17/03/2011 17:16:26
"Boni Yayi doit dégager" selon Olympe BHELY-QUENUM
Bien que mon intention ne soit pas de mettre en doute l’honnêteté de l’exécutant qu’est Monsieur le consul général du Bénin en France, l’information de l’AFP nécessitera les explications des ambassades et des consulats de notre pays...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

COTONOU (AFP) - 14.03.2011 12 :20  « Le Bénin a testé pour la première fois un processus d'inscription en ligne sur les listes électorales. L'opposition avait déclaré que plus d'un million d'habitants avaient été tenus à l'écart du scrutin, un chiffre contesté. »


Bien que mon intention ne soit pas de mettre en doute l’honnêteté de l’exécutant qu’est Monsieur le consul général du Bénin en France, l’information de l’AFP nécessitera les explications des ambassades et des consulats de notre pays ; au moment opportun je publierai les messages qu’avant le premier tour de l’élection présidentielle j’avais adressés au consul général ainsi que ses propres réponses ; l’information de l’AFP appelle une clarification parce que le processus indiqué dans les réponses du consul général tendait à l’ostracisme de la majorité des Béninois de la diaspora ; seraient-ils indésirables dans leur pays ? Victimes de la même méthode en 2006, la récidive devrait les obliger à réagir en prenant des décisions irréversibles.

Après la lecture d’une trentaine de pages d’informations tous azimuts, j’entre dans la brèche qu’entrebâille le 2ème tour de cette élection. De nature à jouer cartes sur table, j’avais présenté le Dr Késsilé Tchala Saré comme le candidat pour qui je voterais et appellerais à voter ; puisqu’il n’a pas les moyens de passer pour Crésus, on a enterré et dallé son programme de développement hors du commun ; n’en fait-on pas ainsi d’un être humain trop encombrant dont on veut se débarrasser ? En l’occurrence, j’ai exprimé mon indignation à des journaux béninois.

Excellent chirurgien, le praticien Késsilé Tchala Saré avait travaillé à son programme de développement comme s’il se préparait pour l’ablation de la prostate d’un patient ; qu’on ne se méprenne pas, on aura fort besoin de lui, mais eu égard à la fierté et à la dignité dont il avait fait preuve lors de sa visite chez moi, il restera égal à lui-même. J’aime les personnes de ce tissu.

Cela étant, citoyen béninois privé de vote sur ma terre natale comme des milliers d’autres ostracisés, j’ai pris acte du paria que je suis devenu, mais puisque le Pouvoir politique en place et ses agissements ne sauraient m’empêcher d’aimer mon pays, je prie la masse des Béninoises et des Béninois de voter massivement pour le candidat Adrien HOUNGBEDJI.

Qu’on se souvienne qu’en 2006, quand président sortant le général Mathieu Kérékou manifestant son mécontentement avait précisé :
« Je ne veux pas remettre le pouvoir à Yayi Boni », j’ai riposté en ces termes :
« Puisque Monsieur Mathieu Kérékou a déclaré : « Je ne veux pas remettre le pouvoir à Yayi Boni.» Olympe KPOSSY-BHÊLY-QUENUM invite le peuple béninois à voter massivement pour le candidat Yayi Boni. » 

Le cas en 2011 est absolument différent : bien que démocratiquement élu comme son prédécesseur, le président Thomas Boni Yayi s’est avéré quelqu’un qui, ignorant tout des fondements socioculturels du Danxomè devenu le Bénin, ridiculise notre cher pays, moque le symbole qu’est la Jarre du roi Ghézo, truffe l’État des adeptes du culte qu’il pratique, évite les religions traditionnelles malgré le Serment prêté en prenant le Pouvoir, essaye d’amadouer les religions monothéistes aux prix forts, privatise et ne crée pas d’emplois.

Pour ces motifs et beaucoup d’autres dont voici quelques-uns, j’en appelle aux peuples du pays tout entier à voter massivement pour le candidat Adrien HOUNGBEDJI afin d’en finir résolument - une bonne fois pour toutes - avec :

*les corruptions tous azimuts ;
*l’achat de la conscience des femmes à 30.000 cfa ;
*les injustices, l’arbitraire, la haute main sur l’information ;
*la déchéance culturelle dans l’ex-Quartier latin de l’A.O.F où la culture est dénaturée ;
*l’impunité des sicaires au cœur de la Garde présidentielle ;
*le déni de Démocratie ;
*un système qui, acculant le peuple à la misère en justifiant son idiosyncrasie de failli, aura bradé trop de biens de notre pays

Mes sœurs, mes frères, je vous en conjure, votez pour Adrien HOUNGBEDJI.

Je ne devais et ne dois rien au président Thomas Boni Yayi que je ne connais pas et n’ai jamais rencontré.
Quant au candidat Adrien Houngbédji, nous nous connaissons de longue date ; à lui aussi je ne dois rien ; ce qu’absolument, assez rapidement j’attendrai de lui après son élection, c’est, primordialement :  la Renaissance et le Bonheur du Bénin.

Mais que Maître Adrien Houngbédji ne s’illusionne pas : homme qui ne baissera jamais les bras, je dégainerai vite à ses premiers faux pas.

De l’étranger une personnalité de notre pays m’a adressé ce message qui traduit aussi le rêve de la plupart des Béninois :

« Très Cher Olympe;
Je soutiens Kessilé Saré Tchala, candidat à l'élection présidentielle au Bénin.Sa vision d'un Bénin prestataire de services est fascinante, pragmatique et réaliste.Mon rêve politique de faire du Bénin la "Suisse de l'Afrique" rejoint sa vision d'un Bénin pluri-linguistique œuvrant pour le bien-être de sa population en valorisant les secteurs de l'éducation, de l'agriculture, de la santé.Le Bénin de Kessilé Saré Tchala sera un peuple éduqué, enraciné dans son patrimoine culturel, mangeant mieux, se portant mieux, vivant dans un cadre sécurisé et offrant des services de qualité au monde entier. Que ce patriote "panse le maximum de plaies du pays, guérisse des maux sociaux, culturels, économiques, ou politiques dont les citoyens ont  été victimes par injustice ou arbitraire »


J’y ajoute : que la Terre natale ne soit plus le chien couchant qu’apprécie Monsieur Claude Guéant, ex-secrétaire général de l’Elysée selon qui « La France a beaucoup de respect pour la façon dont Yayi conduit le Bénin»

Peuple du Bénin, tu te rends compte ? Le bureau de cet homme était le passage obligé de la coterie Françafrique ; celui dont il vient d’hériter à la Place Beauvau ne se désintéressera pas du creuset du néocolonialisme ; et pour cause : à l’inverse de la teneur du discours prononcé en 2006 à Cotonou par le candidat Nicolas Sarkozy, élu président de la République française, le même homme s’est enraciné dans le « Pré carré » au lieu de le démolir. Un article de Lettre du Continent avait dénoncé comment il le faisait restructurer pendant sa campagne électorale.

Enfin, comment le peuple béninois expliquerait-il ceci : un ami, Français bon teint, m’avait dit en novembre 2010 :« pour mon prochain voyage en Afrique, cap sur le Bénin ; j’y passerai deux mois à visiter ton pays du nord au sud, de l’est à l’ouest... » 

En m’informant récemment de ses observations, il m’avait appris quelque chose de tellement inouï que j’ai dû téléphoner à Ouidah ; réponse :« Oui, cher Olympe, les noms de son excellence Hervé Besancenot, ambassadeur de France au Bénin et de quelqu’un d’autre figurent sur le Mémorial de Zoungbodji... »

« C’est inadmissible ! j’ai demandé deux fois que la France rappelle cet homme !

« Tu n’es certainement pas le seul mais le bruit court qu’enfin il doit nous quitter pour Le Qatar... »

Sous le règne de Monsieur Thomas Boni Yayi, comment et pour quels motifs obscurs les noms d’étrangers ont-ils pu être mis en exergue sur le Monument qui recèle les ossuaires de ceux dont les souffrances hantent encore les descendants ?

Les informations provenant du Bénin font état de bourrages d’urnes, de tractations d’untel honorable appréhendé, etc. ce ne sont pas des innovations et voici l’important : laisser la moindre possibilité au président sortant de rempiler dans le Palais de la Marina, c’est signer l’acte du décès politique du Bénin malgré les énormes potentialités de notre pays.

HEELÚ !

Olympe BHÊLY-QUENUM.

Olympe BHLY-QUENUM

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE