23/02/2011 14:08:00
L'appel manifester pour le départ de Biya n'est pas suivi Douala
L'appel de l'opposition et de certaines associations de la société civile pour des manifestations pour le départ du président Paul Biya n'a pas été suivi, a constaté APA sur place à Douala, ville considérée par les organisateurs comme le point de départ des manifestations.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Après une forte pluie qui a arrosé la métropole économique camerounaise, les populations sont sorties pour vaquer normalement à leurs occupations, passant ainsi outre l'appel à rester cloitré à la maison.

‘'Tout se passe normalement comme à l'accoutumée, ce sont les mêmes embouteillages dans les principales artères de la ville, comme au marché Central, au carrefour Ndokoti ou le pont sur le Wouri'', a indiqué un chauffeur de taxi.

''Il n'y a rien à signaler, j'ai ouvert ma boutique et personne n'est venu jusque-là m'intimer l'ordre de fermer, ou encore de saccager mon commerce'', a affirmé un commerçant rencontré mercredi en plein cœur du quartier commercial à Akwa.

Par ailleurs, aucun dispositif policier dissuasif n'a été jusque-là observé, en dehors des policiers chargés de réguler la circulation.

Certains responsables des partis politiques rencontrés ce jour à Douala ont indiqué qu'ils entendaient ‘'tenir des meetings en lieu clos pour commémorer les martyrs'' tués lors des émeutes contre la vie chère et la faim qui avaient ébranlé le pays en février 2008, faisant quarante-deux morts d'après le gouvernement et une centaine d'après l'opposition et des organisations de défense des droits de l'homme.

Par rapport à cette ‘'commémoration de la semaine des martyrs'', des voix se sont élevées pour demander le départ du chef de l'Etat Paul Biya.

Des échauffourées ont eu lieu lundi et mardi à Douala, avant que le gouvernement et le parti présidentiel, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) appellent les Camerounais à ne suivre l'appel à manifester, au motif que les espaces de liberté existent au Cameroun et permettent aux citoyens de s'exprimer normalement.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE