25/03/2011 03:01:13
Cofinest: Le parquet renvoie Michel Kamdem et Cie la police
Les ex-dirigeants de cette micro finance ont regagné leur cellule à l’hôtel de police de Douala pour... besoin d’enquête.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Michel Kamdem, l’ex-directeur général  de la Compagnie financière de l’estuaire, Cofinest, Célestin Kenfack et Nicolas Kamdem ont été reconduits dans leur cellule du commissariat central n°1 de la ville de Douala. C’est lundi 21 mars 2011 à 10 heures qu’ils ont été déférés au parquet du tribunal de grande instance (Tgi) du Wouri, à Bonanjo. Selon des sources proches du dossier, ces trois personnalités que l’administration tient pour responsables de la situation actuelle de Cofinest, y ont passé toute la journée. Après cette longue attente, ils ont finalement regagné les geôles du commissariat central n°1 de Douala. Là-bas, certaines sources bien introduites confirment leur présence dans les locaux de l’hôtel de police. Mardi 22 mars courant, notre confrère Le Jour relayait d’une source policière, que les accusés regagneraient leur quartier du commissariat central n°1 “ s’ils ne sont pas entendus par le procureur ”.

Ce qui suscite de vives inquiétudes auprès des pauvres épargnants qui ne demandent qu’à être fixés sur leur sort. Jean Camille Bouamb, un ancien client de Cofinest qui s’est rendu au commissariat central n°1, hier mercredi 23 mars 2011 pour en savoir plus, l’air médusé, ne comprend visiblement pas ce qu’il qualifie d’“atermoiements de l’appareil judiciaire camerounais”.

Si Michel Kamdem, Célestin Kenfack et Nicolas Kamdem qui ont été conduits à la police mardi 15 mars 2011 pour une détention administrative sur ordre du préfet Bernard Okalia Bilaï, sont tenus pour responsables de l’ “écart de gestion” estimé à plus de 2 milliards Fcfa, force est de reconnaître que des interrogations demeurent. S’ils sont en cellule pour détention administrative, seraient-ils de ce fait devant un tribunal pénal ou administratif ? Pour combien de temps seront-ils encore dans les locaux du commissariat central n°1 pour “ besoins d’enquête ”? Last but not least, les épargnants pourraient-ils rentrer intégralement dans leur dû? Nous y reviendrons. 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE