16/02/2011 02:43:09
Drame: Un officier de la garde présidentielle se suicide
Le capitaine de corvette Essomba Roger s'est logé deux balles dans le cou très tôt hier matin. Une enquête a été ouverte.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Grand émoi hier matin, 15 février 2011, au Palais de l'Unité. Très tôt dans la matinée, toutes les forces de sécurité s'y sont retrouvées. Facile de reconnaître la sécurité militaire (Semil), la direction générale de la recherche extérieure (Dgre), la gendarmerie, etc. Sans compter la très forte et impressionnante présence de hauts gradés de l'armée, parmi lesquels des colonels et des généraux. C'était d'ailleurs le même émoi au camp de la garde présidentiel sis à Obili, toujours dans la capitale camerounaise. Cette vive émotion est causée par un évènement aussi rare que brusque. Le capitaine de corvette Essomba Roger, en service à la garde présidentielle, venait quelques heures plus tôt, de se donner froidement la mort. Il a fallu pour cela qu'il se tire deux balles dans la tête. Selon certaines indiscrétions qui rapportent les premières explications de son épouse, le drame s'est produit alors qu'elle pensait que son mari se rendait à son lieu de service, vers 7 heures du matin. Elle a alors entendu des coups de feu. Le temps d'accourir, son époux était déjà mort, gisant dans une marre de sang. Une fois la nouvelle répandue, cette partie du Palais présidentiel, composée pour la plupart des villas où vivent des officiers de la garde présidentielle, est envahie par l'émotion. Le corps sera rapidement transporté dans une morgue de Yaoundé.

L'émoi causé par ce décès qui se présente à première vue comme un suicide n'est pas le fait du hasard. Le capitaine de corvette Roger Essomba n'était pas en effet « n'importe qui ». On le disait très proche du colonel Mendoua, commandant de la garde présidentielle. Durant 12 ans, il avait occupé le très influent poste de responsable du bureau administratif et financier au sein de la garde présidentielle. Malheureusement, il avait été débarqué il y a quelques temps de ce poste. Motif : mauvaise gestion du carburant de la garde présidentielle. Le capitaine de corvette Essomba Roger avait été fortement impliqué dans une affaire scabreuse de trafic de carburant du Bataillon d'intervention rapide (Bir) dans la région du Sud-Ouest. Le président de la République , Paul Biya en personne, aurait alors demandé qu'il soit mis à la disposition de la justice camerounaise, ainsi que certains de ses collaborateurs également pointés du doigt et débarqués en même temps que lui. D'aucuns pensent que c'est la pression autour de cette affaire qui l'aurait poussé à mettre fin à sa vie. Pourtant, selon certains de ses proches, rien ne présageait de ce suicide, surtout au regard du comportement très jovial du capitaine de corvette Essomba Roger ces derniers temps.

Une enquête a déjà été ouverte pour élucider les circonstances de ce suicide qui suscite beaucoup de sous-entendus dans les hauts milieux des forces de sécurité camerounaise.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE