27/02/2011 20:24:55
RDC: attaque de la résidence du président Kabila Kinshasa, 6 assaillants tués
Des hommes armés "non identifiés" ont attaqué dimanche à Kinshasa la résidence où se trouvait le président congolais Joseph Kabila mais ont été repoussés avant d'atteindre la demeure par la garde républicaine qui a tué six assaillants.
rtlinfo
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Il s'agit de la première menace sérieuse contre le président Kabila, 40 ans en juin prochain, depuis son accession à la tête de la République démocratique du Congo (RDC) en janvier 2001, après l'assassinat de son père, Laurent-Désiré Kabila, dans une autre résidence présidentielle de de Kinshasa.

L'attaque de dimanche a été menée vers 13H30 (12H30 GMT) "par un groupe d'hommes lourdement armés et non identifiés" qui ont été repoussés par la garde républicaine (GR, ex-garde présidentielle), a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende.

"Six assaillants ont été tués, d'autres blessés et quelques uns ont été faits prisonniers", a-t-il ajouté, précisant que des membres des la garde républicaine ont également été blessés.

M. Mende a déclaré à l'AFP qu'il s'agissait d'un "acte de terrorisme. On a voulu faire peur. Des gens disent que c'est un coup d'Etat, mais il n'y a aucune revendication".

Peu avant, dans une déclaration à la Radio télévision nationale (RTNC), M. Mende avait cependant évoqué une "tentative de coup d'Etat".

Vers 13H30, des tirs sporadiques d'armes automatiques, par rafales et au coup par coup, ont été entendus par un journaliste de l'AFP pendant une vingtaine de minutes.

Le président Joseph Kabila "était dans sa résidence" à ce moment là, mais "les assaillants n'ont pas franchi la deuxième barrière" d'accès au bâtiment. "Il n'y a eu aucun dommage à la résidence", a affirmé M. Mende, ajoutant qu'il s'agissait de la résidence principale de M. Kabila.

La demeure est située au bord du fleuve Congo, dans le quartier chic de la Gombe, au nord de Kinshasa, à proximité notamment d'ambassades et de résidences d'ambassades, ainsi que du Grand hôtel de Kinshasa.

Quand les tirs sont cessé, des hommes de la garde républicaine se sont déployés par petits groupes pour mener des patrouilles autour de la zone de la résidence, a constaté un journaliste de l'AFP. Certains étaient toujours postés à des carrefours vers 17H00 (16H00 GMT).

Un blindé léger ainsi qu'un char d'assaut a circulé également dans le quartier, où le calme est rapidement revenu en milieu d'après-midi et la circulation restait filtrée par les militaires de la GR.

Des vendeurs de cigarettes et des changeurs de monnaie, habituellement installés sur un trottoir devant le Grand hôtel, ont fui lors des échanges de coups de feu, laissant leurs chaises sur place, a-t-on constaté.

Selon le porte-parole du gouvernement, des hommes ayant participé à l'attaque de la résidence et qui avaient pris la fuite à moto et en véhicules, ont tiré en passant sur l'entrée d'un camp logistique militaire dans le quartier Lingwala, au sud de la Gombe.

M. Mende n'a pas pu indiquer s'il y avait eu des victimes lors de cet incident, alors que certaines sources ont évoqué plusieurs morts.

Élu en 2006, le président Joseph Kabila devrait se représenter lors des élections prévues en novembre prochain.
L'est du pays est toujours en proie à l'instabilité en raison de la présence de plusieurs groupes armés et milices locales, régulièrement accusés de commettre des violences contre les populations.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE