16/03/2011 02:29:55
Présidentielle 2011: Les manoeuvres d'Henri Eyébé Ayissi et Cie
Derrière ce qu’il convient de désigner comme “ l’appel de Monatélé ”, se dégage une volonté des membres de l’élite de la Lékié aux “ affaires ”, d’éterniser Paul Biya à la magistrature suprême par des pratiques antidémocratiques et une extorsion des votes.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Derrière ce qu’il convient de désigner comme “ l’appel de Monatélé ”, se dégage une volonté des membres de l’élite de la Lékié aux “ affaires ”, d’éterniser Paul Biya à la magistrature suprême par des pratiques antidémocratiques et une extorsion des votes.

Après 1992 et 2004, quelques ferrailleurs de la mangeoire et apparatchiks du département de la Lékié , dans leur intention inamovible de conservation de leurs privilèges et avantages, ont remis ça.  Samedi 12 mars dernier, ces membres de l’élite aux affaires, ont organisé une sorte de cirque baptisée : “ Forum de mobilisation et de soutien pour la candidature du président Paul Biya en octobre 2011 ”. Au cours d’une séance d’exorcisme et d’exhortation à laquelle prenaient part René Sadi (photo), secrétaire général du comité central du Rdpc et une forte délégation de haut niveau dudit comité central, on a ressenti la volonté de momification et de totémisme sur le chef de l’Etat Paul Biya.

Du coup, dans les chaumières et les états-majors, des voix s’élèvent pour condamner le caractère inhygiénique et inéthique qui se cache derrière cette démarche, dans un contexte politique où Paul Biya, malgré la modification de la Constitution , n’a pas encore annoncé sa candidature. “ L’élite de la Lékié lance la campagne présidentielle avant la lettre. Sans pudeur, ils le font surtout avec la fortune publique, en narguant le reste des organisations politiques qui n’émargent ni n’ont droit à la cagnotte. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est que ces gens qui s’activent à imposer le président Paul Biya comme la seule alternative en octobre prochain, ne le font pas parce qu’ils aiment Paul Biya ; ils sont dans la logique d’accaparement et de préservation de leurs acquis et positionnement à travers les nombreux pillages... ” se plaint un membre influent du Rdpc, détaché de la mésintelligence de ses camarades.

Pour atteindre leurs desseins inavoués, l’élite de la Lékié aux affaires entend jouer sur deux leviers : le recrutement des 25.000 jeunes diplômés à la Fonction publique, les manœuvres et le clientélisme dans ce sens ont commencé ; mais la marge de conditionnement est grande réside au niveau de l’invitation de tous à des inscriptions sur les listes électorales. Pour ce faire, la résolution a été prise à la rencontre de Monatélé, de la gratuité de l’établissement de la carte nationale d’identité pour les ressortissants du département, en quête du précieux sésame.

Un fonds est en train d’être voté pour la prise en charge par les élites, de la somme de 2.500fcfa exigée. Le ministre des Relations extérieures, Henri Eyébé Ayissi, président de la commission départementale d’intensification des inscriptions sur les listes électorales, a ainsi indiqué comment ils vont payer pour la population. Selon lui, le délégué général à la Sûreté nationale a été saisi, une équipe mobile d’identification va bientôt sillonner le département. Et même encore que, “ un déposit ” a été fait au niveau de chaque arrondissement.

2.800 Fcfa pour chaque voix à Paul Biya

Derrière le zèle et l’activisme des élites de la Lékié , se lit une extorsion du vote citoyen, qui risque dans les prochains jours faire école au niveau du Rdpc. Réagissant aux antennes d’une télévision, Henri Eyébé Ayissi a trahi leur démarche qu’on croyait simple. “ Nous sommes prêts à supporter les 2.800 fcfa de frais d’établissement de la carte d’identité, à condition que nous soyons sûrs qu’ils vont voter Paul Biya ”, clame-t-il. Pour certain, il s’agit là d’une corruption morale et des pratiques antidémocratiques, qui essorent et dénaturent le principe de liberté de choix à tout électeur dans l’accomplissement du vote qui est un droit citoyen. Certaines langues pensent que Henri Eyébé Ayissi dont on en attend une neutralité dans ses missions de président de la commission départementale d’intensification des inscriptions, se démarque plutôt comme celui qui roule pour la réélection de Paul Biya. Du coup, il devient hors-jeu, pour cause de sa partialité manifeste.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE