28/02/2011 19:08:15
Hommage nos martyrs de Février 2008 par la Diaspora pour la Modernité
Pour l'amour et la mémoire des jeunes Camerounais tombés au mois de Février 2008
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Hommage à nos martyrs de Février 2008

Voici déjà trois années qui se sont écoulées. Des milliers de nos  jeunes compatriotes se sont levés spontanément trois années avant les révolutions  de la jeunesse de la Tunisie ou de l’Égypte. Comme un seul homme ils ont défié l’ordre établi de la terreur pour exprimer leur ras-le-bol contre la misère ambiante, le chômage massif, la corruption, l’incompétence caractérisée et la dictature mafieuse du régime néocolonial de M. Paul Biya. Ces jeunes exprimaient à leur façon un idéal historique de société qui est demeuré récurrent au fil du temps dans notre moi collectif. Ce pour lequel beaucoup d’autres héros avant eux, depuis Douala Manga Bell, se sont sacrifiés, notamment la longue quête d’une société camerounaise juste, libre et de droit.


Quoi de plus normal pour nous qui sommes encore débout de faire de ce triste anniversaire la commémoration de la mémoire de nos braves martyrs. C’est aussi l’occasion idoine de procéder à une introspection profonde personnelle sur ce que nous pouvons faire chacun à sa façon, d’où que nous soyons,  pour poursuivre et porter haut le flambeau de la lutte ainsi engagée, afin que le sacrifice suprême de nos martyrs ne soit pas vain.

Changement inéluctable au Cameroun

Au cœur du pouvoir, des barons du régime doivent se rendre compte du caractère inévitable du changement imminent. Notre pays ne peut plus se mettre en marge des changements démocratiques qui se déploient à travers le monde et en Afrique. Le Ghana et le Botswana sont des exemples vivants de bénéficiaires des retombées d’une vie démocratique saine: toutes les institutions internationales reconnaissent aujourd’hui que si la tendance se maintient le Ghana aura atteint l’objectif de réduction de la pauvreté de sa population de moitié avant 2015, et sera probablement pays émergent avant 2025 grâce à l’environnement véritablement démocratique et la vigueur de ses institutions   indépendantes les unes des autres.

Pourtant  en 1982,  le Cameroun était de loin en avance sur le Ghana au regard des indices de développement économique. L’Égypte et la Tunisie sont en train  de faire le saut dans cette ligue de l’État de droit et de la prospérité conséquente pendant que nous sclérosons et nous attachons solidement à l’immobilisme de notre système de dictature néocoloniale actuel. 

Combien de temps encore comptez-vous chers dignitaires du RDPC –parti État- maintenir le peuple camerounais en laisse et ce faisant, le forcer à observer impuissant la caravane du progrès passer une fois de plus sans lui?  Vous avez une conscience qui voit la souffrance du peuple camerounais et qui vous parle! Utilisez votre connaissance des rouages de ce régime de la pègre pour mieux faciliter et contribuer à sa disparition.

Aux Forces de défense et de sécurité

Pour vous membres des forces de défense et de sécurité, nous pleurons en cet anniversaire des compatriotes que vous avez été instrumentalisés par le politique à  assassiner. Ce fut une grave erreur de votre part de sacrifier votre conscience pour un homme qui n’a aucun amour ni pour vous ni pour notre Patrie; un homme qui vit quasiment à l’étranger aux frais des contribuables, loin de la misère ambiante, et ce contre son propre peuple qui ne demandait pourtant qu’à manifester pacifiquement. Écoutez votre conscience qui vous parle et se meurtri de culpabilité. Il n’est jamais trop tard pour demander pardon par des gestes concrets afin de libérer votre conscience de ce lourd tribut des morts d’hommes et de femmes qui vous hantent nuit et jour. Il est possible de vous racheter.

Vos collègues tunisiens et égyptiens vous ont montré la voie à suivre; Ils ont refusé de tirer sur leurs compatriotes et ont laissé leurs peuples respectifs manifester pacifiquement pour conquérir leur libération. L’histoire leur en sera gré. Ils se sont mis du coté de leur peuple et non contre lui, car bien que les régimes politiques changent au gré des atermoiements de l’histoire, seul le peuple reste permanent dans le temps et dans l’espace; faites comme vos collègues tunisiens et égyptiens en laissant vos compatriotes manifester pacifiquement.

Choisissez le peuple et non le tyran. Le despote n’a absolument aucune considération pour ce qui vous arrivera après lui, car pour lui seul importe la conservation de son pouvoir. Pour le dictateur, vous n’êtes que de simples instruments de conservation de son pouvoir. Rachetez-vous  auprès de notre peuple pour vos actions passées en vous plaçant cette fois du coté de l’Honneur, du Progrès et de la Dignité.  Dorénavant, l’humanité vous observe et c’est à vous de jouer votre partition devant la postérité.

Aux populations du Cameroun

Les exemples de la Tunisie, de l’Égypte et peut-être bientôt de la Libye, ainsi que la panique qui s’est emparée du pouvoir despotique de Yaoundé ces derniers jours montrent bien qu’aucun dictateur au monde ne peut éternellement régner sur un peuple véritablement engagé à reconquérir sa liberté.
Malgré le fait que beaucoup de sacrifices ont été consentis depuis les indépendances jusqu’aux émeutes de Février 2008, en passant par les années 1990 de braise, force est de reconnaître que nous devons demeurer debout pour donner un sens aux sacrifices déjà consentis par tous nos martyrs et manifester pacifiquement jusqu’au départ du dictateur budgétivore, incompétent et paresseux Paul Biya Bi Mvondo et de son régime cynique et rétrograde.  L’heure n’est absolument pas à la peur ni au découragement, et comme un seul homme, unissons toutes nos énergies pour l’assaut final. Le temps s’y prête.

Pour sa part, Diaspora Pour la Modernité exige une enquête internationale indépendante pour faire la lumière sur ces massacres et établir les responsabilités conséquentes pour un jugement toujours attendu par tout le peuple camerounais.

Diaspora Pour la Modernité reste profondément solidaire du peuple Camerounais dans sa lutte légitime contre la dictature et sa longue quête d’une société juste, libre, moderne et de droit, dotée d’institutions démocratiques véritablement indépendantes et cohérentes qui seules garantiront un environnement de débat libre, de recherche des solutions durables sur les enjeux de notre société.

Que la terre de nos ancêtres soit légère à tous nos martyrs. Que chacun de nous, indépendamment de son lieu de résidence parvienne à prouver par sa contribution individuelle et effective à la lutte patriotique pour le changement démocratique au Cameroun que ces martyrs ne se sont pas sacrifiés en vain.

Michael Fogaing
Porte parole de Diaspora pour la Modernité

Michael Fogaing

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE