08/03/2011 02:20:27
32 jeunes du Rdpc décident de s'immoler
Ils disent vouloir le faire  sur l’esplanade de la Cour d’appel du Littoral si justice n’est pas rendue dans les affaires concernant leur maire incarcéré depuis plus de trois ans à la prison de New-Bell.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille


Ils disent vouloir le faire  sur l’esplanade de la Cour d’appel du Littoral si justice n’est pas rendue dans les affaires concernant leur maire incarcéré depuis plus de trois ans à la prison de New-Bell.
 
Après Paul Eric Kinguè (Photo), ex-maire de l’arrondissement de Njombé-Penja incarcéré à la prison de Douala dans le cadre des émeutes de février 2008, qui avait déclaré vouloir s’immoler avant la présidentielle  de cette année, ce sont des jeunes du parti des flammes acquis à sa cause qui menacent  d’écouter leur vie. Trente et deux au total, ils entendent le faire sur l’esplanade de la Cour d’appel du Littoral parce qu’ils se disent “ révoltés par une Justice travestie au quotidien et politisée dans le cadre des procès de notre maire Paul Eric Kinguè que nous avons élu sans pression et sans corruption ”.

Dans un mémorandum adressé au président de la Cour d’appel du Littoral, et dont Le Messager a reçu copie, ils sont formels : “ Nous sommes déterminés à le faire au cas où les magistrats continueraient à se faire influencer par les politiques dans les procès de Paul Eric Kinguè. Il faut qu’il soit jugé  selon les lois camerounaises et dans des délais courts ”. Allusion faite au nombre de renvois qu’aura  connu cette affaire en appel (une  trentaine).  Lors de l’audience du jeudi 3 mars dernier, la défense avait attribué les émeutes de février 2008 à Njombé-Penja aux adversaires politiques de l’ex-maire. 

Pour Me René Manfo, conseil de Paul Eric Kinguè et de trois autres accusés dans cette affaire,  “ Il a été président de section [du Rdpc]pendant plus d’une dizaine d’années et en plus de cela, maire. Donc, ce ne sont que ses adversaires politiques qu’il a longtemps battus aux différentes élections qui avaient intérêt à voir la ville à feu et à sang. M. Kinguè est assis là (dans le box des accusés) parce qu’il défend les intérêts du Cameroun en exigeant à la Php (Plantation du Haut Penja) de payer les impôts”.

La copie dudit mémorandum, nous signale-t-on, aurait aussi été expédiée au président de la République , au Premier ministre, au vice-Premier ministre chargé de la Justice , au gouverneur du Littoral, ainsi qu’aux organisations de défense des droits de l’Homme. En rappel, Paul Eric Kinguè avait lui-même menacé de s’immoler avant la présidentielle de 2011 si une Justice équitable ne lui était pas rendue. Face à cette menace, une délégation de l’Union européenne venue lui rendre visite l’en avait dissuadé, le persuadant qu’elle devait se pencher sur son cas. Aujourd’hui c’est chose faite. Pour preuve, un avocat lui a été commis par la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE