05/04/2011 01:59:12
Opinion: Ces crimes ne resteront pas impunis
"Tous ceux-là sont responsables de ce bain de sang que nous avons vu venir et essayé d’éviter en dénonçant les plans cyniques et diaboliques de la France néocoloniale, de ses complices -Obama et les USA, et l’UE- et de ses sbires africains..."
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ces crimes ne resteront pas impunis, ni l’exécution à Yamoussoukro de Philippe Rémond, enseignant français, ni les massacres des autres, des dizaines, des centaines…des milliers de victimes sûrement, que nous découvrons, ou allons découvrir, abasourdis, horrifiés au fil des dépêches de presse depuis le milieu de cette semaine sanglante, semaine de barbarie.

Ces hommes et ces femmes sauvagement massacrés, exécutés, à Duékoué par les rebelles, par les mercenaires et les soudards de Ouattara et de Sarkozy. Mais aussi les crimes contre tous les hommes, les femmes et les enfants tombés ailleurs, les civils ou les militaires, policiers et gendarmes massacrés, exécutés, dans tout le reste de la Côte d'Ivoire... !!!

Honte à Ouattara, honte à Sarkozy, honte à Obama, honte à Ban Ki-Moon et honte à tous les complices actifs et passifs de ces crimes commis auparavant et à présent en Côte d’Ivoire, crimes contre la Côte d’Ivoire et contre le peuple ivoirien !!!

Tous ceux-là sont responsables de ce bain de sang que nous avons vu venir et essayé d’éviter en dénonçant les plans cyniques et diaboliques de la France néocoloniale, de ses complices -Obama et les USA, et l’UE- et de ses sbires africains, Alassane D. Ouattara le premier, en dénonçant le mensonge et l'imposture de vouloir imposer cet économiste néolibéral voltaïque comme président en Côte d’Ivoire contre la vérité des urnes et contre les décisions des institutions souveraines ivoiriennes.

Le Conseil constitutionnel ivoirien arbitra et proclama les résultats définitifs du scrutin présidentiel le 2 décembre 2010 en investissant Laurent Gbagbo comme nouveau président constitutionnel de la République de Côte d'Ivoire, pays qui risque ainsi aujourd’hui de perdre définitivement sa qualité de pays indépendant et souverain.

Continuons le combat, honorons ainsi les tombés, les martyres et les héros en Côte d’Ivoire

Mais la résistance est là encore ! Et malgré les crimes, comme l'exécution du professeur Philippe Rémond, malgré les exactions, malgré la barbarie imposée qui règne aujourd'hui en Côte d’Ivoire du fait des forfaitures de A.D. Ouattara, de Sarkozy et d'Obama, et de l'Onu ; malgré les crimes des soldats, barbouzes, rebelles et mercenaires français et africains faisant cette sale guerre demandée, commandée, par Ouattara et soutenue publiquement, militairement, par Sarkozy, Obama et Ban Ki-Moon,  malgré donc ces terribles crimes ... continuons les combats !

Restons débout et dignes, continuons les combats et honorons la mémoire de ceux qui tombent aujourd’hui en défendant encore et toujours, avec plus de conviction même, la vérité des faits et la dignité du peuple ivoirien, la souveraineté de l'Etat de Côte d'Ivoire.

Cette cause, ce combat, est une cause universelle, un combat universel, interpellant tous les hommes et les peuples dignes de l’humanité, aimant la liberté, l'indépendance et la simple dignité des hommes et des peuples si modestes soient-ils !!!

Philippe Rémond l’avait compris et s’engagea jusqu’au bout !

Philippe Rémond est un homme qui est tombé ... mais un homme qui ne mourra jamais !

Aujourd’hui on est tous patriotes ivoiriens !

 

LUIS BASURTO

Enseignant, syndicaliste

LUIS BASURTO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE