10/03/2011 20:55:50
Pour le président Gbagbo: un partage du pouvoir est "inacceptable"
Le "principe même d'un partage du pouvoir", proposé par l'Union africaine pour régler la crise ivoirienne, est "inacceptable"
AFP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le "principe même d'un partage du pouvoir", proposé par l'Union africaine pour régler la crise ivoirienne, est "inacceptable", a affirmé jeudi à l'AFP le porte-parole du gouvernement du président sortant Laurent Gbagbo.

Interrogé sur les discussions en cours au sommet de l'UA à Addis Abeba sur la crise ivoirienne, Ahoua Don Mello a répondu depuis Abidjan: "pour le moment, il s'agit de partage du pouvoir et le principe même est inacceptable". "Le partage du pouvoir gouvernemental, c'est ce qu'on a expérimenté de 2002 à 2010 et cela n'a rien donné", a-t-il ajouté.

Alassane Ouattara, reconnu président par la communauté internationale à l'issue du scrutin du 28 novembre, "comme président qui partage le pouvoir ou dans l'autre sens (avec M. Gbagbo comme président), c'est inacceptable", a-t-il insisté.

"On a proposé un recomptage des voix. Pourquoi ils ont accepté de recompter les voix en Haïti? Si cela a été accepté ailleurs, pourquoi pas ici? Nous maintenons notre position", a poursuivi le porte-parole. Mais les Nations unies ont déjà indiqué qu'un tel recomptage était impossible, les bulletins de vote n'ayant pas été conservés.

Le porte-parole a alors proposé de revoir "les procès-verbaux, qui eux ont été conservés". Selon lui, "il faut évaluer la certification" du scrutin par l'ONU, qui avait validé la victoire de M. Ouattara annoncée par la commission électorale.
Le Conseil constitutionnel avait invalidé partiellement ces résultats et proclamé M. Gbagbo réélu.

A Addis Abeba, les représentants de M. Gbagbo ont rejeté les propositions supposées "contraignantes" présentées par un panel de chefs d'Etat mandaté par l'UA, agitant le spectre d'une reprise de la guerre civile. "Nous avons estimé que c'est une proposition inacceptable", a déclaré le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) Pascal Affi N'Guessan, à l'issue d'une consultation avec les membres de ce panel, réunis depuis mercredi au siège de l'UA.

Le panel de cinq chefs d'Etat n'a toutefois pas rendu publiques ses conclusions qu'il devait adopter pour tenter de mettre fin à la crise.

*Titre de la Rédaction

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE