05/03/2018 15:15:25
Tentative d'assassinat d'un journaliste au domicile de Mebe Ngo'o: Contre-offensive du clan et réaction de la victime

Après la publication dimanche par de nombreux médias électroniques de la nouvelle de la séquestration et de la torture samedi en début d'après-midi du jeune journaliste Caristan Isseri par les sbires du désormais ancien membre du gouvernement Edgard Alain Mebe Ngo'o, les membres du clan ex-ministériel sont immédiatement montés au créneau pour ternir l'image du professionnel de l'information qui ne faisait que son travail, et qui est passé à deux doigts d'être assassiné au domicile d'un membre du gouvernement qui a la réputation sulfureuse de "tueur" (pour certains, le mot est à considérer au sens propre) de journalistes qui fouillent dans ses affaires, et qui avait certainement de nombreux "cadavres" pourris dans son coffre à cacher.

TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille


Caristan Isseri avant sa rencontre infernale avec ses bourreaux au Mebengoland

Après la publication dimanche par de nombreux médias électroniques de la nouvelle de la séquestration et de la torture samedi en début d'après-midi du jeune journaliste Caristan Isseri par les sbires du désormais ancien membre du gouvernement Edgard Alain Mebe Ngo'o, les membres du clan ex-ministériel sont immédiatement montés au créneau pour ternir l'image du professionnel de l'information qui ne faisait que son travail, et qui est passé à deux doigts d'être assassiné au domicile d'un membre du gouvernement qui a la réputation sulfureuse de "tueur" (pour certains, le mot est à considérer au sens propre) de journalistes qui fouillent dans ses affaires, et qui avait certainement de nombreux "cadavres" pourris dans son coffre à cacher.


Dans un article intitulé « Cameroun: Supposée affaire du journaliste agressé au domicile de Mebe Ngo'o (Video) », publié aux aurores de ce lundi 05 mars 2018, à 06 H 18 mn 44 s (heure du Cameroun), un obscur journaleux à l'esprit visiblement  enténébré par la corruption, et qui n'a même pas eu l'audace de signer son navet, s'est piqué de l'épouvantable zèle de défendre son parrain en présentant prolixement une version odieusement tronquée des faits.
Une démarche qui donne l'odieux texte ci-dessous, truffé de solécismes, de barbarismes et de pataquès,  que nous avons repéré sur le site www.237online.com (https://237online.com/article-70633-cameroun-suppos-eacute-e-affaire-du-journaliste-agress-eacute--au-domicile-de-mebe-ngo--039-o--video.html)

Tenez donc !

«Depuis quelques heures, un communiqué signé du Directeur de Publication du Quotidien Le Jour circule dans les réseaux sociaux stipulant que le journaliste Caristan ISSERI a violemment été agressé au domicile de l'ex ministre des transports Edgard Alain Mebe Ngo'o.
Pour bien comprendre cette actualité nous sommes allés recouper l'information pour vous.
Il est 15h ce dimanche quand notre reporter arrive au domicile d'Edgard Alain Mebe Ngo'o sis au quartier Koweit à Yaoundé. Plusieurs voitures sont garées tout au long de sa barrière, le portail est grandement ouvert. Quelques membre de la famille sont à l'entrée pour recevoir les amis qui passent de temps lui souhaiter des encouragements malgré son absence.
Après avoir donné l'objectif de notre présence, on nous conduit vers un certain Talba, son chef de sécurité. Dans notre entretien, on apprendra que le journaliste est arrivé sur les lieux autour de 13h. Il s'est mis à questionner le voisinage sur certaines informations concernant l'ex ministre des transports. Le voisinage ayant trouvé cela louche a tôt fait d'alerté les vigiles. Autour de 15h, le jeune homme a disparu et réapparu vers 17h.
Au portail, il s'est
présenté comme un ami de la famille venu comme tous les autres reconforter le ministre. Au meme moment 06 journalistes sont entrain d'échanger avec Mebe Ngo'o dans son salon pour recueillir sa réaction.
Accompagnant un visiteur, un vigile surprend le bonhomme entrain de filmer la résidence d'Egard Alain Mebe Ngo'o, ses véhicules ainsi que ceux des invités, les personnalités présentes... C'est à ce moment que les gendarmes l'interpellent et lui demandent de décliner son identité . C'est alors que l'on apprendra qu'il est journaliste en service au service de sport au quotidien le jour. Pour besoin de mieux comprendre la situation, son téléphone lui sera retiré pour exploitation.
Le service de sécurité lui pose la question de savoir pourquoi au moment où d'autres journalistes sont avec leur patron, il sillone la résidence et dans quel but ?
Ils décident donc comme tout employé le ferai et vu le contexte de le conduire devant Edgard Alain Mebe Ngo'o. L'ex ministre de la défense à la surprise de tous demandera qu'on le laisse partir presso illico et qu'on lui remette son téléphone. Pour questions de sécurité, le chef service sécurité demande qu'on le fasse l décharger tout ce qui'il a pris comme note pouvant servir d'informations et détruire. Car dans ce cas on parle de violation de domicile.
Dans son bloc notes, il découvre les marques de voiture avec leurs immatriculations , le nombre de bâtiment avec des budgets estimatifs, les noms de ses enfants, les établissements fréquentés et les lieux de service pour ceux qui travaillent déjà ...
Alors contrairement à ce qui a été dit dans le communiqué d'Haman Mana, la mission du journaliste était autre que celle qui consistait à prendre la simple réaction du Ministre qui d'ailleurs et ce, jusqu'aujourd'hui n'a fermé les portes aux médias . Normalement en pareil circonstances, l'on se chargerai de prendre la réaction du ministre déchu et l'ambiance qui règne autour de lui comme celà a été fait par d'autres confrères . Au moment où l'on se met à filmer ses voitures, sa résidence cela devient de l'espionnage. Quelle était donc la véritable mission D'ISSERI à lui confier par son Directeur de Publication?
En attendant la suite de notre enquête on vous laisse avec cette vidéo tournée quelques minutes avant sa libération. On aperçoit un confrère bien portant. Selon le témoignage d'une consoeur qui a vécu la scenscène, il n'a jamais été menacé par une arme encore moins enfermé dans une cage ou même tabassé comme le dit le communiqué. Tout porte à croire que c'est une autre Cabale contre Edgard Alain Mebe Ngo'o qui s'ouvre ainsi en le présentant comme un ennemie de la presse camerounaise qu'il a toujours placé au coeur de ses actions.
Nous l'avons obtenu en exclusivité pour faire jaillir la vérité... »


Voici la fameuse vidéo obtenu en exclusivité par ce fameux journaliste marron, qui pourrait bien avoir fait partie  des bourreaux de notre confrère, puisque l'on imagine mal les sbires de Mebe Ngo'o, remettant une vidéo sur laquelle ils se livrent à l'interrogatoire musclé d'un journaliste.



Mais aucun crime n'étant parfait, notre avocat de l'indéfendable devant l'Eternel -qui pète plus fort que son anus- a commis l'erreur de ne pas purger de sa vidéo  les déclarations de l'un des interrogateurs qui parle de la présence en permanence des militaires au domicile de Edgar Mebe Ngo'o. Une présence dont on peut d'autant plus interroger la pertinence et l'opportunité que Mebe Ngo'o n'est plus ministre de la Défense depuis le remaniement du 02 octobre 2015. A moins d'accréditer la thèse de ses détracteurs qui font courir la rumeur selon laquelle il aurait tissé avec des militaires durant son séjour à la tête de ce département (de 2009 à 2015) des liens tels que ceux-ci seraient disposés à renverser le président Biya à son profit, si lui Mebe Ngo'o le voulait.
D'ailleurs, à en croire des commentaires qui fusent sous cape dans les milieux du sérail, sa récente éjection du gouvernement apparaitrait comme un début de solution à cette menace de pronunciamiento, même s'il faudrait davantage pour l'éloigner.

La réaction de la victime


Caristan Isseri lors de son interrogatoire par l'armée de l'ex-ministre

En attendant la suite de cette affaire,  le journaliste Caristan Isseri, qui craint gravement pour sa vie a réagi via le mur Facebook de notre confrère Beaugas Orain Djoyoum, en donnant de la triste expérience des détails qui donnent froid au dos, et qui laissent penser que des esprits tordus s'activent –en vain- au Cameroun  pour faire disparaître le métier de journaliste indépendant.

Lisez plutôt :

Slt les amis. Je vous lis depuis et je vous remercie du soutien. Sur mon état, j'ai dû quitter l'hôpital pour être suivi à la maison par mesure de sécurité. Je suis en famille et actuellement et toute tentative pour me voir serait vaine. Je me sens en total insécurité et j'ai reçu des menaces de représailles même après être sorti de cet enfer par un miracle de Dieu.

Parlant de la vidéo qui circule, c'est en fait des paroles que les huit sbires m'ont fait répéter à plusieurs reprises avant d'enregistrer et ceci après m'avoir sauvagement torturé à l'eau et menacé avec le pistolet. Si vous regardez bien, je suis tout apeuré, j'ai les cheveux mouillés et le col de mon polo est bien retombé parce que déjà très humide. De plus, j'ai du mal à bien articuler parce celui qui tient la caméra à un pistolet pointé sur moi. Je ne vous fait pas un dessin sur ce qui s'est passé après avoir coupé la vidéo en constatant que j'ai pas totalement repris le même speech qu'ils avaient préparé.

Je me considère pour l'instant comme un miraculé et c'est peut-être la dernière fois que je vous écrit. J'étais parti dans ce quartier pour faire un banal reportage sur l'ambiance non pas dans la maison parce qu'une forteresse bien qu'entre ouverte ce jour, mais sur le voisinage. J'ai juste voulu bien faire mon métier et les problèmes ont commencé quand ils ont vu que les détails de ma collecte étaient justes.

Ma seule faute est de n'avoir pas flairé la froideur qui régnait à l'intérieur de la maison ce jour parce qu'étant à l'extérieur.

Je ne souhaite à personne de subir ce que j'ai vécu cette soirée de samedi. Je ne dors plus, je ne mange plus, cette image de moi dans une niche de chien me revient toujours.

Néanmoins, je vous promet d'être fort et de votre côté prié beaucoup pour moi.



Ainsi va la vie des journalistes au Cameroun de… Mebe Ngo'o !!!

Ndam Njoya Nzoméné

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE