01/03/2011 04:51:51
L'Onu veut des Elections transparentes au Cameroun
Visite du Sg adjoint des Nations-unies
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dans le cadre de sa visite  au Cameroun, en vue de réaffirmer l’appui de l’Onu au processus électoral et à encourager le gouvernement ainsi que d’autres autorités politiques à travailler main dans la main pour des élections paisibles, transparentes et libres, le sous-secrétaire général aux affaires politiques, et point focal des élections aux Nations-unies, a tenu hier après midi, au sein du Programme des Nations-unies pour le développement (Pnud), une réunion avec les partis politiques représentés à l’Assemblée nationale (An) du Cameroun.

Y ont pris part, un représentant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le parti au pouvoir, une délégation représentant le Social démocratique front (Sdf), les représentants de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), de l’Union démocratique du Cameroun (Udc) et du Mouvement progressiste (Mp). A huis clos, ils ont tenu une réunion qui a tourné selon les indiscrétions glanées par Le Messager sur le bon déroulement des prochaines élections au Cameroun. A en croire nos sources, la fonctionnaire de l’Onu est  venue s’assurer que le processus est sur le bon chemin sinon rappeler aux parties leurs obligations.

Bien que ne voulant pas dévoiler ce qui a été débattu au cours de la séance de travail qui a duré plus d’une heure et trente minutes, le chairman du Sdf, Ni John Fru Ndi qui a personnellement conduit la délégation de son parti, s’est confié à la presse. “ Aucune restitution ne peut encore être faite, tant que nous n’avons pas les résolutions des travaux qui viennent de se tenir. Nous avons certes discuté de la tenue des élections cette année, dans les meilleures conditions qui soient, mais, peut-on véritablement parler d’une élection transparente et objective, lorsque le peuple a déjà des idées toutes faites et des préjugés bien entretenus à ce sujet ? Pouvons-nous vraiment le faire lorsqu’on sait qu’Elecam, l’organisme chargé de réguler les élections n’est qu’une émanation du pouvoir en place ? Tout compte fait, nous avons une liste de 11 points que nous avons une fois de plus soumise à l’attention de l’Onu, et que les dirigeants des élections ont déjà en leur possession. Nous ne pouvons commencer à parler de la tenue de véritables élections au Cameroun  avec qui que ce soit, tant que ces points ne seront pas observés, ou pris en compte ”.

Au cours de cette visite effectuée par Lynn Pascoe, du 28 février au 01er mars 2011, plusieurs autres entretiens avec les hautes autorités camerounaises, dont des membres du gouvernement, les responsables d’Elecam et le Un country team (Unct), ont meublé son séjour.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE