14/04/2009 05:18:30
Rama Yade propos du "pardon" de Ségolene Royal Dakar
"C'est quelque chose qui ne se fait pas dans la tradition républicaine et démocratique, tout simplement", a déclaré dimanche la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères Rama Yade, réagissant au "pardon" aux Africains de Ségolène Royal pour le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar en 2007.
AP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

"Les représentants de la France sont le président de la République et le gouvernement (...) Elle pouvait parler en son nom, ça pouvait suffire", a déclaré Rama Yade lors de l'émission "Dimanche soir politique" sur itélé et France-Inter.

"On sent bien que la détestation de Nicolas Sarkozy qu'elle entretient depuis la défaite (en 2007, NDLR) est beaucoup plus forte que d'éventuelles préoccupations pour le continent africain", a estimé la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme. "Je n'aime pas ces comportements suspects qui consistent réellement à prendre l'Afrique comme terrain de jeu de la politique intérieure française".

"Ça suffit les portes-parole de l'Afrique (...) Laissons l'Afrique aux Africains", a-t-elle lancé. "L'Afrique en a assez des belles paroles socialistes dont on nous abreuve depuis de nombreuses années".

Rama Yade, qui est née au Sénégal, a également déclaré ne pas aimer "quand les deux pays que je porte dans mon coeur sont l'objet ou le théâtre de tels déchirements". Et, dans une pique lancée à Ségolène Royal, elle aussi née dans ce pays, elle a déclaré: "Moi je ne suis pas née à Dakar par hasard, c'est ça la différence".

Par ailleurs, interrogée sur les statistiques ethniques proposées par le commissaire à la Diversité et à l'Egalité des chances Yazid Sabeg, la secrétaire d'Etat a refusé de se prononcer. "Je ne sais pas", a-t-elle seulement répondu, affirmant être "travaillée entre quelques convictions là-dessus".

Elle a en revanche souligné le recul observé en France sur la question de l'accès aux hautes fonctions des populations d'origine étrangère. "Pendant trente ans, pas grand-chose n'a été fait (...) Parce qu'il y a eu trente de retard, il faudra trente ans pour rattraper le niveau", a-t-elle estimé. A ce titre, "l'élection de Barack Obama nous ringardise. C'est un défi lancé à la France", a-t-elle affirmé.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE