04/03/2011 03:18:46
La chronique d'Edking: Eve, Dalida, Simone et les autres
Installé dans le confort douillet de sa bulle posée sur un monde encore vide et  vague, qu’est ce qui a bien pu inciter le grand barbu à déflorer le chaos pour fonder son verbe sur la terre ?
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Installé dans le confort douillet de sa bulle posée sur un monde encore vide et  vague, qu’est ce qui a bien pu inciter le grand barbu à déflorer le chaos pour fonder son verbe sur la terre ?

Adam était si heureux tout seul dans son grand jardin d’Eden. Entouré d’arbres fruitiers de toutes natures. Des ruisseaux coulant sous la mousse ; des chants d’oiseaux et le souffle du vent décoiffant les palmiers. Il avait avec lui le soleil. Il avait la nuit et ses étoiles... Il était beau et pur...

Samson était un jeune gars vigoureux aux beaux cheveux longs et aux idées larges, qui menait la vie dure aux Philistins, ennemis d'Israël. Ceux-ci avaient juré sa perte, mais Samson était invincible.

Jean le Baptiste alias Yohanan, fut prédicateur en Palestine au temps de Jésus de Nazareth. C’était la voix qui criait dans le désert. Il fut un honnête homme qui exhortait les Juifs à mener une vie vertueuse, à pratiquer la justice envers leurs semblables et la piété envers Dieu.

Jésus était un gars peinard qui n’avait pas son pareil pour captiver les foules par la parole. Il faisait des miracles. Guérissait les malades. Marchait sur les eaux. Il était le chemin, la vérité et la vie...

Michel Polnareff était un homme libre qui affichait ses fesses sur les murs de Paris. Les gens le traitaient de pédé, mais il proclamait qu’il était un homme. Il invitait ceux qui n’y croyaient pas à l’essayer. Il rêvait d’une poupée qui lui dira “ oui ”.

Et Dieu dit : que la terre soit !  Il vit son œuvre et déclara que tout est bien. Mais où est le bonheur que tu nous as promis sur terre ? Aujourd’hui, tu dois regretter d’avoir donné une compagne à Adam. C’est  la seule erreur de ton œuvre divin.

Adam était si heureux tout seul dans son grand jardin d’Eden. Il aurait pu le demeurer éternellement et nous avec. Mais il a dédaigné toutes les bonnes choses qui l’entouraient, au profit du fruit du mal et ce fut sa chute, sous le regard moqueur d’Eve.

Samson aurait pu demeurer invincible. Les princes Philistins, ennemis d'Israël, promirent à Dalida une récompense si elle parvenait à découvrir le secret de la force de Samson. Dalida harcela le héros, jusqu'à ce que celui-ci lui révèle que sa force extraordinaire résidait dans ses cheveux. Dans le Livre des Juges nous pouvons lire cette histoire dramatique : “ Puis Samson se rendit à Gaza ; il y vit une prostituée et il entra chez elle. On fit savoir aux gens de Gaza : "Samson est venu ici."Ils firent des rondes et le guettèrent toute la nuit à la porte de la ville. Toute la nuit ils se tinrent tranquilles."Attendons, disaient-ils, jusqu'au point du jour, et nous le tuerons."

Mais Samson resta couché jusqu'au milieu de la nuit et, au milieu de la nuit, se levant, il saisit les battants de la porte de la ville, ainsi que les deux montants, il les arracha avec la barre et, les chargeant sur ses épaules, il les porta jusqu'au sommet de la montagne qui est en face d'Hébron.
Après cela il s'éprit d'une femme de la vallée de Soreq qui se nommait Dalida.  Les princes des Philistins allèrent la trouver et lui dirent : "Séduis-le et sache d'où vient sa grande force, par quel moyen nous pourrions nous rendre maîtres de lui et le lier pour le maîtriser. Quant à nous, nous te donnerons chacun onze cent sicles d'argent." Dalila dit à Samson : "Apprends-moi, je te prie, d'où vient ta grande force et avec quoi il faudrait te lier pour te maîtriser."

Dans l’opéra imaginé par Oscar Wilde, le dialogue suivant en dit long sur l’histoire de Jean le Baptiste tel que décrite dans la bible :

Salomé :- Laisse-moi baiser ta bouche.

Jean : -Jamais, fille de Babylone ! Fille de Sodome ! Jamais.

Salomé : -Je baiserai ta bouche, Jean, Je baiserai ta bouche.

Selon la bible, Hérode avait fait arrêter Jean à cause d'Hérodiade, la femme de son frère Philippe ; car Jean lui disait : "Il ne t'est pas permis de l'avoir pour femme".

La fille d'Hérodiade, invitée à danser au cours de l'anniversaire d'Hérode, séduira ce dernier qui s'engagera par serment à lui donner tout ce qu'elle demanderait. Elle répondit, à l'instigation de sa mère: "Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean-Baptiste". Le roi, attristé, ordonnera de décapiter Jean dans sa prison. Sa tête sera apportée sur un plateau à la jeune fille, qui l'apportera à sa mère.

Selon un pâtre grec qui se faisait lui-même appeler le juif errant, Joseph aurait pu rester chez lui tailler son bois, plutôt que d’aller s’exiler et se cacher avec... Marie, mère de Jésus. Le fils de Dieu lui-même est sujet à controverse : quel est le disciple qu’il aimait tant ? La bible nous dit : “ Or l’un d’entre ses disciples, que Jésus aimait, était à table contre le sein de Jésus. ” Dans son célèbre tableau “ la cène ”, Leonardo da Vinci, le grand peintre italien, figure un personnage qui ressemble de beaucoup à une femme, assise aux cotés de Jésus, entouré de ses disciples. Dans un écrit apocryphe, l'évangile selon Myriam, il est écrit : "Simon-Pierre s’adressa tout haut à Myriam : 'Toi qui est Sœur de chacun de nous, nul n’ignore que le Maître t’a aimée autrement que les autres femmes. Selon les paroles qu’Il t’a confiées, enseigne-nous maintenant. Dis-nous les mots que ta mémoire privilégie' ..." Qui est-cette Myriam ? Marie-Madeleine ?

Michel Polnareff, grand misogyne s’il en fut, était un chanteur heureux dont les disques se vendaient bien. Jusqu’au jour où à l’âge de 66 ans il rencontre l’amour de sa vie. Une belle plante brune dont il ne tarissait pas d’éloges et qui lui a donné un bébé.

Hélas, Polnareff vient de découvrir qu’il n'est pas le père de son enfant, le petit Volodia, mis au monde par sa compagne Danyellah le 28 décembre 2010. Ce "Polnabb" qu'il a tant attendu n'est finalement pas le sien... Danyellah a d'ailleurs subitement disparu avec l'enfant peu après le résultat du test de paternité.

Derrière le succès d’un homme dit-on, il faut voir la femme. Derrière ses échecs surtout. A la veille de la journée internationale de la femme, j’ai une pensée émue pour nous les hommes. La femme nous tient par le bout du nez pour ne pas dire plus. Elle nous a fait croire qu’elle est une minorité opprimée alors qu’avec 51%, elle est devenue une majorité agissante. D’Eve à Marie Madeleine, en passant par Dalida et Salomé, de Simone Gbagbo à Hilary Clinton, la femme gouverne le monde et le conduit à sa perte... par dictateurs interposés.

Bon vendredi et à vendredi

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE