par les performances mondiales d'un de ses sujets, le Roi a fait une promesse bien que banale, à propos d'une école professionnelle de Football dans le royaume. Beaucoup ont raillé, trouvant que tout ce que le Roi pense offrir à sa jeunesse est une formation à l'issu incertain.
Les plus malins se sont abstenus de tous commentaires, sachant que ce n'était qu'une promesse comme toutes les autres. Elle subira le même sort que les précédentes, à moins que la poule ait des dents.



Aujourd'hui il est normal que cette jeunesse doute des promesses de création de 25 milles emploi en 2011. Par quel miracle pourra-t-on le faire. As-t-on découvert des nouveaux puits de pétrole ? Notre royaume voudrait-il annexer les royaumes voisins ? Même le BIR, nouvelle trouvaille pour le regroupement des pourris ne pourra pas contenir ce nombre de mains d'œuvre. Il y a quelques années à l'arrivé du projet du pipeline, l'on a promis des milliers d'emplois à créer.  Combien ont donc jouit de cela ? Toutes ses annonces à grands renforts de publicités n'ont pas pourvu le royaume au un centième d'emploi créé par notre BENDSKIN national.

Alors quel crédit accorder à cette nouvelle offre de rêve à l'endroit de la jeunesse ? Si on pense créer 25000 emploi aujourd'hui cela sous-entend que l'on pouvait en créer 2 500 au moins ses deux dernières années. Pourtant rien n'a été fait. Plus de 2500 frustrés ont quitté chacun à sa façon le royaume pour aller chercher bonheur ailleurs. Le contexte dans lequel cette annonce est fait est quand même original, au vu de l'actualité dans les royaumes sœurs. La jeunesse s'est mobilisée comme un seul homme pour exiger le départ du Roi.
Cela a emmené les autres Roi à anticiper un simulacre de réforme. Est –ce vent de panique qui souffle sur les sept collines ?

De toutes les façons on a coutume de dire qu'on peut tromper tout le peuple toute les fois. Le sort a voulu que 2011 soit la fin de règne jadis programmé du Roi. Il a voulu aussi que cette année soit le début d'un engagement ferme de la jeunesse opprimée dans toutes les royautés. Ce vent souffle et est contagieux. N'en déplaise. Il est absurde d'envisager de le neutraliser. Car tel un cyclone il ne  s'arrêtera pas. La sagesse voudrait juste qu'on tire des conséquences sur ses effets dans d'autres royaumes pour prendre la sage décision, tant qu'il est encore temps.

La jeunesse est fatiguée des discours de bientôt. Consciente d'être passée à côté de son destin divin par la faute de son Roi, elle essayera de tout mettre en œuvre pour éviter le même supplice à la génération futur.  La vie étant comme le témoin que l'on transmet de génération en génération, il appartient à cette jeunesse de prendre des dispositions pour que la jeunesse futur à laquelle elle transmettra le témoin n'aies pas son avenir dans le passé comme tous ses jeunes des années 80 et 90, nés sous le signe du renouveau du royaume.
Elle est consciente du rôle qui est le sien. Celui d'épurer le royaume de tous ses faucons pour qui autrui n'existe pas. Elle est bien obligée de le faire si elle ne veut vivre dans le dénuement total comme leurs parents qui ont remplis dignement leurs rôles, celui d'éduquer et d'élever leurs progénitures, dans l'espoir d'être pris en main par elles pendant le troisième âge.


Mon Roi, vous avez pendant les 29années eu le mérite de faire comprendre à vos sujets que rien n'est d'avance acquis, et que la confiance aveugle aux paroles et aux promesses royales n'engage que les personnes qui y croient. Ce grand enseignement je vous assure est un mérite. Désormais, nous saurons comment anticiper les faits et gestes du prochain Roi, et cela grâce à vous.

Maurice TCHASSO
Washington

Maurice TCHASSO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE