22/03/2011 14:35:37
Insécurité : Eléphants et des hyènes sement la terreur Yagoua
Les uns ont déjà dévasté plusieurs centaines d'hectares de champs tandis que les autres chassent les animaux en divagation.
Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Depuis plus d'un mois déjà, un troupeau d'éléphants, probablement sortis du parc voisin de Waza, effectue des descentes régulières en plein coeur de la capitale du département du Mayo Danay, plus précisément au quartier de Danaïré, rapportent des témoignages concordants recueillis auprès des populations de la ville de Yagoua. Le troupeau fort d'une centaine de pachydermes a pris ses quartiers dans la petite réserve de Kalfou, à une dizaine de kilomètres du lieu de leur campement ; avant de faire des incursions régulières dans la ville, notamment sur les bords de la rivière Danay qui traverse la ville et où ils ont pris l'habitude s'abreuver par ces temps de canicule.

De l'avis d’André Tuisna, un habitant de Yagoua, au-delà de la terreur qu'ils inspirent quotidiennement aux populations, les dégâts causés par les éléphants sont importants. «Lorsqu'ils quittent ainsi la réserve de Kalfou par centaine, ils marchent sur les cultures et dévastent tout sur leur passage. Comme ils font des va-et-vient réguliers et de façon désordonnée, ils détruisent les tiges de mil de contre saison encore appelées le Karal. On ne sait pas si on peut encore récupérer quelque chose en cette période de récolte», dit-il.
Une inquiétude partagée par l'ensemble des agriculteurs des villages Kaourouf et Zaouyaw dont les parcelles de culture sont situées le long du passage forcé des éléphants. Ce sont d'ailleurs eux qui paient le lourd tribut de cette incursion des pachydermes avec une estimation de plusieurs centaines d'hectares de champs dévastés.

Divagation

Toutes les tentatives des populations pour chasser ces visiteurs d'un autre genre se sont avérées vaines. Bruits de casseroles, de tams-tams et de tambours, cris de coqs et feux de brousse n'ont pas suffi à repousser les pachydermes qui se plaisent visiblement à vivre au coeur de la ville. Un habitant de prédire : «il va falloir qu'on s'habitue à ces présences parce qu'à voir leur détermination, ils ne vont pas partir de si tôt». Les populations déplorent en même temps l'indifférence des autorités administratives qui n'ont jusqu'ici rien fait pour repousser les visiteurs.

On signale également que depuis quelque temps, des hyènes, reconnaissables par leurs hurlements dans la nuit, écument le centre urbain à la recherche d’animaux en divagation. Moutons, chèvres et porcs sont leurs principales cibles. Il y a lieu de craindre que d'autres animaux sauvages du parc voisin, en raison des conditions de vie difficile, optent pour l’exode en pleine ville.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE