24/02/2011 17:55:43
Prison de New-Bell: De hauts gradés assiègent la spéciale 18
La spéciale 18 passée au peigne fin par l’armée de terre. Des capitaines, des colonels, des commandants, bref des hauts gradés de l’armée de terre ont, mardi 22 février 2011, procédé à une fouille minutieuse des cellules de la spéciale 18 de la prison centrale de Douala.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La spéciale 18 passée au peigne fin par l'armée de terre. Des capitaines, des colonels, des commandants, bref des hauts gradés de l'armée de terre ont, mardi 22 février 2011, procédé à une fouille minutieuse des cellules de la spéciale 18 de la prison centrale de Douala. Selon nos sources, « ils nous ont dit que la raison qui était cachée derrière cette descente était la recherche d'un lap top ».

La recherche se serait avérée infructueuse. Au point où, soulignent nos sources, il a fallu une autre descente. Cette fois-là, des représentants de la prison avec en tête le délégué régional de l'administration pénitentiaire pour le Littoral. « Ils   ont laissé entendre qu'ils venaient de la part du procureur général qui a instruit l'ordre de rencontrer l'un des détenus (Paul Eric Kinguè Ndlr) parce qu'à travers internet, il salit l'image de l'Etat à l'extérieur. Ils lui ont intimé l'ordre de cesser de communiquer sur internet ». Celui-ci leur a rétorqué qu'il continuera à écrire.   « j'estime qu'il y a eu mensonge sur mon procès, mes messages visent à faire comprendre à l'opinion internationale et nationale qu'il y a eu tricherie, violations des lois, dénaturation des faits et absence totale de preuve pendant mon procès » leur a-t-il confié

Cette descente inopinée et pour le moins surprenant des hauts gradés de l'armée de terre à la prison de Douala intervient quelques jours seulement après que l'un des pensionnaires ait écrit à l'Union européenne, attirant ainsi l'attention de Raul Mateus Paula, ambassadeur et chef de délégation, sur sa situation, dont la presse camerounaise s'est d'ailleurs largement faite l'écho. En réaction, le 4 février 2011, l'Union Européenne qui dit attaché une très grande importance à l'amélioration du fonctionnement de la justice au Cameroun, tant elle apporte d'ailleurs un appui financier significatif dans ce domaine  s'est engagée à suivre le procès de Paul Eric Kinguè.  «  Si l'Union Européenne préfère généralement évoquer des problèmes systématiques plutôt que des cas individuels, soyez assuré qu'elle suit attentivement les cas qui lui sont signalés et qu'elle continuera à appeler à un respect scrupuleux des droits de la défense pour toutes les personnes ayant affaire à la justice » avait répondu Raul Mateus Paula.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE