15/03/2011 18:09:42
Dijon: Une camerounaise tuée de plus de 30 coups de couteau
Un crime ignoble ! C'est ainsi que Christophe Rode a qualifié les conditions de la mort d'une femme prostituée de 40 ans, retrouvée morte samedi soir, au bord d'un chemin, dans un véhicule utilitaire, à Rully, au Nord de Chalon-sur-Saône, le long de l'ex-RN6, par un promeneur, alors que la camionnette était ouverte.
ChalonInfo
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille


On en sait désormais un peu plus sur le meurtre perpétré à l'encontre d'une camerounaise retrouvée morte lacérée de plus d'une trentaine de coups de couteau. Un acte d'une rare violence qui mobilise une vingtaine de gendarmes des compagnies de Chalon, Dijon et Chagny.

Un crime ignoble ! C'est ainsi que Christophe Rode a qualifié les conditions de la mort d'une femme prostituée de 40 ans, retrouvée morte samedi soir, au bord d'un chemin, dans un véhicule utilitaire, à Rully, au Nord de Chalon-sur-Saône, le long de l'ex-RN6, par un promeneur, alors que la camionnette était ouverte.

Plus de 30 coups de couteau dont deux au coeur

Christophe Rode aux côtés de qui se trouvait Mme. Masson, substitut en charge de ce pénible dossier criminel, le Commandant Boyer de la section de recherches de Dijon, mais aussi le Capitaine Fhima, commandant de la Compagnie de Gendarmerie de Chalon-sur-Saône, a énuméré les différents éléments de l'affaire criminelle... une deuxième en quelques jours à l'arme blanche sur le chalonnais.

«Elle a reçu plus de 30 coups de couteau, dont deux au niveau du cœur et deux dans le coup, au niveau de la trachée», a détaillé Chistophe Rode pour bien souligner autant la violence que le côté ignoble de ce crime.

Ainsi que nous avons eu l'occasion de l'écrire, la mort de cette quadragénaire, née au Cameroun, est intervenue 24 heures avant la découverte de son cadavre, gisant dans un véhicule utilitaire qui était sa propriété.

L'utilitaire de la victime n'a pas été fouillé par le ou les agresseurs

Bien évidemment le véhicule utilitaire de la victime a été passé au peigne fin. Avec de grosses questions pour les enquêteurs qui n'ont pas manqué de remarquer que le véhicule n'a absolument pas été fouillé. Et s'il n'ont pas retrouvé d'argent à l'intérieur du véhicule, pour les enquêteurs cela veut peut-être tout simplement dire qu'il n'y en avait pas. Peut-être parce que le crime aurait pu avoir lieu peu après que la femme ait décidé de stationner son véhicule. «Le mobile nous échappe» ont expliqué les enquêteurs autant que les magistrats. Ils ont précisé que la femme était arrivée à Chalon-sur-Saône récemment et qu'elle n'était pas connue des services de Police. Ils ont également expliqué que son mari, visiblement de bonne foi, n'était pas au courant des activités de son épouse. Les deux s'étaient mariés en 2006 et se trouvaient dans la région de Bordeaux, en Gironde, avant de rejoindre la Saône-et-Loire et le Sud Bourgogne. Elle était en cours de naturalisation.

Pour une enquête qui s'annonce extrêmement difficile, notamment en raison des multiples traces ADN qui doivent se trouver dans le véhicule utilitaire, les Gendarmes ont mobilisé de gros moyens. Une vingtaine de militaires travaillent depuis samedi soir sur cette enquête et un coordinateur criminalistique a été dépêché à leurs côtés afin d'éviter toute déperdition d'indices C'est une enquête minutieuse qui s'ouvre pour les enquêteurs. Les comptes bancaires, les appels téléphoniques, le réseau social, tout sera épluché dans les moindres détails afin de connaître les habitudes de la jeune femme. Beaucoup de questions demeurent à ce jour en suspens.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE