08/07/2009 19:07:08
Gabon : Libreville dévÍt son voile noir
La Nation gabonaise a levé ce 8 juillet le deuil national de 30 jours décrété le 8 juin dernier à l'annonce du décès du président Bongo Ondimba en Espagne. Un culte œcuménique a été officié à partir de 10H00 à la Cité de la Démocratie, au cours duquel les différentes confessions religieuses du pays, comme lors des obsèques, ont appelé au recueillement, à la prière et à la sauvegarde de la paix et de l'unité nationale laissées en héritage par le défunt chef de l'Etat.
Gaboneco
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le peuple gabonais, les institutions et le corps diplomatique se sont réunis ce 8 juillet à Libreville pour rendre un dernier hommage au défunt président Bongo Ondimba, à l'occasion de la levée du deuil national.

Un culte œcuménique a été officié à partir de 10H00 à la Cité de la Démocratie par les représentants des différentes confessions religieuses qui ont tour à tour rendu hommage au défunt chef de l'Etat et appelé les compatriotes à la prière et au recueillement.

En présence de Rose Rogombé, qui assure le mandat présidentiel intérimaire, de l'ensemble des institutions constitutionnelles, du corps diplomatique, de la société civile et de la population, les leaders religieux ont rappelé l'oeuvre du défunt chef de l'Etat à la tête du pays et appelé la Nation gabonaise à préserver les valeurs de paix et d'unité nationale qu'il laisse en héritage.

Les hommes d'église, tous dans leurs prêches, ont mis en garde les hommes politiques sur le maintien de la stabilité et la sauvegarde des acquis de la 2e République. Ils les ont incité à se départir des appétits voraces, des replis identitaires, du ségrégationnisme, mais de penser «Gabon d'abord», pour la prospérité de tous. Car l'héritage d'Omar Bongo Ondimba n'appartient à personne, mais à chacun des gabonais.

Cette mise en garde s'adresse à toute la classe politique gabonaise, dont les élites de certains bords agitent déjà les spectres des divisions intestines qui risquent de donner lieu à des dérapages, susceptibles de liquider l'héritage du feu président Omar Bongo Ondimba.

Tous ceux qui se sont succédés sur le promontoire de ce culte œcuménique, qui s'est achevé à 13H13, les ont appelé à cultiver la fraternité pour que vive le Gabon d'aujourd'hui et de demain, un pays uni, prospère et guidé par des valeurs pieuses.

Après le décès du chef de l'Etat le 8 juin dernier en Espagne, la Nation gabonaise avait suspendu ses activités pendant une dizaine de jours pour rendre hommage au défunt président.

A l'issue des obsèques le 18 juin dernier, la vie avait doucement repris son cours, mais l'heure était toujours au recueillement, en dépit des importantes tractations enregistrées pour l'organisation du scrutin présidentiel anticipé. Cette cérémonie œcuménique, qui recommande de mettre le Gabon entre les mains de Dieu, clos le deuil national.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE