30/03/2011 01:25:23
Des obsèques expresses pour Monseigneur Thomas Nkuissi
“ ...vivre c’est apprendre à mourir. Chacun de nous est amené à cette réalité chaque jour qui passe. Lorsque au fil des ans tes cheveux blanchissent, tu dois savoir que tu vas vers la fin de la vie terrestre. Lorsque chaque année l’on vient te souhaiter un an de plus, tu dois te rendre à l’évidence que tu es en train d’effectuer un parcours qui va, d’un moment à l’autre, être à terme... ”
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Décédé à l’âge de 83 ans dans la nuit du 16 au 17 mars 2011 à l’hôpital régional de Nkongsamba, Monseigneur Thomas Nkuissi, 3è évêque du diocèse de Nkongsamba, a été inhumé vendredi dernier 24 mars dans le caveau des évêques de la cathédrale de l’Immaculée Conception où reposent déjà Mes Seigneurs Paul Bouque et Albert Ndogmo, ses prédécesseurs. Des obsèques dont on se pose encore la question dans les milieux ecclésiastiques pourquoi elles ont été organisées avec une si grande célérité.

Dès le coup de 10h, les carillons de la cathédrale de la cité aux sept villages (c’est ce que signifie Nkongsamba en langue mbo) se sont mis à résonner de leurs plus beaux accents, indiquant ainsi le début des obsèques de l’évêque décédé.

Alors s’ébranle à partir du presbytère de la paroisse cathédrale, un impressionnant cortège d’hommes d’église : une douzaine d’évêques à la suite d’une trentaine de prêtres– pour l’église où va se célébrer l’Eucharistie doublée des rites d’inhumation dans la pure tradition de l’église catholique. La cathédrale était bondée. Des personnalités administratives et politiques en passant par les élites du Moungo dont Maximilien Nkoué Nkongo, ancien ministre des P et T sont aux premières loges pour suivre une célébration qui va durer un peu plus de trois heures d’horloge. La messe est présidée par Monseigneur Antoine Ntalou, archevêque de Garoua, aux côtés de qui se trouve entre autres le cardinal Christian Tumi.

Mgr Ntalou axe son homélie sur le sens de la mort. Le prélat dira notamment, comme le philosophe, que “ vivre c’est apprendre à mourir. Chacun de nous est amené à cette réalité chaque jour qui passe. Lorsque au fil des ans tes cheveux blanchissent, tu dois savoir que tu vas vers la fin de la vie terrestre. Lorsque chaque année l’on vient te souhaiter un an de plus, tu dois te rendre à l’évidence que tu es en train d’effectuer un parcours qui va, d’un moment à l’autre, être à terme ”, annonce Mgr Antoine Ntalou, avant d’ajouter que “ la mort pour le chrétien signifie le début d’une nouvelle vie, celle-là qui n’aura jamais de fin, le Christ s’étant immolé pour nous racheter, afin que nous puissions entrer comme lui dans la gloire du Père. Baptisé dans le Christ, Mgr Thomas Nkuissi a choisi de se mettre à sa suite pour annoncer l’Evangile. Il l’a fait toute sa vie sur terre et aujourd’hui il la quitte pour une autre vie où l’on ne connaît ni mort, ni douleur.  Il est auprès de Dieu de miséricorde qui l’avait appelé à sa suite et qui l’a rappelé à lui ”, a philosophé l’archevêque de Garoua, concluant son homélie.

L’absoute – rite pendant lequel l’âme du défunt est recommandée à Dieu – sera fait par Monseigneur Victor Tonyè Bakot, archevêque de Yaoundé. Aspersion d’eau bénite et encensement du cercueil, pendant que l’assemblée des fidèles est conviée aux deux prières cardinales de l’Eglise catholique : Ave Maria et Pater Noster ; puis l’évêque entonnera Liberame Dominus : délivre moi Seigneur... repris en chœur par toute l’assistance, notamment les évêques et les prêtres, mais aussi par quelques fidèles initiés aux notes du chant grégorien.

A l’issue de ce cantique rituel, la dépouille de Monseigneur Thomas Nkuissi sera conduite au caveau des évêques ( entrée principale gauche de la cathédrale) pour inhumation, accompagnée uniquement de ses confrères dans l’épiscopat et de quelques membres de sa famille triés sur le volet.

Mgr Watio : pas en odeur de Sainteté...

Ainsi donc le diocèse de Nkongsamba voit disparaître le 3e évêque de son histoire au moment où justement celui-ci connaît des turbulences. En tout cas nos enquêtes auprès des fidèles ici indiquent – à l’unisson – que le diocèse de Nkongsamba se porte plutôt mal ; que le climat est loin d’être propice à l’épanouissement des chrétiens qui estiment qu’ils sont abandonnés à eux-mêmes, qu’ils sont sans repère.

En témoigne cette lettre ouverte à Monseigneur Dieudonné Watio(photo) par un groupe de chrétiens qui n’est pas passé par quatre chemins pour exprimer sa totale désolation par rapport à la manière dont ce dernier s’est pris pour les obsèques de Mgr Nkuissi qui, soit dit en passant, était resté évêque émérite du diocèse de Nkongsamba : “ Vous tenez à vous débarrasser de la dépouille de Mgr Nkuissi, votre ex-encadreur au séminaire, même pas un instant de recueillement pour son passage à la tête de ce diocèse, vous organisez les obsèques aussitôt  (une semaine seulement après son décès, ndlr) et les jours ouvrables (jeudi 23 et vendredi 24 mars, ndlr) afin que les gens ne puissent pas faire le déplacement, écrivent ces chrétiens, avant de poursuivre.

Vous êtes venu détruire un diocèse qui était le plus riche du Cameroun (...). Posez la question et l’on vous dira ce qu’avaient été les obsèques de Mgr Ndogmo : des veillées de prières pendant deux semaines et l’exposition pendant deux jours de la dépouille dans la cathédrale. Renchérissant, les auteurs de la lettre ouverte demandent au futur évêque de Bafoussam de retirer en partant ses piquets qui ornent l’entrée de la cathédrale ”.

Cette lettre ouverte à Mgr Watio est certainement la résultante d’un certain nombre de griefs portés à son encontre et dont le reporter du quotidien Le Messager a dû prendre connaissance à travers un document circulaire intitulé “ Hommage à notre père ”, document signé, au nom des enfants de Nkongsamba, par Pierre Ela, ex-séminariste et non moins ancien commissaire démissionnaire. Quelques extraits saillants :

-    le petit seminaire de Mélong est devenu l’ombre de lui-même, les années scolaires successives 2005/2006 et 2006/2007 ont eu zéro admission de petits séminaristes en classe de sixième. Une preuve de l’absence d’une pépinière viable pour les vocations...

-    la communauté des religieuses formées par Mgr Thomas Nkuissi est sans moyens de subsistance, ni encadrement moral.

-    Le cinquantenaire du diocèse a été célébré sur fond d’amertume, Mgr Nkuissi-encore vivant- avait été purement et simplement “ oublié ”.

-    Mgr Thomas Nkuissi (évêque émérite de Nkongsamba, ndlr), sillonnant les rues de Douala pour venir trouver consolation auprès de son ami, Christian Cardinal Tumi, entre autres.

C’est dire, au regard de tout de ce qui précède, que Monseigneur Dieudonné Watio était loin d’être en odeur de sainteté auprès de ses ouailles dans le diocèse de Nkongsamba. Et c’est sans doute pour cette raison que le pape a trouvé bon de l’expurger. Même s’il est muté à Bafoussam, il faut espérer que le prochain évêque de Nkongsamba puisse ramener ce bateau vers les eaux plus tranquilles.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE