11/03/2011 22:09:02
Séisme au Japon ? Le bilan s'élèverait 1000 morts
Le bilan des morts ne cesse de s’alourdir au Japon. Un millier de personnes auraient été tuées la suite d’un tsunami provoqué vendredi par un violent séisme au large des côtes nord-est du Japon, selon l’agence de presse japonaise Kyodo.
RueFrontenac
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le dernier bilan officiel des autorités japonaises ferait toutefois état de 154 décès et de 531 disparus selon l'Agence de la police nationale.

Le tsunami meurtrier s’est produit à 14h46 locale, à 24,4 kilomètres de profondeur et à 125 kilomètres au large des côtes. D’une hauteur de 10 mètres, il a tout balayé sur son passage. Le séisme à son origine était d’une magnitude de 8,9 sur l’échelle de Richter. Il est le plus violent depuis 140 ans et a été ressenti jusqu’à Pékin, à quelque 2500 km de son lieu d’origine.

Bien que conçus pour résister aux tremblements de terre, de nombreux édifices de villes japonaises, dont Tokyo, ont tangué de longues minutes.

« Ça a tremblé beaucoup. Les édifices, même ceux qui sont vraiment hauts, tremblaient, raconte Shintaro Fukuda, qui travaille pour une compagnie informatique au centre-ville de Tokyo, à 380 kilomètres de l’épicentre. Les fils électriques se balançaient aussi. Tout le monde était figé, sauf quelques filles qui criaient », a lancé en riant, ce matin, le jeune homme dans la vingtaine.


Le tsunami qui a suivi le violent séisme a ravagé l'aéroport de Sendai, dans le nord-est du Japon. Photo Reuters

Dans la région de Sendai, un complexe pétrochimique a été la proie des flammes. À 75 kilomètres de Tokyo, dans la ville d’Ichihara, un incendie a éclaté dans la raffinerie pétrolière Cosmo. Les flammes ont atteint une hauteur de 30 mètres.
Rejoint par Skype, M. Fukuda était distrait par les images de cet incendie, qu’il regardait via Internet. Il a admis être impressionné par la force du séisme. Vers minuit et demi, heure locale, il en ressentait encore les vibrations. « Ça donne encore des coups, a décrit le jeune Japonais. À la télévision, on prédit d’autres secousses  pendant la nuit. J’ai un peu peur d’aller dormir. »

Onde de choc

Le tremblement de terre a été suivi de 50 secousses, certaines d’une magnitude supérieure à six. Shintaro Fukuda était devant son ordinateur quand l’onde de choc a été ressentie pour la première fois. « Au début, on a cru à que c’était un tremblement de terre de la trempe de ceux qu’on ressent régulièrement, a-t-il expliqué. Puis, les secousses se sont amplifiées. »

M. Fukuda, comme les autres employés de son étage, a alors descendu, à la course, les 16 étages les menant à la rue. « Évidemment, pendant un tremblement de terre, les ascenseurs sont bloqués ! », a lancé l’employé tokyoïte.
Si certaines personnes se cachaient sous les tables, la plupart étaient à l’extérieur, figées devant l’ampleur de l’événement. « Quand ça tremble vraiment beaucoup, personne ne veut rester à l’intérieur. On a peur que l’édifice s’effondre sur nous », a remarqué Shintaro Fukuda.

Dans la capitale administrative du Japon, les transports en commun sont toujours paralysés et les taxis, débordés. « Plusieurs personnes ne peuvent pas retourner à la maison, a dit M. Fukuda. Des écoles, entre autres, ont ouvert leurs portes à la population pour qu’ils puissent y passer la nuit. » Faute de lignes téléphoniques fonctionnelles, cellulaires comme terrestres, Shintaro Fukuda a rejoint sa famille, qui habite à Nikko, à une centaine de kilomètres au nord de Tokyo, par courriel et par Skype. Ses amis, dont la parenté se trouve plus au nord, ont utilisé les mêmes voies de communication. « Par chance, tous ceux que je connais sont en sécurité », a lâché M. Fukuda, soulagé. En fait, ses amis ont même réussi à tourner la situation à la blague. « Sur Twitter, ils se sont contentés d’écrire qu’ils étaient contents d’avoir pu terminer leur journée de travail plus tôt ! », a blagué M. Fukuda.

Des répercussions jusqu'aux États-Unis

Si demain est une journée de congé pour plusieurs, Shintaro Fukuda, lui, se rendra au travail. « Mon patron s’attend à me voir au bureau, a-t-il expliqué, formel. J’espère seulement que la journée de travail en sera une ordinaire, sans tremblement de terre. C’était vraiment épeurant aujourd’hui. »

L’Agence météorologique japonaise a émis une alerte au tsunami pour l’ensemble de la côte Pacifique du Japon.
À Hawaii, le centre d’alerte au tsunami du Pacifique a aussi lancé un avertissement dans plus de 50 endroits dont la Russie, les îles Marcus et les Mariannes, Guam, Taïwan, l’Indonésie et les Philippines. Les premières vagues du tsunami ont touché la côte ouest américaine vendredi matin, sans faire de dommages.

En Colombie, le niveau de la mer a augmenté de cinquante centimètres. L’Équateur a ordonné l’évacuation des régions menacées. On ne rapporte aucun dégât et blessés à l’extérieur de l’archipel japonais.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE