24/02/2011 00:43:38
Une cour pénale panafricaine pour les crimes de la France en Afrique(Partie 5)
Si l'Afrique est en mesure de demander à sa classe dirigeante de partir, elle doit être en mesure de demander à la France de partir, car la France a non seulement fabriqué la classe dirigeante africaine, mais elle continue au 21ème siècle à pratiquer d'abominables crimes contre l'Afrique.  Si par exemple les dirigeants africains devraient écoper d'une sanction de 10 ans d'emprisonnement, la France devrait en écoper 10 fois plus...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Plan de reconstruction de l'Afrique

L'Afrique doit mettre en œuvre le plan SANKARA ou plan globale de la reconstruction de l'Afrique, semblable au plan Marshall. Le plan SANKARA permettra de lancer le démarrage économique global de l'Afrique et sera entre autre financé par la transformation à 70% de toutes les matières premières extraites des sols de notre continent. A partir de 2015 aucun type de produits ne doit quitter l'Afrique à l'état brut.

La concession des contrats d'exploitation et de transformation de matières premières doit être strictement liée à un transfert substantiel de technologie L'essentiel des fonds pour le   financement du plan SANKARA proviendra des fonds que la France doit verser à l'Afrique en termes de réparation pour le pillage et ses crimes en Afrique. A cela s'ajoutent l'épargne propre, la réduction de notre train de vie, la limitation de la consommation des produits de luxe importés, la limitation au stricte minimum de l'importation des produits vivriers, ce qui implique l'accélération du développement de l'agriculture. L'argent seul ne suffit pour lancer l'industrialisation et le développement d'un continent. 

L'Afrique doit tripler son effort en matière d'éducation, de santé publique et de formation professionnelle.

L'Afrique doit prendre des mesures conservatoires pour renforcer la stabilité spirituelle et morale de ses enfants.

Les  enfants de l'Afrique doivent apprendre la vraie  l'histoire de leur continent et non celle écrite par les colons. Non seulement il doivent acquérir la faculté intellectuelle à penser à long terme, à discerner très vite dans des situations complexes ses intérêts ou ceux de son continent. Les enfants d'Afrique doivent se réapproprier la confiance en soi, l'amour pour leurs  cultures et leur  origine africaine, ils doivent prendre conscience de la nécessité de mieux respecter d'abord leurs frères africains, leur reconnaître le mérite et l'honneur  et ensuite aux autres. Surtout ils doivent apprendre la noble attitude de ne jamais blâmer ou dénigrer leurs frères africains ou prendre une position contraire à la sienne juste pour se passer pour le meilleur nègre. Ce que le Francis cherche, c'est la moindre faille pour semer la discorde entre vous. L'Africain bon et intelligent cela ne l'intéresse pas. L'Africain bon et intelligent, c'est son cauchemar.

Un lobbying juridique

Un groupe d'avocats du Cameroun, Gabon, Côte d'Ivoire, Sénégal, Afrique du Sud, Burkina Faso, Ghana, Guinée équatorial, Angola du Nigéria, Guinée et une 30taine d'associations pour la défense des droits de l'homme travaillent actuellement d'arrache pied  afin que l'union africaine crée rapidement le tribunal panafricain pour les crimes de la France en Afrique. Aux Etats-Unis le conseil d'avocats d'origine africaine a pu mobiliser les cinq plus puissantes associations des Noirs- Américains pour cette bonne cause. Elles se sont montrées particulièrement hostiles à la destruction de l'Afrique par la France et veulent jouer un rôle prépondérant dans   ce processus de libération de l'Afrique, compte tenu de leur très douloureux passé.Le collectif des avocats noirs en Angleterre et en France ont quand a eux commencé à mobiliser leurs collègues  de la diaspora noir du Brésil, du Cuba et des Caraïbes.

La France doit rendre compte à la jeunesse africaine

 « On oubli certaines choses c'est qu'une grande partie de l'argent qui est aujourd'hui dans notre portemonnaie vient précisément de l'exploitation depuis des siècles de l'Afrique. Alors il faut un moment un petit peu de bon sens, je ne dis pas générosité, de justice pour rendre aux africains ce qu'on leur a pris » Jacques Chirac fait son mea culpa tardif en 2010. Si les profiteurs de luxe du système France font de tels aveux, cela devrait nous amener même ceux qui souffre d'amnésie totale à comprendre la dimension du drame que nous vivons.
Alors reconnaissons que c'est la France, qui dans son rôle de gendarme de l'Afrique a embarqué notre continent dans la guerre froide des superpuissances russo-américaine. Pendant ce conflit la France a intensifié son diktat et son contrôle sur les politiques africaines, annihilant ainsi la naissance d'une société civile participative et toute aspiration à l'expression démocratique. Après la chute du mur de Berlin, la reconstruction et l'intégration économique de Europa de L'Est  est mise en œuvre, pendant que l'Afrique victime et vrai théâtre des affrontements est abandonnée à elle-même. Reconnaissons que c'est la France qui, à travers le Franc-CFA a systématiquement paralysé le développement économique de notre continent. C'est bien l'un des pires crimes économiques qu'ait connus le monde moderne. 

Reconnaissons qu'à travers l'aide au développement, la France endette et détourne mille fois plus l'argent des africains, que les dirigeants africains ne l'ont fait. Reconnaissons que c'est la France qui accélère l'expansion de la Franc-maçonnerie sur notre continent. Ces agents secrets phagocytent les cercles du pouvoir africain fainéantisent les dirigeants qu'ils maintiennent sous leur emprise afin de mieux les dépouiller. C'est bien la France qui à travers des méthodes de chantages et  d'intimidation oblige les dirigeants africains à détourner les fonds de leurs contribuables pour financer les campagnes électorales françaises. Reconnaissons que c'est la France qui a perpétré des génocides en Afrique, orchestré de multiples massacres et guerres dans le but de mieux piller les matières premières. L'Afrique doit être consciente de l'ampleur et de  la dimension du système diabolique mis sur pied par la France pour pervertir et déstabiliser son destin. L'Afrique doit choisir entre s'attaquer au moindre mal, qui est son élite et continuer éternellement à tourner en rond ou accepter d'affronter son véritable mal qui est la France et sortir définitivement du gouffre. Lorsqu'un mal est traité à sa racine, ses effets secondaires disparaissent automatiquement.

Si l'Afrique est en mesure de demander à sa classe dirigeante de partir, elle doit être en mesure de demander à la France de partir, car la France a non seulement fabriqué la classe dirigeante africaine, mais elle continue au 21ème siècle à pratiquer d'abominables crimes contre l'Afrique.  Si par exemple les dirigeants africains devraient écoper d'une sanction de 10 ans d'emprisonnement, la France devrait en écoper 10 fois plus. Si la classe dirigeante africaine prédatrice devrait restituer, ce qu'elle a extorqué du continent, ce que devrait restituer la France devrait être 1000 milles fois plus élevé. La pratique de justice à deux vitesses est inconcevable et inadmissible. Logiquement c'est à la France en premier chef que la jeunesse africaine doit exiger de rendre compte. Et le reste est secondaire. Dans la marche vers son éveil, l'Afrique doit cesser de tourner en rond et de se laisser distraire. C'est la France le drame de l'Afrique et non les dirigeants africains. C'est la France la racine du mal de l'Afrique.

A suivre...

Djeumo,
journaliste,  panafricaniste
Ecrire à l’auteur:  djeumoba@yahoo.de

 

Djeumo

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE