08/02/2018 20:25:04
Guerre au Levant : la menace nucléaire une nouvelle fois…
Fait rarissime, le Haut Conseil Syrien de la Défense s'est réuni le 07 février 2018 peu de temps après une attaque israélienne aux missiles ayant visé des installations scientifiques et militaires syriennes.
strategika51.wordpress.com
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille


Fait rarissime, le Haut Conseil Syrien de la Défense s'est réuni le 07 février 2018 peu de temps après une attaque israélienne aux missiles ayant visé des installations scientifiques et militaires syriennes.

Le Haut Conseil syrien de la Défense a constaté l'imminence d'une nouvelle phase extrême de la guerre contre la Syrie.

Cette nouvelle phase entamée par un plus grand engagement de l'Arabie Saoudite, des États-Unis et d'Israël dans le conflit est susceptible de déboucher sur une guerre régionale généralisée incluant l'usage d'armes nucléaires, chimiques, bactériologiques et radiologiques.

Outre la nécessité de riposter à toute attaque israélienne comme ce fut le cas à l'aube du 07 février 2018, le Conseil a ordonné la mise en alerte de la force balistique asymétrique et d'entrer en guerre aux côtés du Hezbollah libanais dans  toute nouvelle confrontation avec Israël.

Le Hezbollah libanais dispose d'un stock opérationnel de missiles et de roquettes que des analystes évaluent à 110 000 unités, disséminées au Liban et, fait nouveau, en Syrie.

Damas aurait reçu ou produit 70 000 missiles et roquettes depuis l'Iran via l'Irak pour consolider un potentiel de dissuasion asymétrique en cas d'une nouvelle guerre israélienne visant le Liban ou une partie du territoire syrien.

Irrité par l'incapacité de ses forces aériennes à mener des frappes en Syrie, Israël a menacé de détruire intégralement Damas avec une vingtaine de missiles nucléaires à têtes multiples au cas où des missiles syriens s'abattent sur les villes israéliennes.

Les prémisses d'une guerre totale contre la Syrie sont apparues avec un net durcissement de la rhétorique US visant Damas, une intervention militaire turque directe dans l'extrême Nord de la Syrie, de la remise sur le tapis d'accusations relatives à l'usage d'armes chimiques par Damas, une escalade de la campagne médiatique contre la Syrie et la mise sur pied, le financement et l'armement en cours de quatorze brigades rebelles par des fonds souverains saoudiens et l'expertise technique US.

C'est la raison pour laquelle, la Russie est en train de dépêcher des Mig-31 en Syrie et tente depuis trois jours d'écraser les rebelles, « modérés » et autres, sous un déluge de feu.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE