23/03/2011 02:25:32
Conflit Balikumbat/Bambalang: Fru Ndi accuse le fon des Balikumbat
Deux sacs de semences de maïs pour rentrer aux champs, quatre cartons de savons, des vêtements et chaussures usagers. C’est le contenu des dons portés par John Fru Ndi aux déplacés Bambalang qui ont tout perdu lors du raid meurtrier de leur village par les Balikumbat le 6 mars dernier.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Deux sacs de semences de maïs pour rentrer aux champs, quatre cartons de savons, des vêtements et chaussures usagers. C’est le contenu des dons portés par John Fru Ndi aux déplacés Bambalang qui ont tout perdu lors du raid meurtrier de leur village par les Balikumbat le 6 mars dernier.

“ Voilà un fon Doh qui a été condamné pour meurtre ; par la suite il a réussi le tour de main à acheter sa liberté provisoire sous le prétexte qu’il était malade. Immédiatement sorti de prison, on le voyait se balader partout. Il a finalement corrompu la justice pour obtenir sa liberté définitive. Regardez une autre atrocité qu’il vient de commettre. Le jour où je verrais un gendarme devant moi en train de m’empêcher de mener mes activités politiques, c’est ce jour-là que vous aurez de mes nouvelles ”. C’est un John Fru Ndi rouge de colère qui lâche ces propos au commandant de brigade de gendarmerie de Bambalang. C’était lundi dernier 21 mars au salon privé de la chefferie de Bambalang, en présence de Fon Shomitang II de Bambalang.

Après avoir fait le tour des trois quartiers pour voir de visu l’ampleur des dégâts, le leader du principal parti de l’opposition est convaincu que ces actes de destructions et d’incendies perpétrés à Bambalang  ont été prémédités. Il n’y est pas allé du dos de la cuillère pour indexer le fon Doh Gah Gwanyin de Balikumbat, comme principal responsable de cette “ barbarie ”. Même si ce dernier avait clamé son innocence lors de la première réunion de crise du 7 mars présidée par le gouverneur du Nord-Ouest à Ndop.

Le leader Sdf n’en revient toujours pas et cherche à savoir le mobile de cette animosité. Les destructions sont inimaginables. On dirait une véritable razzia. Des bananiers et autres plantes ont été rasés à coup de machette. “ Quel que soit le problème, on ne peut pas agir de la sorte. Cette manière relève de l’antiquité. Ils ont même incendié un aveugle dans son domicile ”, se lamente Fon Shomitang II de Bambalang. Est-ce une affaire de terre ?, s’interroge John Fru Ndi. “  Non ”, rétorque le commandant de brigade pour qui les insurgés “ ont même déterré les bornes de délimitation entre les deux villages ”.

Le leader du Sdf est d’avis que les malfaiteurs ont procédé aux scènes de pillage d’abord afin d’asséner le coup fatal en aspergeant de l’essence sur ces maisons sur lesquelles ils ont mis le feu. “ Une analyse de la situation nous fait constater que ces criminels ont d’abord vidé les maisons et greniers des nourritures et autres biens qu’ils ont emportés avant de mettre le feu sur ces maisons qu’ils ont préalablement arrosées au fuel ”. Aux victimes, John Fru Ndi a demandé de ne pas s’éterniser à pleurer “ même si vous perdiez vos mamans et papas, vous n’allez pas vous lamenter toute votre vie”.

Il leur a demandé de retourner aux champs. “ J’ai  appris que le gouverneur est venu avec du riz, certains avec de la nourriture. Je dis qu’en amenant aussi de la nourriture pour eux, qu’adviendra-t-il par la suite ? J’ai cru qu’il était mieux de leur apporter des semences afin qu’ils plantent leurs champs dévastés”, a expliqué John Fru Ndi aux victimes.

 

Appel à plus d’assistance

En guise d’expérimentation, le leader du parti du 26 mai 1990 et sa suite ont fait un sillon sur un espace à l’entrée du palais. Il y a semé des graines de semences améliorées de maïs apportées aux victimes. “ En tant qu’agriculteur, j’ai fait une démonstration symbolique en formant un sillon sur lequel j’ai planté. C’est un début et le fon doit prendre le relais pour dire à tous ceux dont les biens ont été détruits et qui ont tout perdu, qu’ils doivent rentrer aux champs maintenant ”, plaide Fru Ndi qui insiste : “ C’est la saison de culture présentement et les pluies arrivent, s’ils continuent à rester à ne rien faire, où allons-nous aboutir ? C’est pourquoi nous sommes venus dire patience à la population de Bambalang, et voir l’ampleur des dégâts causés. ILs sont outrageants, méchants, inhumains. C’est vrai, ils ont perdu un certain nombre des leurs, mais je dis qu’ils sont encore 99, 99 % de personnes vivantes ; qu’elles retournent au travail. La meilleure façon de faire était de leur apporter des semences en tant qu’agriculteur. Je leur ai apporté des semences de qualité.

Au fon de Bambalang , le leader du principal parti de l’opposition a “ demandé qu’il décrète une journée de travail communautaire au cours de laquelle toute la population se rendra aux endroits sinistrés assister les victimes à récupérer les autres briques de terre pour essayer de reconstruire. Les pluies arrivent à une vitesse vertigineuse et si rien n’est fait maintenant, ces gens vont en souffrir énormément. Voyez-vous, lorsqu’une maison est incendiée au village, des gens sortent comme un seul homme et aident le propriétaire à la construire. Je crois que c’est le moment actuellement pour toute la population de Bambalang de le faire ”.

Au-delà des deux sacs d’environ 400 kg de semences de maïs, le chairman a également remis au fon de Bambalang pour le compte des victimes 50 houes, 4 cartons de savons, des chaussures et vêtements usagés. Il a saisi cette opportunité pour en appeler aux autres âmes généreuses d’aider cette population dans la détresse : “ J’en appelle, à travers la presse, pour beaucoup de semences, de vêtements et de houes afin que je les ramène aux victimes. Ils sont dans le besoin ”.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE