16/02/2011 14:42:15
Alpha Condé appelle à éviter les "positions tranchées" sur la Côte d'Ivoire
CONAKRY, 16 février (Xinhua) -- Le président guinéen Alpha Condé appelle à éviter "les positions tranchées" sur la Côte d'Ivoire déchirée entre deux présidents déclarés depuis l'élection du 28 novembre dernier.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

"Mon problème, c'est de voir comment rapprocher les positions pour qu'on arrive à une solution, ça ne sert à rien de prendre des positions tranchées", a estimé Alpha Condé lors d'un entretien accordé lundi à l'Agence Xinhua.

Un bras de fer est engagé entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo déclarés tous deux vainqueurs du scrutin présidentiel, respectivement par la Commission électorale et le Conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire.

Après avoir reconnu Alassane Ouattara comme "président légitime" à l'instar de l'Onu, de l'Union européenne (UE) et de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union africaine (UA) est apparue divisée entre chefs d'Etat pro-Ouattara et pro-Gbagbo à l'issue de sa réunion du 31 janvier à Addis-Abeba en Ethiopie.

"Moi, j'écoute", a déclaré Alpha Condé qui indique s'être rendu au Burkina Faso et en Angola pour "écouter" les présidents Blaise Compaoré et Jose Eduardo Dos Santos.

Facilitateur dans la crise militaro-politique ivoirienne, Blaise Compaoré est présenté comme l'un des farouches partisans de M. Ouattara au sein du bloc de la CEDEAO qui demande au président sortant Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite et de céder le pouvoir à son rival au risque d'une intervention militaire.

A contrario, M. Dos Santos apparaît comme le chef de file des chefs d'Etat soutenant Laurent Gbagbo et s'opposant à toute intervention militaire en Côte d'Ivoire pour installer Alassane Ouattara, toujours reclus dans un hôtel d'Abidjan.

"Il faut plutôt voir comment, parce que l'Afrique est divisée sur cette question, dépasser cette division", soutient le président guinéen.

Pour lui, "ce qui est important c'est que la paix revienne en Côte d'Ivoire et que les Ivoiriens s'entendent".

"Notre problème à nous est de faire en sorte que les deux parties s'entendent pour que la Côte d'Ivoire sorte de cette situation", ajoute Alpha Condé.

"Si la maison de votre voisin brûle, le feu peut vous atteindre", souligne le président guinéen qui rappelle que son pays avoisine la Côte d'Ivoire.

Au moins un million de Guinéens vivent en Côte d'Ivoire et des milliers d'Ivoiriens ont dû se refugier en Guinée pour fuir les violences post-électorales qui ont fait près de 300 morts dans le pays depuis la mi-décembre, selon l'Onu.

"Nous souhaitons donc que très rapidement la Côte d'Ivoire arrive à résoudre ce problème pour qu'elle reprenne sa marche en avant, parce que c'est une situation très préjudiciable à toute l'Afrique de l'Ouest"
, poursuit M. Condé.

Après plusieurs médiations infructueuses auprès des parties ivoiriennes en conflit, une mission de cinq chefs d'Etat désignés par l'UA est attendue à Abidjan lundi pour "évaluer" la situation et prendre des décisions "contraignantes" pour toutes les parties en vue d'un règlement pacifique de la crise.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE