02/01/2018 11:50:37
Les armées de l'ombre : L'invisible, mais véritable guerre des Etats-Unis en Afrique

Il y a une guerre réelle - mais largement cachée - qui se déroule dans tout le continent africain. Elle implique les États-Unis, une Russie revigorée et une Chine montante. L'issue de la guerre est susceptible de définir l'avenir du continent et ses perspectives mondiales.

le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/middleeastmonitor.com
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
 
Un sergent d'armes des forces spéciales de l'armée étatsunienne observe alors qu'un soldat nigérien s'élance vers l'avant lors d'une formation militaire pendant l'exercice Flintlock 2017 à Diffa, Niger, le 11 mars 2017 [photo de l'armée américaine par Spc. Zayid Ballesteros]

Il y a une guerre réelle - mais largement cachée - qui se déroule dans tout le continent africain. Elle implique les États-Unis, une Russie revigorée et une Chine montante. L'issue de la guerre est susceptible de définir l'avenir du continent et ses perspectives mondiales.

Il est facile d'accuser le président étatsunien Donald Trump, son agenda erratique et ses déclarations impulsives. Mais la vérité est que l'expansion militaire étatsunienne actuelle en Afrique n'est qu'un pas de plus dans la mauvaise direction. Cela fait partie d'une stratégie qui a été mise en œuvre il y a dix ans, sous l'administration du président George W. Bush, et activement poursuivie par le président Barack Obama.

En 2007, sous le prétexte de la "guerre contre le terrorisme", les Etats-Unis ont consolidé leurs différentes opérations militaires en Afrique pour établir le Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (AFRICOM). Avec un budget de départ d'un demi-milliard de dollars, l'Africom était censée être lancée pour s'engager avec les pays africains en termes de diplomatie et d'aide. Mais au cours des dix dernières années, l'Africom a été transformée en un commandement central pour les incursions et les interventions militaires.

Toutefois, ce rôle violent s'est rapidement aggravé au cours de la première année de son mandat. En effet, il y a une guerre étatsunienne cachée en Afrique, et elle est menée au nom du "contre-terrorisme".

Selon une enquête spéciale de VICE News, les troupes étatsuniennes mènent actuellement 3 500 exercices et engagements militaires par an dans toute l'Afrique, soit une moyenne de 10 par jour. Les médias grand public étatsuniens discutent rarement de cette guerre en cours, donnant ainsi aux militaires suffisamment d'espace pour déstabiliser n'importe lequel des 54 pays du continent à sa guise.

"Le chiffre d'aujourd'hui, qui s'élève à 3 500, marque une augmentation stupéfiante de 1 900 pour cent depuis que le commandement a été activé il y a moins de dix ans, et suggère une expansion majeure des activités militaires étatsuniennes sur le continent africain", a rapporté VICE News.

Après le décès de quatre soldats des forces spéciales étatsuniennes au Niger le 4 octobre dernier, le secrétaire étatsunien à la Défense, James Mattis, a fait une déclaration inquiétante devant un comité sénatorial : ces chiffres devraient augmenter à mesure que les Etats-Unis élargissent leurs activités militaires en Afrique.

Mattis, comme d'autres responsables de la défense dans les deux administrations précédentes, justifie les transgressions militaires étatsuniennes dans le cadre des efforts continus de "contre-terrorisme". Mais une telle référence codée a servi de prétexte pour que les États-Unis interviennent et exploitent une région importante à fort potentiel économique.

L'ancien "Scramble for Africa" colonial est en train d'être réinventé par les puissances mondiales qui comprennent parfaitement l'étendue des immenses étendues économiques inexploitées du continent. Tandis que la Chine, l'Inde et la Russie développent chacune une approche unique pour séduire l'Afrique, les États-Unis investissent principalement dans l'option militaire, qui promet d'infliger des dommages indicibles et de déstabiliser de nombreux pays.

Le coup d'État de 2012 au Mali, perpétré par un capitaine entraîné par l'armée étatsunienne, Amadou Haya Sanogo, n'en est qu'un exemple.

Dans un discours prononcé en 2013, la secrétaire d'État US Hillary Clinton a mis en garde contre un "nouveau colonialisme en Afrique (dans lequel il est) facile d'entrer, de prendre les ressources naturelles, de payer les dirigeants et de partir". Bien que Clinton ait bien sûr raison, elle faisait allusion à la Chine, et non à son propre pays.

L'influence croissante de la Chine en Afrique est évidente, et les pratiques de Pékin peuvent être injustes. Toutefois, la politique chinoise à l'égard de l'Afrique est beaucoup plus axée sur le civil et le commerce que l'approche militaire étatsunienne.

La croissance du commerce entre la Chine et l'Afrique, selon un rapport de l'ONU paru en 2013, se produit à un rythme vertigineux, passant d'environ 10,5 milliards de dollars par an en 2000 à 166 milliards de dollars en 2011. Depuis lors, elle s'est poursuivis au même rythme impressionnant.

Mais cette croissance s'est accompagnée de nombreuses initiatives, impliquant des milliards de dollars en crédits chinois aux pays africains pour développer les infrastructures dont ils ont cruellement besoin. More a financé le "African Talents Program", qui vise à former 30 000 professionnels africains dans différents secteurs.

Il n'est donc pas surprenant que la Chine ait dépassé les États-Unis en tant que premier partenaire commercial de l'Afrique en 2009.

Le véritable colonialisme, auquel Mme Clinton a fait référence dans son discours, est cependant en cours dans la perception et le comportement des États-Unis vis-à-vis de l'Afrique. Il ne s'agit pas d'une hyperbole, mais en fait, d'une déclaration qui fait écho aux paroles du président étatsunien Trump lui-même.

Au cours d'un déjeuner avec neuf dirigeants africains en septembre dernier à l'ONU, Trump a parlé avec le genre de mentalité qui a inspiré l'approche coloniale des dirigeants occidentaux envers l'Afrique pendant des siècles.

Peu après il a inventé le pays inexistant de la 'Nambia', Trump se vantait d'avoir "beaucoup d'amis qui vont dans vos pays (africains) essayer de s'enrichir". "Je vous félicite, dit-il, ils dépensent beaucoup d'argent."

Le mois suivant, Trump ajoute le Tchad, partenaire dévoué de son pays dans la lutte antiterroriste, à la liste des pays dont les citoyens sont interdits d'entrée aux États-Unis.

En gardant à l'esprit que l'Afrique compte 22 pays à majorité musulmane, le gouvernement étatsunien se défait de toute vision diplomatique à long terme en Afrique et s'engage de plus en plus sur la voie militaire.

La poussée militaire étatsunienne ne semble pas non plus s'inscrire dans une approche politique globale. Elle est aussi alarmante qu'erratique, reflétant la dépendance excessive et constante des États-Unis à l'égard de solutions militaires à toutes sortes de problèmes, y compris les rivalités commerciales et politiques.

Comparez cela à l'approche stratégique de la Russie en Afrique. Rétablissant une vieille camaraderie avec le continent, la Russie suit la stratégie d'engagement (ou dans ce cas, de réengagement) de la Chine à travers le développement et des conditions commerciales favorables.

Mais, contrairement à la Chine, la Russie a un vaste programme qui inclut les exportations d'armes, qui remplacent les armes étatsuniennes dans diverses parties du continent. Pour Moscou, l'Afrique dispose également d'un potentiel inexploité et énorme en tant que partenaire politique qui peut renforcer la position de la Russie à l'ONU.

Conscients de la concurrence mondiale évidente, certains dirigeants africains s'efforcent maintenant de trouver de nouveaux alliés en dehors du cadre occidental traditionnel, qui contrôle une grande partie de l'Afrique depuis la fin du colonialisme traditionnel il y a des décennies.

La visite du président soudanais Omar el-Béchir en Russie à la fin novembre et sa rencontre de haut niveau avec le président Vladimir Poutine en sont un exemple frappant. "Nous rêvons de cette visite depuis longtemps", a déclaré Al-Bashir à Poutine, et "nous avons besoin d'être protégés contre les actes agressifs des États-Unis".

La "protection" tant convoitée comprend l'engagement promis de la Russie dans la modernisation de l'armée soudanaise.

Méfiez-vous de l'ouverture de la Russie à l'Afrique, les Etats-Unis se battent avec un stratagème militaire et peu de diplomatie. La mini-guerre étatsunienne en cours sur le continent poussera le continent encore plus loin dans l'abîme de la violence et de la corruption, ce qui pourrait convenir à Washington, mais entraînera une misère incalculable pour des millions de personnes.

Il ne fait aucun doute que l'Afrique n'est plus un "territoire" occidental exclusif, exploitable à volonté. Mais il faudra attendre de nombreuses années avant que l'Afrique et ses 54 nations soient véritablement libérées de la mentalité néocoloniale entêtée, fondée sur le racisme, l'exploitation économique et les interventions militaires.

Traduction SLT, avec DeepL.com

Ramzy Baroud

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE