07/07/2009 12:26:26
Bakassi : Cinq Chinois enlevés par des pirates
Les rebelles nigérians du Mend seraient à l’origine de cette prise d’otages intervenue lundi matin.
Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Cinq personnes ont été enlevées au petit matin d’hier lundi 6 juillet au large de la presqu’île de Bakassi. Les otages qui sont tous de nationalité chinoise ont été capturés à bord d’un chalutier qui avait sept pêcheurs à son bord. Le Jour a appris que le chalutier en question a été pris en chasse durant quelques minutes par des hommes en cagoules noires, armés de fusils mitraillettes, et opérant à bord d’une pirogue à moteur.

Les assaillants ont intimé l’ordre aux cinq expatriés de monter à bord de leur embarcation, puis, se sont enfui en tirant des rafales en l’air. « Il n’y a eu aucun blessé, en dehors de la scène de panique décrite par les rescapés de cet incident », a confié une source nigériane.

Hier soir, notre source a confié que les assaillants étaient probablement des hommes appartenant au Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger (Mend). Pour s’en convaincre, notre informateur assure que « les accoutrements décrits par les rescapés ainsi que les méthodes des assaillants sont bel et bien ceux du Mend ». Un des chefs des Bakassi Freedom Fighters (Bff), le groupe des rebelles nigérians qui opèrent habituellement dans la zone de Bakassi, et qui s’est illustré par plusieurs attaques armées dont une prise d’otages, a nié toute implication dans l’incident de lundi matin, tout en affirmant que « des groupes fuyant les attaques de l’armée du Nigeria font des incursion dans le territoire de Bakassi pour échapper aux bombardements ».

Le 14 mars dernier, quatre personnes travaillant pour le compte de Tide Water, un sous-traitant de la société pétrolière Pecten, ont été prises en otage dans la même zone maritime à Bakassi. Jusqu’à ce jour, lesdits otages restent en captivité. Une source américaine parle du détournement de tout ou partie de la rançon exigée par les « commandants » Joro et Smart, les chefs présumés du groupe des ravisseurs qui a trouvé refuge dans la zone « D », située en mangrove près de Port Harcourt dans l’Etat de Rivers au Nigeria.

La prise d’otages de lundi matin est intervenue quelques heures seulement après la capture, dans le Delta du Niger, du chimiquier Siehem Peace avec six membres d'équipage étrangers dont trois Russes, deux Philippins et un Indien. Le Mend a revendiqué ce rapt, en annonçant que ses hommes détiennent les six étrangers.

Denis Nkwebo

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE